Etude sur le roman L’Ingénu

Etude sur le roman L’Ingénu

fait aussi, à travers c français. En premier dans un second lieu des Bretons ; ces de personnages. l. une odieuse attitude Etude sur le roman L’Ingénu Premium gy kokog35 25, 2014 | 4 pages QUEL RÔLEJOUE L’INGÉNU DANS CE PASSAGE ? @ fin du chapitre 1 « l’impitoyable du monde » P montrer comment l’Ingénu est un révélateur des défauts des autres personnages par son attitude et son bon sens Introduction . le conte philosophique ‘Ingénu , écrit par Voltaire et paru en 1767 évoque l’histoire d’un Huron venant d’Angleterre et qui se rend en France, en Basse•Bretagne.

Voltaire, philosophe es Lumières du 18e siècle, raconte dans ce texte l’évolution de l’Ingénu, un homme de nature qui va devenir un homme plus réfléchi au fil de l’histoire. Un philosophe même ! Mais Voltaire Swipe to nex: page or 4 to View on ‘ethnocentrisme des e des Bretons puis ui diffère de celui s défauts des autres Le bailli, qui est censé être une personne correcte, fait preuve d’une curiosité extrême en assaillant l’Ingénu de questions allant même jusqu’à s’informer de sa religion. Mais il n’est pas le seul ? avolr un mauvais comportement : quand elles apprennent que les

Hurons ne sont

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
pas catholiques, mlle de Kerkabon et mlle de St Yves e expriment leur désolation pour l’ingénu et ses semblables. Elles sont horrifiées. « comment se peut-il que les Hurons ne soient pas catholiques ? » suite à cette choquante révélation, mlle de Kerkabon s’exclame « Nous le baptiserons, nous le baptiserons ! » entraînant ainsi l’ovation des convives. Ils réagissent égoïstement en imposant le baptême à l’Ingénu sans même lui demander s’il est pour, ou contre. Ils imaginent même comment se déroulera la cérémonie ainsi que les retombées – pour leurs intérêts bien sûr. ?? il en sera parlé dans toute la Basse-Bretagne, et cela nous fera un honneur infini » cette exagération montre l’aberrance de cette « lubie » , leurs espoirs quant à ce baptême. Après le départ de [‘Ingénu qui allait se coucher, mlle de Kerkabon et mlle de St Yves le suivent furtivement et se mettent ? l’observer, à son insu, par le trou de la serrure. Pourquoi font-elles ça ? Pensent-elles qu’il dormirait d’une certaine manière parce qu’il n’est pas français ? Ou est-ce du voyeurisme de la part des deux femmes ? ? Mlle de Kerkabon et son amie mlle de St Yves ne urent se retenir de regarder par le trou d’une large serrure pour voir comment dormait un Huron. » cette phrase peut signifier que les deux femmes étaient seulement curieuses de savoir comment il dormait, mais d’un autre côté Pingénu sommeille dénudé, PAG » OF d seulement curieuses de savoir comment il dormait, mais d’un autre côté l’ingénu sommeille dénudé, et c’est la première fois qu’elles voient un homme dans cette tenue-là. Mlle de St Yves a à peine 18 ans et mlle de Kerkabon est dite « vieille fille ».

Une certaine sensualité se dégage de cette scène, mais aussi – et urtout – une hypocrisie élevée ; ces deux femmes à l’air si sage, ces deux femmes pieuses (en rappel à l’insistance de baptiser le Huron) se révèlent être.. quelque peu débauchées, à observer un homme peu vêtu qui dort. Il. un bon sens exemplaire Face à la pluie de questions du bailll sur sa vie et sa religion (des questions indiscrètes quoi) l’ingénu reste poli et correct. Il ne fait pas de reproches quant à la trop grande curiosité du bailli.

Lorsque mlle de Kerkabon et de St Yves se désolent et expriment leur trouble vis-à-vis du fait que l’Ingénu ne soit pas catholique et donc, pas baptisé), celui-ci réplique en disant que dans son pays – il parle sans doute de l’Angleterre – chaque personne possède ses propres convictions, que chacun est libre du choix de sa religion. Contrairement aux français qui, eux, imposent leur religion le cathollcisme, à tous et ce qu’importe l’avis des principaux intéressés. Le Huron fait donc preuve de sagesse dans ses paroles en réagissant de la sorte.

Cependant, Io Le Huron fait donc preuve de sagesse dans ses paroles en réagissant de la sorte. Cependant, lorsque mlle de Kerkabon et es convives insistent pour qu’il soit baptisé, l’ingénu réagi – enfin – et dit aux Bretons qu’en Angleterre on laissait vivre les gens ? leur fantaisie. Il est possible d’imaginer qu’il parle froidement, avec indignation, ou peut-être même qu’il s’énerve. « Il témoigna que la proposition ne lui plaisait point du tout, et que la loi des Hurons valait pour le moins la loi des Bas-gretons ; enfin il dit qu’il repartait le lendemain. » ce passage témoigne le désaccord entre le Huron et les Bretons.

La réaction qu’il a et le fait qu’il souhaite partir le lendemain.. ‘est tout à fait normal. Concluslon : ce passage dénonce donc l’ethnocentrisme des français qui se jugent supérieurs à l’Ingénu, et qui souhaitent lui imposer leur religion (c’est d’ailleurs ce qu’ils vont faire). Le Huron a un regard critique envers les Bretons qui se montrent trop curieux, et Voltaire dénonce aussi, à travers ce regard étranger, les préjugés qu’on les français envers les « autres » , envers ceux qui ne sont pas de France. L’ingénu apparait donc comme une personne pleine de bon sens, alors que pourtant c’est un « sauvage » !