expos

expos

social, a un impact la manière de travailler de l’enfant. Mais tout de même on voit émerger de plus en plus le phénomène de la mobilité sociale qui, c’est évident, permet un meilleur niveau de vie des futures générations, on va voir ensemble quels sont les facteurs ; . L’influence de la socialisation familiale impacte la réussite scolaire : Tout d’abord La socialisation est le processus au cours duquel un individu apprend et intériorise les normes et les valeurs tout au long de sa VIe, au sein de la société à laquel expos Premium By molam2. I Itrenpang 25, 2015 7 pages Depuis Jules Ferry, l’école devient obligatoire et publique, et donc accessible à tous. y avait un double objectif : former la population pour lutter contre l’analphabétisme qu’elle, ce qui était nécessaire au développement économique et politique, et réduire les différences entre les classes sociales en permettant l’égalité des chances  » concept qui est encore d’actualité.

Mais même si on tend à réduire ces écarts on ne peut que constater une ténacité du problème, par exemple en 1995, parmi les 25-39 ans en France, 19 % des fils d’ouvriers avaient le bac, alors que 72 des fils de cadres

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
l’obtenaient et 1 995 c’est pas loin, c’était hier (Source : INSEE. EFQ 1995) faune de ces éléments factuels, on peut se demander si la socialisation au cœur de la famille n’a pas t page un rôle essentiel à jo et implicitement dan Hé oui parce qu’en e de penser, de s’expri es enfants à récole Swipetaviewn htp g isition des manières aque groupe laquelle il appartient, et construit son identité sociale.

La socialisation est le résultat à la fois d’une contrainte imposée par certains agents sociaux, mais aussi d’une interaction entre ‘individu et son environnement : Bien qu’elles vivent dans une même société, les familles n’apprennent pas les mêmes choses lors de la période de socialisation, que ça soit pendant la socialisation primaire ou bien secondaire. En vivant chacun dans nos classes sociales, nous apprenons chacun l’importance des normes, c’est-à-dire des règles de comportement sanctionnées lorsque l’individu ne les suit pas mais surtout nous apprenons des valeurs différentes.

Ce sont nos idéaux, nos références intériorisées qui orientent notre comportement. P. Bourdieu montre que la famille apporte 3 capitaux qui se conjuguent our influencer renfant ces capitaux ce sont le capital culturel, économique et social que l’on va exposer de suite. 1) le cap tal culturel Certaines normes ou valeurs sociales favorisent la scolarité alors que d’autres s’y opposent.

Plus le niveau culturel des parents est faible, plus certaines valeurs essentielles pour aider la scolarisation sont délaissées, par et donc les enfants d’ouvriers passent plus de temps à regarder la télévision qu’à pratiquer une activité sportive ou culturelle qui serait un  » avantage » pour la scolarité, à l’instar des enfants de cadres(artlcle de Anne- Marie Coutrot est une journaliste française spécialisée dans les questions d’éducation et de psychologie).

Pour ces enfants là, les loisirs sont le moyen de compléter leur culture, de les initier et de comprendre pour apprendre I 2 sont le moyen de compléter leur culture, de les initier et de comprendre pour apprendre l’effort intellectuel et physique, de développer le sens de la compétition, enfin autant de facteurs qui amènent à une probabilité plus forte de réussir leur scolarité. Aussi les valeurs apprises par la famille lors de l’enfance développent et façonnent le caractère de l’enfant.

Si dans une famille par exemple dans une famille de cadres, on place dans des postures favorisant ses capacités à travailler intellectuellement comme la visite de musées, la pratique d’art comme la musique, le dessin, et à ce moment là l’enfant au une propension à tendre l’oreille et être attentif en classe alors qu’un enfant qui chez lui ne fait que jouer en mobilisant ses muscles et à solliciter son physique va être habitué ou en tout cas plus enclin à effectuer des travaux manuels comme le bricolage. Et donc la capacité à travailler est influencée par le comportement adopté en famille.

Dans une famille de cadres, l’enfant subira des influences qui l’aideront à continuer ses études longues, cela leur paraîtra normal et nécessaire de la part de l’enfant qu’il travaille bien et fasse de longues études pour obtenir un métier qui lui procurera le plus d’argent possible. Et si l’enfant travaille bien et qu’il provient d’un milieu ouvrier, il va être d’une part moins encouragé et d’autre part il deviendra alors différent du reste de la famille pendant qu’il fera ses devoirs le week-end à faire ses devoirs, le reste de sa famille travaillera aux tâches ménagères ou au ricolage, ou bien se détendront. ) la famille apporte un capital économique : 3 ménagères ou au bricolage, ou bien se détendront. 2) la famille apporte un capital économique : l’argent peut servir dans la façon de travailler : un fils de cadre pourra avoir un ordinateur chez lui afin de compléter son travail. De plus, l’enfant riche  » pourra avoir un enseignement privé peut-être meilleur que celui public. Quant au fils de patron, il pourra rater ses études et obtenir, malgré cela, un poste dans l’entreprise de son père. Même si de nos jours, grâce aux bourses, l’effet direct du apital économique n’est pas trop important.

Son rôle est surtout indirect. De longues études ne permettent pas de gagner de l’argent tôt comme le fait l’acquisition du BEP ou du CAP. Les choix d’orientation dépendent des contraintes familiales (Raymond Boudon) : chaquele cout des études est jugé différement en fonction des familles et les avantages à en tirer aussi. Pour les ouvriers, aux revenus bas, le coût sera jugé élevé, alors que les probabilités de succès d’études longues seront jugées faibles : ils ne connaissent pas bien le système éducatif et il faut connaître es élèves qui ont réussi pour imaginer que c’est possible.

Or, les ouvriers ont peu de diplôme ou des diplômes faibles, d’études cours. A contrario Pour les cadres, le coût scolaire est supportable et ils jugent indispensable que leurs enfants aient le bac : les enfants doivent avoir au moins le diplôme de leurs parents. Ayant fait des études, ils jugent que leurs propres enfants ont de grandes chances de réussite : Ya un rapide calcule du rapport coût- avantage qui se trouve systématiquement positif. 3) Enfin, la famille apporte un capita 4