etude de cas mexico n2

etude de cas mexico n2

MEXICO : QUELLE POLITIQUE D’AMENAGEMENT POUR UNE VILLE D’UN PAYS EMERGENT? MEXICO : UNE GRANDE METROPOLE SUR UN SITE CONTRAIGNANT ET A RISQUES Document n 5 – o LES PRINCIPALES AGGLOMERATIONS MEXICAINES CHRONOLOGIE INDICATIVE • 1 325 : Fondation probable (date donnée par des Codex Aztèques) de la cité Aztèques (Mexicas). • 1521 : Fondation de ruines de la cité Aztè Tenochtitlan par les 8 p g d de Mexico) sur les • 1 824 : Indépendance du Mexique. Le District Fédéral de Mexico (ne pas confondre avec l’Etat de Mexico) devient la capitale politique ‘une république fédérale. ?? 1 929 : Suppression et absorbation de toutes les municipalités de Mexico par le District Fédéral pour assurer un contrôle politique de la capitale par l’Etat central. • 1987 : 1er statut du gouvernement (Estatuto de Gobierno) du District Fédéral : ce statut prévoit une plus grande autonomie pour le DB (autonomie renforcée en 1993). • 1997 : Election du 1 maire de la ville de Mexico à la tête d’un gouvernement du District Fédéral et les représentants d’une ZONE METROPOLITAINE DE MEXICO (1) DISTRICT FEDERAL (D. F. : Divisé en 16 arrondissements.

Comme Washington DC aux Etats-Unis, le DF bénéficie du statut

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
de « territoire fédéral » avec des institutions spécifiques. Une réforme de son statut en 1987 puis en 1993 lui a donné plus d’autonomie permettant aux habitants du D. F. de désigner leur maire et une assemblée. Le DF de Mexico est représentée au Congrès de l’Union comme les 31 autres Etats (2) ZONE METROPOLITAINE DE MEXICO (ZMCM – Zona Metropolitana de la Ciudad de Mexico) ou GRAND MEXICO : Conurbation constituée par le District fédéral de Mexico, des municipalités djacentes de l’Etat Mexico (majoritaires en 1995) et d’une municipalité de l’Etat d’Hidalgo.

Depuis 2005, la plupart des plans urbains sont administrés par des commissions métropolitaines de la ZMCM. (3) ZONE METROPOLITAINE DE LA VALLEE DE MEXICO (ZMVM ) : Elle s’étend sur, trois entités (DF, État de Mexico et Hidalgo) et regroupe plus de 59 communes de l’Etat de Mexico, le district Fédéral et 29 communes de l’Etat d’Hidalgo dont certaines ne sont pas encore intégrées à l’agglomération. Document n02 – CENTRE HISTORIQUE (ZOCALO) Document n04 – LE QUARTIER

DES AFFAIRES (PASEO LA REFORMA) Document n03 LAGUNE INTERMITTENTE DE TEXCOCO 2 la recycler. Ce dédale de constructions anarchiques, dont les pentes vertigineuses ont été pavées de ciment par les habitants, s’appelle El Mirador (Ecatepec). Les quartiers chics autour du bois de Chapultepec ne sont qu’à une heure de voiture quand il n’y a pas d’embouteillages : villas équipées de six salles de bain, larges pelouses, piscines, garages remplis de véhicules que des escouades de domestiques aspergent au tuyau.

Un autre monde. Les zones résidentielles ne devraient pas trop souffrir des ationnements que vient d’annoncer la Commission nationale de l’eau (CONAGIJA). A cause de précipitations Insuffisantes, le niveau des barrages du centre du pays a dangereusement baissé en début de saison sèche « II faut améliorer les canalisations, mais aussi diminuer la demande en modifiant la structure des tarifs, affirme Ramon Aguirre. Nous devons changer des habitudes de consommation excessive. Barcelone s’en sort avec 114 litres (… Le rationnement n’est qu’un révélateur de problèmes anciens, résultat d’une longue incurie des pouvoirs publics et de difficultés géologiques, otamment de graves affaissements de terrain. Les pertes dues aux fuites domestiques comme aux failles du réseau atteignent 38 % (contre 26 % en moyenne dans le reste du pays). Les eaux de pluie vont droit ? l’égout, et 6 % seulement des eaux usées sont traitées. Autour de Mexico, les coupes illégales pratiquées par des groupes mafieux accélèrent, par le ravinement des eaux de pluie, l’épuisement des nappes souterraines.

Les ressources hydriques sont aussi mises à rude épreuve par une spéculation immobilière effrénée. En dix ans, l’Etat de Mexico a laissé se construire plus de 50 péculation immobilière effrénée. En dix ans, l’Etat de Mexico a laissé se construire plus de 500 000 maisons neuves, généralement dans des lotissements de piètre qualité, sans arbres ni espaces verts. JOëlIe stolz LE MONDE | 12. 01. 09 Document n08 – LA METROPOLE DE « TOUS LES DANGERS L’ensemble se trouve dans une cuvette, sur une zone humide entourée de montagnes.

Originellement l’eau de pluie et de la fonte des neiges s’écoulaient en provenance des montagnes voisines vers le bassin de Mexico, puis s’infiltrait dans le sol pour alimenter des aquifères très superficiels. Depuis son assèchement, cet espace est soumis à l’alternance d’inondations dévastatrices et de longues périodes de sécheresse amplifiées par une gestion de l’eau calamiteuse. De nombreux effets indirects en résultent. Ainsi, l’assèchement ancien de ces zones humides contribue à intensifier la pollution aérienne en favorisant le maintien des particules en suspension. 988, lorsque le lac Texcoco a été partiellement réalimenté par les effluents de la ville, les concentrations de polluants dans l’air ont immédiatement chuté sur l’ensemble de l’agglomération. Enfin, la région est soumise à des contraintes tectoniques extrêmement fortes, à l’origine de violents séismes et d’une activité volcanique concrétisée dans le paysage par les silhouettes de deux sommets volcaniques de plus de 5 000 m : le Popocatépetl et l’lztaccihuatl. st difficile de trouver un Site plus dangereux (inondations, glissements de terrain, effondrements du sol, volcanisme, séismes). Il s’agit donc d’un des endroits les ables et les plus exposés 4 OF plus insoutenables et les plus exposés du globe, soumis à une combinaison de risques dits naturels, de isques technologiques souvent mal maîtrisés dus à des industries lourdes, de nuisances, de cumul des polluants et d’un épuisement des ressources locales utilisables, tout particulièrement les ressources en eau. célèbre tremblement de terre du 19 septembre 1985 est la concrétisation d’un tel « risque complexe ». Les vibrations massives accompagnant le tremblement de terre ont modifié provisoirement la structure du sol alluvial qui, par endroits, est devenu « liquide » au sens littéral, engloutissant habitants et bâtiments.

Cela a causé des dégâts très importants à un bâti mal entretenu et peu espectueux des normes de construction les plus élémentaires pour de telles zones à risques François Mancebo, Sisyphe à Mexico : risques et politiques urbaines VertigO — La revue en sciences de l’environnement, V017 n03, décembre 2006 Document n09 – POLLUTION : LE CIEL DE MEXICO A RETROUVE UN PEU DE SA « LIMPIDITE » Récemment, les « Chilangos », comme on surnomme les habitants de Mexico, ont pu voir (exceptionnellement) se découper nettement ? l’horizon les silhouettes enneigées du Popocatetepetl (« la montagne qui fume ») et de l’lztaccihuatl (« la femme endormie ») « Ces ernières années, nous avons battu nos records du nombre de jours sans ozone », confirme la « ministre de l’Environnement » capitale, Martha Delgado, en allusion à ce gaz dont la formation est favorisée par la conjonction de la circulation automobile, dune température élevée et d’un fort ensoleillement. « En 2009, 185 jours ont été dans la norm ns commencé 2010 avec ensoleillement. En 2009, 185 Jours ont été dans la norme, et nous avons commencé 2010 avec le plus grand nombre de jours propres, 50 sur les deux premiers mois », explique-t-elle (1). A la fin des années 1980, la pollution par ‘ozone dépassait « plus de la moitié de l’année » les limites autorisées, souligne Mme Delgado. Les fumées d’échappement des voitures, bus et camions étaient noires. Mexico a donc mis en œuvre un plan de dépollution avec circulation alternée et obligation pour les taxis de se doter de pots d’échappement catalytiques. omar Torres pour AFP 18/03/2010 (1) Le soufre, le monoxyde de carbone, de dioxyde de nitrogène et le plomb restent en deçà des limites recommandées.

Néanmoins les particules en suspension ont augmenté ces deux dernières années en raison e la sécheresse dans les zones cultivées proches de la capitale (M. JAZCILEVICH, chercheur au Centre des sciences de l’atmosphère de l’Université nationale) Document n 011 -SEISME DU 19. 09. 1985 (Le Mexique, Situé sur une Document no 12 – EXPLOSIONS A SAN JUAN IXHUATEPEC LE 19. 11. 1984 zone de subduction entre la plaque Cocos et la plaque Nord Américaine la ville de Mexico est confrontée à une activité sismique importante) Série d’explosions survenues sur le site gouvernemental exploité par PEMEX dans une usine de stockage et de distribution de gaz de pétr P. L située dans la 6 OF