Evaluation

Evaluation

‘évaluation consiste en la recherche d’une valeur porche de la réalité. Afin de s’en rapprocher le plus nous disposons d’une multitude de méthode. L’ordre des experts-comptables les ont réunies en 3 catégories -nes méthodes basées sur le patrimoine, -LILes méthodes financières, Dl_es méthodes comparatives. Commençons tout d’abord pas les méthodes basées sur le patrimoine, elles consistent à évaluer chaque poste de l’actif et du passif inscrit au bilan de l’entreprise. Mais cette méthode ne reflète pas avec exactitude la réalité économique.

Il devient donc nécessaire d’effectue tous les éléments d’a tilise alors la formul Mais l’Ancc n’est pas existe deux autres m OF4 Svipe nextp g es valorisations sur Juste valeur. On ur le patrimoine. Il Ilisé tel que la CPNE (capitaux permanents nécessaire à l’exploitation. ) La notion de CPNE représente le montant des capitaux indispensables au fonctionnement normal de l’entreprise. Cette méthode ne considère que les moyens utilisés par une entreprise constitués par les actifs immobilisés nets ainsi que par le besoin en fonds de roulement.

Puis il y a la VSB (valeur substantielle brut) La Valeur Substantielle correspond à la valeur de tous les biens mis en œuvre pour a réalisation de l’activité et qui constituent la substance de l’entreprise,

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
ce quel que soit leur financement. Ainsi, est évalué l’outil de travail constitué par to next page les biens nécessaires à l’exploitation. Afin d’amélioré la pertinence de la méthode patrimonial, certaine évaluateur, intègre la notion de goodwill aux méthodes précité.

Le goodwill représente Pécart entre la valeur comptable éventuellement réévaluée d’une entreprise, telle qu’elle ressort de ses capitaux propres, et la valeur marchande. Le goodwill se détermine en appliquant d’un coefficient multiplicateur orrespondant à la part de bénéfice qui excède la rémunération des capitaux engagés. Peu importe la méthode patrimoniale utilisée, celle-ci présente ces limites. En effet, celle-ci reflète la valeur actuelle de l’entreprise, même avec les retraitements effectué elle ne reflète pas forcement la valeur future de l’entreprise.

Pour éviter ce genre de pièges, certains évaluateurs préfèreront ainsi appliqués des méthodes financières. Les méthodes d’évaluation financière sont basées principalement sur l’actualisation des flux futurs générés par l’entreprise. Ainsi la aleur de l’entreprise correspond à la somme des flux actualisés. Trois méthodes financières d’évaluation d’une entreprise peuvent être utilisées . – Les méthodes basées sur les cash-flows ; – Les méthodes basées sur les dividendes ; – Les méthodes basées sur les bénéfices futurs.

Le flux de trésorerie disponible correspond l’addition du résultat net d’impôt et des dotations et provisions d’exploitation à laquelle sera déduite l’augmentation du BFR Et les investissements puis on actualise les flux d’un taux que nous déterminons le plus souvent avec les méthodes du CMPC (cout moy 2 ctualise les flux d’un taux que nous déterminons le plus souvent avec les méthodes du CMPC (cout moyen pondéré du capital) Il représente la moyenne pondérée des retours sur investissement des investisseurs c’est-à-dire d’une part des actionnaires et d’autre part des autres créanciers de l’entreprise.

Une autre catégorie de méthode financière peut être pour les entreprise taille plus modeste celle basé sur les dividendes. Ainsi deux grandes formules sont couramment utilisées Celle d’Irving Fisher qui se fonde sur l’appréciation de la rentabilité de l’entreprise elle se détermine par la comparaison ntre la somme des profits futurs et des dépenses initiales, ce sur plusleurs annees. Malgré la simplicité de la formule, elle reste difficile à mettre en place car il faut savoir déterminer de manier pertinente les différente donnée.

Afin de pallier cette difficulté nous pouvons applique la formule de Gordon Shapiro s’appuie sur le principe que le prix d’une action représente la somme des flux de dividendes versés par une entreprise corrigée parle taux d’actualisation exigé par les actionnaires. Mais celle par sa grande simplicité est très utilisée car le contexte économique reste incertain. Nous pouvons aussi mis à part le dividende se basé sur les bénéfices car certaine entreprise ne verse pas de dividende. évaluation basée sur les bénéfices futurs mesure la capacité de l’entreprise à produire dans le futur des bénéfices sur la base des informations fournies par les divers états financiers. Mais certain correctif devra être appliqué avec de rete 3 fournies par les divers états financiers. Mais certain correctif devra être appliqué avec de retenir que ressentiel du résultat courant et non l’exceptionnel. Nous avons donc le choix entre la capitalisation des bénéfices uture qui consiste simplement a divisé le bénéfice par un taux d’actualisation.

Puis nous avons la méthode des multiples qui multiplie le résultat par un multiple qui peut être déterminé en fonction de plusieurs critères comme par exemple de secteur d’activité, la taille etc. La fiabilité de la méthode des multiples de résultat, comme celle des autres méthodes financières repose sur la contextualisation du calcul de chacune de ses variables. La mise en œuvre de ses méthodes s’en trouve donc parfois alourdie. C’est la raison pour laquelle un autre choix est offert à l’évaluateur, celle d’appliquer la méthode comparative. pproche comparative remplace la recherche d’un prix au calcul d’une valeur. L’intérêt de cette méthode se base sur le fait que si l’objectif d’une évaluation est de fixer un prix, pourquoi ne pas utiliser directement le prix du moment et éviter par la même rapplication de méthodologies d’évaluation complexe. En comparant avec un prix existant, la valeur suit la tendance du marché, et se conforme aux aléas de celle-ci. Pour appliquer cette méthode nous devons tout d’abord construire un échantillon avec des entreprises comparables, en fonction du type d’entreprise l’accès à l’information sera plus ou moins difficile. 4