Expose jeux olympiques

Expose jeux olympiques

Jeux Olympiques Véritable évènement dans le monde sportif, les Jeux Olympiques modernes sont nés d’une tradition de la Grèce antique. Leur évolution permet de comprendre les nouveaux enjeux qui y sont liés aujourd’hui. Comment sont nés les Jeux ? Comment sommes- nous arrivés aux Olympiades actuelles ? Voici deux questions dont nous tenterons de répondre tout d’abord en parlant des Jeux Olympiques antiques puis de la transition aux Olympiades modernes avec leurs nouvelles caractéristiques et leurs nouveaux to vien « ext enjeux.

I/ Les Jeux antiques 1/Le mythe fondateu Plusieurs mythes se Olympiades. Selon les poèmes de trz, – S. v. p next page ention des recs), ce serait Heraclès (ou Hercule pour les romains) qui, pour célébrer ses victoires de guerre aurait construit un temple en l’honneur de son père, ZEUS, à proximité de la tombe de son grand-père Pélops. Il aurait planté autour une enceinte sacrée d’oliviers délimitant ainsi le premier espace pour les Jeux Olympiques.

Selon d’autres mythes, les Jeux auraient été institués par Zeus lui-même, en mémoire de sa lutte avec Kronos pour le trône de l’olympe. 1/ Création D’après les récits historiques, on sait que les premiers Jeux ntiques ont eu lieu à Olympie (Grèce) en 776 avant Jésus-Christ.

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Ils étaient célébrés en honneur à Zeus, les Jeux ont donc au départ une dimension religieuse qu’il est important de compr comprendre pour pouvoir imaginer le déroulement des Jeux.

Même s’ils existaient déjà des fêtes qui permettaient de montrer les qualités physiques et morales des athlètes, la création de ces Jeux à un sens tout particulier : elle proclame l’affirmation de la Grèce comme une culture avec une religion commune, des valeurs reconnues par tous, un idéal… 2/ Les athlètes Dans les Jeux antiques -qui se déroulaient tous les quatre ns- tout citoyen grec et libre est autorisé à participer, indépendamment de son statut social. La participation aux jeux est ensuite liée à l’organisation politique de la Grèce des cités.

L’athlète représente sa cité tout autant qu’il honore sa propre famille. Cependant, les femmes n’avaient le droit ni de concourir, ni même d’assister aux jeux, au même titre que les esclaves. Seules les jeunes filles vierges étaient autorisées à y assister. La prêtresse de Demeter (déesse de la fertilité) avait une place d’honneur près de l’autel du stade (Stade de Zeus). SI les Jeux étaient donc réservés aux hommes, les Jeux d’Hera épouse de Zeus) eux aussi organisés tous les quatre ans donnaient l’occasion aux athlètes féminines de se mesurer entre elles.

Il existait donc des Jeux pour les hommes et des Jeux pour les femmes. 3/ Le déroulement et les épreuves Qu’il ne dure qu’une journée comme jusqu’en 684 av J. C. ou trois ou même cinq jours à partir du Vème siècle, les cités grecques s’engageaient, pour toute le durée des Jeux à ne pas se battre, c’est ce qu 2 OF s cités grecques s’engageaient, pour toute le durée des Jeux à ne pas se battre, c’est ce qu’on appelait la trêve olympique. Composés à l’origine d’une seule épreuve : la course à pieds, plusieurs épreuves sont venues étoffées le programme des Jeux.

La course en armes, le saut en longueur, le lancer de disque et de javelot ou encore le pugilat (boxe), le pancrace (combat avec tous les coups permis), la lutte, la course de chevaux et la course de chars sont les épreuves qui sont venues s’ajouter au Jeux. 4/ Récompense Le dernier jour des épreuves, une cérémonie était organisée, dans le vestibule surélevé du temple de Zeus, pour le vainqueur. orsqu’un juge (appelé hellanodice) proclamait son, le nom de on père et le nom de sa cité, il recevait un palme tandis que les spectateurs le clamaient et lui jetaient des fleurs.

Le vainqueur se voyait aussi remettre une couronne faite d’un rameau d’olivier appelé le Kotinos. Aussi, de retour dans sa cité, le grand vainqueur bénéficiait de nombreux avantages comme la gloire, l’exemption d’impôts pour certain et quelque fois même une statue érigée en son honneur. 5/ La fin des Jeux antiques La fin des Jeux Olympiques antiques commença avec les dérives et la décadence des Olympiades. Tricherie, corruption, non- respect de la trève olympiques, voici une partie des vices qui ont n partie détruits les Olympiades.

Plus tard, la civilisation grecque subit les influences de ses colonisateurs macédoniens puis romains jusque dans le programme o 3 OF s grecque subit les influences de ses colonisateurs macédoniens puis romains jusque dans le programme olympique avec de nouvelles épreuves comme les combats de gladiateurs, la lutte contre les fauves. Les jeux, éloigné d’Olympie et complètement transformés perdent leur sens originel. L’imposition du christianisme et donc d’un dieu unique fait tombé les Jeux Olympiques antiques. Théodose 1er, un empereur romain, influencé par un évêque de

Milan, interdit les Jeux à partir de l’an 382. Il/ Les Jeux Olympiques modernes Lorsqu’on parle des Jeux Olympiques aujourd’hui, nous parlons de ceux que nous pouvons admirer tous les deux ans en alternance avec les Jeux d’été et les Jeux d’hiver. Pourtant, ces Jeux n’ont pas la même origine que les Jeux antiques. En effet, c’est grâce à un homme, Pierre de Coubertin, que les Jeux existent tel quel aujourd’hui. Cet historien et pédagogue français, s’est d’abord battu pour l’introduction du sport dans les établissements scolaires.

Pensant que pour populariser le sport il faut lui donner une imension internationale, il entreprend rénover les Jeux Olympiques de l’ère moderne en 1894 et fonda en même temps le Comité International Olympique (CIO) dont il sera président jusqu’en 1925. 2/ Caractéristiques a/ Ressemblances avec les Jeux antiques Lors des premiers Jeux Olympiques modernes, on retrouve de nombreuses références avec les Jeux Olympiques antiques. Tout d’abord, le lieu : Athènes en Grèce où est née cette tradition 4 OF S Olympiques antiques.

Tout d’abord, le lieu : Athènes en Grèce où est née cette tradition et dans le stade où se déroulaient les Olympiades antiques. Ensuite, les épreuves sont identiques et enfin, on voit de façon globale que les Jeux Olympiques invitent à un monde plus pacifique, en accord avec la trêve olympiques de l’Antiquité b/ Différences avec les Jeux antiques Pierre de Coubertin instaure dès les premiers Jeux Olympiques modernes, une manifestation laïque ce qui est donc en opposition au caractère religieux de leurs prédéceurs.

De plus, dès 1900, les femmes ont accès aux Jeux. I propose aussi un mouvement des Jeux et plus une durée plus longue, c’est-à-dire que chaque édition a lieu en principe dans un pays et dans une ville différente pour une durée de 16 jours aximum. À partir de 1924, on organise pour la première fois des Jeux d’Hiver car la popularité des sports de glace et de neige augmente considérablement.

Enfin, à partir de 1984, les jeux ne sont plus accessiblent aux sportifs amateurs uniquement mais ils sont ouverts aux sportifs professionnels. 2/ Déroulement JO ANTIQUES • http://www. olympic. org/fr/jeux-olympiques-antiquite? tab=l -athlete http://www. lexilogos. com/jeux_olympiques_origine. htm http://agnes. pleutin. free. fr/JOgrece/ http://enquete. revues. org/168 JO MODERNES : http://www. olympic. org/Documents/Reports/FR/fr_report_668. pdf S OF s