ertzuiop

ertzuiop

Voilà une des histoires romantiques les plus célèbres car non seulement elle a donné lieu au roman dont il est question ici mais également à une pièce de théâtre et aussi au tout aussi célèbre opéra de Verdi : La Traviata. Adapté également de nombreuses fois au cinéma, ce grand classique ne pouvait pas manquer plus longtemps à ma culture littéraire. Ce qui m’a surprise en premier lieu lors de cette lecture, ce fut sa grande simplicité dans le style d’écriture. Ici, on ne rencontre point de longues descriptions s’étalant sur des pages et effrayant bon nombre de lecteurs. roman est d’ailleurs assez court et se lit très vite car tout est concentré sur l’intrigue et les sentiments des personnages. On rentre donc très r Ce n’est pas pour rie référence, dans son L littérature française or 3 Snipe to View sujet. Is fait lui-même lassique de la iste, en effet, certaines similitudes entre ces deux romans dont la première est la construction. Tout comme dans le récit de l’abbé Prévost, La dame aux camélias utilise le procédé du récit dans le Swipe to View next page le récit. e lecteur fait donc tout d’abord connaissance avec le arrateur dont

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
il ne sait finalement pas grand chose et dont il ignore même le nom. Et c’est à travers ce narrateur que le lecteur apprend petit à petit l’histoire de la relation tragique entre Armand et Marguerite. Nous voici avec un deuxième point commun avec Manon Lescaut : les personnages. Armand, tout comme Des Grieux, est profondément épris d’une courtisane. Pourtant, là où j’ai beaucoup douté des sentiments de Manon pour Des Grieux, ceux de Marguerite envers Armand sont plus clairs même si je reconnais avoir eu à un endroit un léger oupçon mais très vite dissipé.

Le début du roman m’a beaucoup rappelé Un amour de Swann de Proust dans lequel Proust détaille en profondeur les sentiments de Jalousie de Swann à l’encontre d’Odette. le jeu du chat et de la souris auquel se livrent Odette et Swann est identique à celui d’Armand et Marguerite. Les sentiments Oalousie des hommes) et les comportements (dédain des femmes) des personnages sont similaires. Les scènes se ressemblent aussi comme celle où Armand/Swann guette le retour chez elle de Marguerite/Odette.

Le parallèle entre les deux couples s’arrête là car le duo Armand/ Marguerite évolue Marguerite/Odette. Marguerite évolue bien différemment de son « presque reflet » proustien. La relation entre Marguerite et Armand mia profondément touchée et émue. Alexandre Dumas a merveilleusement exprimé les pensées et sentiments de ses personnages et d’Armand en particulier. Savoir qu’en plus, cette histoire est basée sur du réel puisqu’Alexandre Dumas s’est inspiré de sa relation avec Alphonsine Plessis, n’a fait qu’ajouter au réalisme tragique du réclt, de quoi vrament me bouleverser.

Je me suis de plus beaucoup reconnue dans la réaction dArmand, dans son désir de vengeance. Cest fou comme l’amour, quand il est passionné, peut atteindre des extrêmes, tant dans la passion elle-même que dans son exact contraire : la haine. Avec La dame aux camélias, j’ai senti une proximité et un attachement à Armand et Marguerite alors que je n’avais éprouvé que de l’antipathie à l’égard de Des Grieux et Manon. Le dénouement est aussi tragique que dans Manon Lescaut où il m’avait bien fallu ça pour éprouver enfin un peu de compassion pour les personnages.