FICHE LECTURE

FICHE LECTURE

Fable : Les animaux malades de la peste Fable : ne respecte pas des formes calibrées mais est écrite en vers sous une forme libre. Les rimes ne sont pas organisées sous une forme stricte. Auteur : Jean de la Fontaine (1621-1695) XVIIème siècle C’est un poète français de grande renommée, principalement pour ses fables.

Activités : Poète, moraliste, dramaturge, romancier et fabuliste Mouvement : Classicisme Genres : fable et conte Bibliographie : _ Ode au roi (1663) _ conte (1665, 1666, _ Fables (1668, 1678, Extrait : Fables, volu A propos du texte : Galeux : qui a la galle Intro : or 3 Sni* to View er recueil de fables D énorme succès AMLP ouvre le 2e volume Problématique : Par quels moyens l’auteur condamne t’il à la fois la cour, la Religion et I’Homme ?

Thème : Fable sur la justice et la cour du roi plan analytique : Présentation du mal _ Remède proposé par le lion Discours du renard : innocenter le lion Applaudissement de la cour Discours (narrativisés) des autres puissances Condamnation de l’âne Verdict, châtiment Moral terreur. Chiasme (vers 7) « Ils ne mourraient pas tous, mais tous étaient frappés » C] impression de puissance

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
C universalité du mal L’abondance de négations 0 manque et privation

B. La dédramatisation Référence à L’Achéron (fleuve qui sépare les morts des vivants dans l’antiquité grecque) û métonymie de la mort terme enrichir positive la mort C] dédramatise et rappelle que ce n’est qu’une fantaisie + Allusions à d’autres fables (« le loup et l’agneau » et « les deux pigeons Il. L’hypocrisie du roi D’apparence amicale Cl hypocrite Cl art du discours A.

L’autocritique du roi Apostrophe amicale « mes chers amis » solennité Cl terme « ami » est hypocrite û animaux soumis à ses décisions Évocation du conseil sur de l’impératif D volonté d’un bouc- ?missaire mais pas encore certain du résultat « peut-être » Entoure son discours d’autorité en évoquant l’histoire mais sans référence Autocritique semble faire preuve de courage C] « sans indulgence » « force moutons (récidives multiples) C Rappelle sa responsabilité pleine et entière puisqu’il n’a pas agit en légitime défense Le rejet du terme « berger » D surprise et gravité des faits B.

Une issue inattendue Conclusion de son récit va à contre-courant C] le verbe dévouer au futur est anéantie par les 2 restrictions « s’il le faut » et « mais Il ne se sacrifiera pas Ill. La flagornerie des courtisans A. La flatterie du renard Renard art de la rhétorique déguise les crimes du lion en louange L’exclamation et la question rhétori ue disculpent le roi Cl ce qui était un crime devient u crime Û devient un objet d’éloge Abondance de formules obséquieuses + superlatif flatter le roi Le berger C] prétexte pour louanger le lion C qui est tout puissant car le berger se fait un chimérique empire B.

L’hypocrisie des animaux puissants La flatterie du renard est applaudie Les animaux puissants rhétorique similaire confesser pour mieux se disculper Antithèse : « Les moins pardonnables offenses » / « de petits saints » IV. L’injustice envers les faibles A. Le discours de l’âne pas réussi à décoder le discours du lion Cl confessions sans se dédouaner Les faits avoués sans gravité herbivore lésé personne El produit qu’une seule fois B.

La harangue du loup L’aveu de l’âne provoque la vindicte des autres animaux Le loup devient procureur C] réquisitoire brutal et peu convaincant L’énumération d’injures C] mépris des faibles C] galvanise la foule Le discours indlrect libre Cl met en relief la vitesse à laquelle se propage le discours du loup C.

La violence de l’exécution Pecadille C Cas pendable antithèse basée sur l’homophonie des 2 expressions C] montre le travestissement de la réalité Brutalité de la sentence 0 perdu tout dimension sacrificielle Morale dénonce la justice arbitraire qui a pour seul objectif de maintenir l’ordre social établi Le texte se finit sur une double antithèse « Selon que vous serez puissants ou misérables, les jugements de cour vous rendront blanc ou noirs. » Lamartine préface des Méditations poétiques 1 849 Peut-on être pris au sérieux en écrivant une parodie de la réalité ?