Exposé tolérance et respect

Exposé tolérance et respect

Condition nécessaire à la liberté de conscience ( le droit d’un ndividu d’avoir le libre choix de son système de valeurs et des p g principes), la toléranc Sur le plan morale, l’i que combattre ce qu or : important que de tol En sociologie, le seuil itude plutôt passive. ois la tolérance est pr querait un mal plus munauté est la proportion d’individus étrangers qu’elle est censée pouvoir accepter sans produire un phénomène de rejet. « La tolérance ne devrait être qu’un état transitoire. Elle doit mener au respect. Johann Wolfgang von Goethe – 1749-1832 La tolerance mene t-elle toujours au respect ? Qu’est ce que le respect ? Le respect vient du latin respectumus qui signifie égard, considération. Le respect est donc le sentiment de considération, d’égard voire de vénération que l’on peut avoir envers un individus ou quelque chose. Il se manifeste par une atti Sv. ‘ipe to attitude de déférence (=forme de considération très respectueuse) et le souci de ne pas porter atteinte à l’objet du respect, ni le heurter inutilement.

Le respect est une valeur plus profonde que la simple politesse, car il est débarrassé de toute hypocrisie. Le respect mutuel constitue l’un des

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
fondements de la paix ociale et des relations interpersonnelles. Le respect suppose une compréhension et un partage des valeurs d’une personne ou d’une idée . Le respect et la tolérance sont deux valeurs qui ont court dans le domaine moral. Ces deux notions impliquent une certaine attitude vis-à-vis d’autrui- pour autant, le terme « synonyme » renvoie à des mots de forme différente mais de sens identique.

I s’agit ici de savoir si les deux mots renvoient à une même réalité et si on peut les substituer dans une même situation sans différence notable dans l’énoncé. Or, il apparaît si on ompare les origines étymologiques des nuances apparaissent. Ainsi, « tolérance » vient du mot latin tolerantia qui désigne une constance, une capacité à supporter. Elle se veut dans le champ moral un principe d’égale liberté et dignité qui nous exige de ne pas contraindre une opinion contraire à la mienne.

Le respect vient du latin respectus « considération » ; « égard » et désigne plutôt l’action de prendre en considération quelque chose ou quelqu’un, de lui attribuer une valeur qui nous incite à ne pas agir contre la personne que l’on respecte. Les deux attitudes emblent avoir un même effet dans notre relation à autrui : nous ne pouvons pas lui faire de mal, même si son opinion n’es 2 OF s dans notre relation à autrui : nous ne pouvons pas lui faire de mal, même si son opinion n’est pas la même.

Pourtant, les étymologies ne renvoient pas à deux mentalités différentes : dans le respect, nous donnons une valeur à la pensée de l’autre alors que dans la tolérance, nous la supportons tout en remettant en cause sa valeur. Enfin, tolérance et respect ne s’impliquent-ils pas ? Ce refus de dominer l’autre, de l’asservir est ce qui constitue elon Kant le respect. Il s’agit donc reconnaître dans chaque homme l’existence de la raison qui lui donne la dignité. Comme nous l’avons dit en introduction, dans le respect, nous reconnaissons la valeur d’autrui et cette reconnaissance nous incline à ne pas lui porter atteinte. Les deux notions dès lors sont issues des principes de la raison. La tolérance vient de l’impossibilité de reconnaître une supériorité de vérité et de l’égalité de valeur des opinions et le respect vient de la reconnaissance en la dignité d’autrui. Kant le faisait découler de a loi morale définie par la seule raison . « Agis de façon telle que tu traites l’humanité, aussi bien dans ta personne que dans tout autre, toujours en même temps comme fin, et jamais simplement comme moyen. ( La métaphysique des moeurs) Le respect implique un partage de valeur alors que la tolérance sous-entend une domination – Nous l’avons dit la tolérance traduit son attitude comme étant le respect d’autrui : or tout respect suppose une égalité alors que la tolérance sous entend la supériorité et donc l’inégalité de celui qui veut bien consentir à supporter. On pe 3 OF s sous entend la supériorité et donc l’inégalité de celui qui veut bien consentir à supporter. On peut ainsi tolérer les immigrés, cela veut alors dire que l’on est en position d’autorité et de pouvoir.

Elle apparaît alors plutôt comme l’affirme Sartre dans L’être et le néant, comme la négation de la liberté de l’autre, puisqu’à travers une telle attitude, je fais de ma liberté la condition de la sienne. En effet, en disant que je tolère quelque chose, cela veut dire que je pourrais ne pas le tolérer, ne pas l’accepter. La tolérance s’applique à de nombreux domaines : sociale (envers une personne ou un groupe aux valeurs différentes des nôtres), civile, religieuse (accepter des religions différentes des siennes), etc.

John Locke, célèbre philosophe anglais du XVIIe, définissait la tolérance ainsi : « cesser de combattre ce qu’on ne peut changer Il y a de nombreux mots qui peuvent s’apparenter à la tolérance, mais qui sont en fait différents. û La tolérance n’est pas l’indifférence Cindifférence est de n’éprouver ni plaisir, ni douleur, face à ce que l’on perçoit. Il n’y a aucunement besoin de tolérance face aux choses pour lesquelles on n’é rouve as d’émotion. Par exemple, une personne pour qui les religion ne sont pas une 4 OF s tolérance, il faut qu’il y ait choix délibéré.

On ne peut être tolérant qu’avec ce qu’on a le pouvoir (d’essayer) d’empêcher. Û La tolérance n’est pas L’indulgence ‘indulgence va plus loin que la tolérance, en cela qu’elle est une disposition à la bonté, à la clémence, une facilité à pardonner, alors que la tolérance peut être condescendante. û La tolérance n’est pas la permissivité La permissivité, tout comme l’indulgence, va plus loin que la tolérance. Elle se distingue de l’indulgence par l’absence de référence aux sentiments.

Elle se définit comme une propension à permettre sans condition. La tolérance n’est pas le respect Le respect suppose que l’on comprenne et partage les valeurs d’une personne ou d’une idée dont l’autorité ou la valeur agit sur nous. Par le respect, nous jugeons favorablement quelque chose ou quelqu’un ; en revanche, par la tolérance, nous essayons de supporter quelque chose ou quelqu’un indépendamment u jugement que nous lui portons : nous pouvons hair ce que nous tolérons, accepter à contre cœur.