esp

esp

Les Grands-mères de la place de Mai (en espagnol : Abuelas de Plaza de Mayo) est une ONG fondée en 1977 en Argentine, un an après le coup d’État de mars 1976, dans le but de retrouver les enfants volés par la dictature militaire et les rendre à leur familles légltlmes. Proches des Mères de la place de Mai qui se consacrent à la recherche des desaparecidos et à la revendication de justice, les Grands-mères sont candidates au prix Nobel de la paix[Quand ? cinq reprlses entre 2008 et 2012.

Elles ont elles-mêmes été frappées par la répression, avec otamment la séque Noemi Gianetti de M Le 10 décembre 200 a de Carlotto, a reçu le or 3 to View Lima, en 1980, de ntelligence 601 . ciation, Estela Barnes me de IONIJI et l’ONG le prix Félix-Houp ouét-Boigny pour a recherche de la paix en 2010. Ces victimes étaient des étudiants, des syndicalistes, des idéalistes épris de justice sociale. Ils étaient jeunes, la plupart entre 18 et 20 ans, et bon nombre d’entre eux avaient des enfants en bas âge, qui se sont ajoutés à la liste des desaparecidos disparus

Dès le début de leur lutte, les Abuelas ont précisé que tant

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
l’enlèvement des adultes que celui des enfants, répond à un p Swlpe to vlew next page plan bien établi. En enlevant les enfants, on « enlevait » le présent, en enlevant les petits-enfants, on essayait d’enlever le futur. Elles ont compris également que l’enlèvement de ces enfants deviendrait, à la longue, un problème pour l’ensemble de la société. Avec la collaboration de scientifiques et d’institutions internationales (Blood Center de New York

University[réf. nécessaire] de Berkeley[Lequel ? ]) les Grand-mères ont rendu possible aujourd’hui la preuve de la filiation d’un enfant à 99,99 % , même en l’absence des parents[réf. nécessaire]. Ce taux est appelé indice de abuelidad (taux de grand-maternité), en référence à la démarche de ces femmes. Le taux est établi au moyen d’analyses spécifiques du sang des grands-parents, des oncles et des frères et sœurs. Les Grands-mères de la place de mai ont milité pour le vote de la loi 23. 1 portant création de la Banque Nationale des Données Génétiques, adoptée en mai 1987. La Banque abrite les cartes génétiques de toutes les familles dont un enfant a disparu. Aujourd’hui, la banque de données contient les portraits génétiques de 352 familles, soit près de 3000 personnes [réf. nécessaire]. Leur travail a permis d’identifier 107 enfants en 20133 puis en 2014 1154 des 500 enfants kidnappés ou nés en détention durant la période militaire et clandestinement adaptés par les familles des militaires, policier