Fiche de Lecture – La Toison d’Or – Nathaniel Hawthorne (chapitre par chapitre)

Fiche de Lecture – La Toison d’Or – Nathaniel Hawthorne (chapitre par chapitre)

FICHE DE LECTURE « La toison d’or » de Nathaniel Hawthorne INTRODUCTION : Présentation de l’auteur Nom et Prénom : Nathaniel Hawthorne Nathaniel Hawthorne 1804. Il passe ses pr et il fut toute sa vie h sublime, l’enfant s’es PACF 1 or 18 Sni* to Salem, le 4 juillet maison hantée al. D’une beauté une existence ? succès. Son père mourut quand il n’avait que 4 ans. À 9 ans, il fut gravement blessé au pied et il boita. Soudain, l’adolescent disparait. II se terre douze années de suite dans le giron maternel.

Ces années solitaires lui firent découvrir en lui une à une l les exorcisa avec sa plume- ces dispositions du « caractère » humain qu’un esprit solitaire peut connaître : l’esthète stérile, le spéculateur impuissant de la vie des autres, le « voyageur », l’égocentrique, l’investigateur cruel et scientifique des âmes : types de personnages apparaissant sans cesse dans son œuvre. Pendant ses années, à 16 ans, il écrit à sa mère concernant le choix de sa profession disant qu’il ne souhaite pas être pasteur et qu’il préfère être un écrivain. ? 18 ans, il est d’une beauté remarquable. Nommé consul à Liverpool, grâce à Franklin Pierce, amarade d’étude

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
devenu président des États-Unis, il découvre l’Europe avec sa femme et ses enfants. Cest en Italie qu’il choisit du Faune de marbre. À 21 ans, il rentre à Salem et commence à travailler dans la fameuse pièce dont il dit dans ses Carnets : « Dans cette chambre lugubre et sordide, la célébrité fut conquise.  » Revenu aux États-Unis, il se bat contre la maladie pour continuer à écrire ; il meurt dans les bras de son ami Pierce.

L’écriture diHawthorne est caractérisée par une tension entre un imaginaire théologique oppressant et une représentation picturale du monde, riche et fantastique. La rencontre de Sophie Peabody, au sortir de sa réclusion, l’incite à renouer avec le mode. Il entre aux douanes de Boston et participe à l’expérience de « Brook Farm » inspirée de Fourier, mais toujours avec le même scepticisme. Il a trente-huit ans, il est vierge. Il a pour celle qu’il épouse et qui l’a sorti de l’abîme, qul l’aide à retrouver sa place dans la « chaîne magnétique de l’humanité une reconnaissance infini.

Entre 1849 et 1853 , il publie La Lettre écarlate(1 850), La Maison aux sept pignons(1851 Valjoie(1852), Le Livre des Merveilles (1852)et les Contes du bois touffu. ? Sa mort, survenue en 1864, aux États-Unis, fut un cas évident de mort physique déterminée par la nécessité et la volonté de mourir. » La Maison natale de Nathaniel Hawthorne C’est à partir de lui, au milieu du XIXe siècle, que cette littérature prend son autonomie, cessant d’être, sur le Nouveau continent, un prolongement de la littérature anglaise La lettre écarlate, roman qui rendit Hawthorne célèbre en 1850, 18 prolongement de la littérature anglaise.

La lettre écarlate, roman qui rendit Hawthorne célèbre en 1 850, et explore le puritanisme de la Nouvelle-Angleterre, marque ette naissance. Mais l’influence du romancier descendant d’un de ceux qui condamnèrent à mort les supposées sorcières, va bien au-delà. Melville lui dédie Moby Dick : « En hommage de mon admiration pour son génie.  » Ensuite, c’est une longue succession de grands écrivains américains qui disent leur dette envers Nathaniel Hawthorne.  » Source : w’. w/. jose-corti. fr/… /hawthorne. html et fr. wikipedia. rg/ wiki/Nathaniel Hawthorne Présentation de l’œuvre : Nom : La Toison d’or Cette œuvre fait partie des Contes du Bois Touffu qui contient 4 autres récit de la mythologie grecque. Ils sont parus en 1853. Cela raconte l’histoire d’un jeune homme voulant reprendre, au roi Pélias, le trône auparavant occupé par son père. Il va donc ? la rencontre de ce roi qui déclara que s’il veut récupérer le trône, il devra partir à la conquête de la Toison d’or… Ce jeune homme organise alors la célèbre expédition des « Argonautes » (page 38).

Résumé de l’œuvre Chapitre (de la page 5 à la page 25) (20 pages) Jason, fils du roi de lolchos, fut placé sous la direction d’un centaure nommé Chiron. Il n’avalt alors que quatre mois. Le savant en question vivait dans une caverne. Son corps et ses jambes était ceux d’un cheval blanc et sa tête ainsi que ces épaules était celles d’un homme. C’était un excell cheval blanc et sa tête ainsi que ces épaules était celles d’un homme. C’était un excellent instituteur de jeunesse. II enseignait à jouer de la harpe, à guérir les maladies, à manier un glaive ou un bouclier, et il développait l’intelligence de ses élèves.

Il était d’un caractère simple et affectueux, d’une humeur joviale et s’amusait à se faire passer pour un cheval en parcourant la classe à quatre pattes. Jason acquit un talent admirable sur a harpe et une adresse surprenante dans l’art des armes. Il eut aussi une connaissance suffisante des plantes et de leur propriétés médicinales. Ce fut aussi un grand cavalier qui, plus tard, résolut de chercher fortune dans le monde. Devenu adulte, il se sentit assez puissant pour punir le traitre Pélias. Il partit donc à sa rencontre armé de deux lances et habillé de peau de léopard.

Il avait à ses pieds des sandales d’or qui appartenaient autrefois à son père : le roi Aeson. Le jeune homme avait déj? parcouru une grande distance quand il arriva sur les bords d’un torrent lui barrant le chemin. Les eaux s’agitaient avec tant de fracas que Jason jugea prudent de s’arrêter. Il entendit une voix tremblotante à ses côtés. Cétait une vieille femme enveloppé dans un manteau dépenaillé qui s’appuyait sur un bâton taillé en forme de coucou. Elle lui demanda où il allait en l’appelant par son nom.

Ces grands yeux bruns semblait tous connaitre : le passé et l’avenir. Il vit s’avancer un paon qui se plaça à côté d’elle et répondit 8 : le passé et l’avenir. Il vit s’avancer un paon qui se plaça à côté d’elle et répondit qu’il se rend à Iolchos pour ordonner au cruel oi Pélias de descendre du trône et pour qu’il y règne lui-même. La vieille dame lui demanda alors s’il pouvait la porter sur son dos pour l’amener de l’autre côté du torrent et celui-ci accepta une fois qu’elle commença à mettre les pieds dans le torrent.

Il la pris sur son dos ainsi que son paon et commença à traverser le torrent lorsque soudain, parvenu au milieu du torrent, le pied du jeune homme se trouva pris entre deux rochers. Il perdit alors l’une de ses sandales à courroies d’or lui arrachant un cri d’impatience. La vieille femme lui demanda ce qu’il se passait et, enu au courant par le jeune homme, fut heureuse d’apprendre qu’il était la personne dont le chêne parlant avalt fait mention. Il continua, plus fort que jamais, à utter contre les flots et parvint enfin à la rive opposée.

Il posa ainsi les passagers et jeta un regard désespérer sur son pied nu. La femme âgée lui annonça que bientôt il en possèdera des beaucoup plus belles. Elle lui promit aussi qu’il verrait Pélias pâlir d’effroi s’il lui laissait entrevoir son pied privé de chaussure et elle partit. Arrivé à une ville situé entre montagne et mer, Jason s’informa de son nom et du motif ui rassemblait une si grande foule. Il lui fut répondu que cette ville était lolchos et qu’ils étaient les sujets du roi qui assistaient ? une offrande au dieu Poséidon.

Jason se r PAGF s 8 lolchos et qu’ils étaient les sujets du roi qui assistaient à une offrande au dieu Poséidon. Jason se rendit compte que le regard de Ihomme était tourné vers sa sandale unique qui prévenu aussltôt son voisin et bientôt, il entendit tout une foule disant : « Regardez-le ! C’est l’homme à une seule sandale ! Que va- t-il faire ? Chacun fut frappe par sa tenue singulière. Le roi, erturbé par ce désordre, arrêta son regard sur Jason qui avait été poussé en avant.

Il lui demanda comment osait-il déranger cette offrande et Jason l’informa de la grossièreté de ses sujets envers sa sandale unique. « Il faut savoir que, bien des années auparavant, le roi Pélias avait reçu du chêne parlant de Dodone la révélation suivante : Il sera renversé du trône par un homme chaussé d’une seule sandale. »{p. 22). ll avait prlS toutes ses précautions en mettant un garde chargé d’examiner les sandales de toutes personnes entrant dans le palais et de changer celles rop usées aux frais du trésor royal.

Jason l’informa de son nom et de l’endroit où il a été élevé avec Chiron. Pélias le cruel demanda s’il pouvait lui adresser une simple question : Que ferait-il s’il existait un homme qui aurait des raisons de le faire périr et s’il était en son pouvoir? Jason compris son piège et répondit « J’enverrais un tel homme », dit-il, « à la conquête de la Toison d’or. » »(p. 25). Tel fut la misslon de Jason. Chapitre Il (de la page 26 à la page 43) (16 pages) Il partit donc voir le chêne 6 8 Jason. Il partit donc voir le chêne parlant et lui demanda conseil.

L’arbre lui répondit : « Va tien trouver Argus, le constructeur de navires, et ordonne-lui de construire une galère armée de cinquante rames. » (p. 28). Le maître charpentier consentit alors à la lui construire même si celle-ci fut la première du monde. « Enfin, le nouveau navire, nommé l’Argo, fut prêt à être lancé à la mer. » (p. 29). Le jeune homme, revenu au près du chêne parlant et se permit de lui demander ce qu’il lui restait à faire. Une branche commença à s’agiter et lui dit : « coupe-mol! coupe-moi! t donne moi la forme d’une tête pour orner ta galère. » (p. 30). Jason coupa la branche et la donna à un sculpteur des environs pour qu’il exécute ce travail. « Mais, par un phénomène étrange, l’artiste reconnut qu’un pouvoir invisible lui guidait la main » (p. 30). LJne fois terminée, l’œuvre ressemblait à « une belle et gracieuse femme »(p. 31). Jason voulu alors retourner vair le chêne parlant et en prononçant ces paroles, il entendit une voix disant que ce n’était plus la peine et que s’il désirait un bon conseil, il pouvait le lui demander.

La statue avait véritablement parlée et il se souvint alors qu’elle avait été sculptée dans une branche du hêne parlant. Il lui demanda si elle savait où pourrait-il trouver cinquante jeunes hommes voulant bien prendre chacun une rame et elle lui répondit : « va faire appel à tous les héros de la G 7 8 prendre chacun une rame et elle lui répondit : « va faire appel à tous les héros de la Grèce. »(p. 34). Jason, sans perdre de temps, envoya des messagers dans chaque ville pour rassembler quarante-neuf hommes braves et forts. Jason sera le cinquantième.

Ils se hâtèrent tous et arrivèrent par bandes à lolchos. Bon nombre de ces hommes étaient des camarades de classe de Jason. Parmi ses courageux il y eut : le puissant Héraclès, les deux jumeaux Castor et Pollux, Thésée, Lyncée, Orphée, Atalante, les deux fils d’Aquilon, légers comme l’air et munis d’une paire d’ailes et Tiphys. Chacun avait une particularité et tous furent utiles. Malheureusement, quand tous les préparatifs furent finis, il y eut une difficulté : il ne purent mettre le bateau à l’eau même avec la force des cinquante Argonautes réunis.

Ils essayèrent tant qu’ils purent mais sans réussite quand soudain, Jason eut l’idée de demander conseil à la fille du chêne parlant. Elle leur dit de se tenir assis pendant qu’Orphée fera raisonner sa lyre. Sur ces paroles, ils firent ce que leur avait dit la statue et le navire pris le large sous les applaudissement de toutes personnes présentent sauf par ceux du cruel Pélias. Pour passer le temps du voyage le plus agréablement possible, ils s’entretinrent de la célèbre Toison d’or. ? Dans le principe, dit l’histoire, elle appartenait à un bélier de Béotie qul avait enlevé sur son dos deux enfants en danger de perdre la vie et avait fui avec eux à travers les terres et I 8 son dos deux enfants en danger de perdre la vie et avait fui avec ux à travers les terres et les mers jusqu’en Colchide. Un des enfants, c’était une fille nommé Hellé, tomba dans les flots et s’y noya. Le second, un petit garçon, nommé phrlxos, fut transporté sain et sauf jusqu’au rivage. Mais le fidèle bélier, épuisé de fatigue, tomba immédiatement sur le sable et expira.

En mémoire de cette belle action, et comme pour le récompenser de la bonté de son cœur, la toison du pauvre bélier qui s’était ainsi si généreusement sacrifié, fut miraculeusement changé en or. » (p. 42). Ce fut la merveille la plus grande qui existât sur terre. Chapitre Ill (de la page 43 à la page 54) (1 1 pages) En arrivant à une certaine île, le roi Cyzicos les reçut avec hospitalité : il leur offrit une fête et les traita en frère. Les Argonautes s’aperçurent cependant que ce généreux monarque souffrait de quelque chose.

Ils lui demandèrent alors le motif de cette souffrance et le roi leur apprit que lui et ses compagnons étaient attaqués par les habitants d’une montagne voisine. Il leur montra la montagne et Lyncée distingua d’ immenses géants à six bras dont chacune de leurs mains est armée d’un glaive, d’une massue et d’un autre instrument de guerre. En effet, il avait raison. Le lendemain, les navigateurs allèrent à la rencontre de ses géants dont la majeur partie mourut et les autres se sauvèrent. Il arriva une autre aventure aux voyageurs quand ils arrivèrent en Thrace.

Ils trou PAGF 18 se sauvèrent. Il arriva une autre aventure aux voyageurs quand ils arrivèrent en Thrace. Ils trouvèrent un pauvre roi aveugle du nom de Phinée. Il subissait des tourments horribles de la part de trois horribles Harpies qui lui mangeaient son repas. Les Argonautes eurent alors l’idée de dresser un grand festins qui devrait les attirer. Ce fut le cas mais les deux fils d’Aquilon se lancèrent à leur poursuite et leur firent promettre de ne jamais plus tourmenter le roi Phinée.

Les navigateurs poursuivirent leur voyage et après multiples périls abordèrent à une ile. Ils décidèrent de se reposer sur l’herbe lorsqu’une pluie de flèche à pointe d’acier leur tombèrent dessus. Ils cherchèrent les coupables dans toute l’île lorsqu’ils aperçurent en l’air toute une nué d’oiseaux à plumes d’acier. Le chef eut alors l’idée de demander conseil ? la fille du chêne. Celle-ci leur ordonna de faire un grand fracas n frappant sur les boucliers et une fois fait, il n’y eut plus aucun oiseau.

Pendant le séjour, ils virent un navire de petite taille qui abritait deux jeunes hommes à l’allure princière : c’étaient les fils de Phrixos. II s’était, depuis cette époque, marié à la fille du roi. Les deux jeunes princes proposèrent de les conduire à Colchide mais avant cela, ils les informèrent du danger. Cependant, tous suivirent Jason et ils partirent pour Colchide. Chapitre IV (de la page 54 à la page 74) (20 pages) Dès que le roi du pays, Aeétès, fut informé de leur arrivé, il convoqu