Epreuve Uniforme De Francais

Epreuve Uniforme De Francais

Épreuve uniforme de français Mercredi 1 7 décembre 2014 1 . Manger et boire 2. Les ouvrages permis (TROIS) dictionnaire, grammaire ou manuel de conjugaison • Robert / Larousse / Multidictionnaire • Dictionnaire des difficultés, des synonymes • Grammaire (sauf le Parce que), Bescherelle de la conjugaison. 3. Nombre de mots • Visez 810 mots • À 710 mots, vous p or 8 Sni* to View (Maximum de B au sous•critere 2) • À 610, c’est encore possible, mais vraiment moins facile. (Maximum de C+ aux sous-critères 1, 2, 3) • À moins de 600, c’est un échec automatique.

Les critères d’évaluation • Trois critères sont pris en considération: . La compréhension des textes et la qualité de l’argumentation • II. La structure du texte • Ill. La maîtrise de la langue Les sujets 0-9 10-19 20-30 31-45 46-60 > 60 Très bien que leur raison? • Non – Raison • Non, parce qu’autant Julie que David sont capables de réfléchir ? qui leur arrive. Ainsi, David fait-il preuve de sang-froid lorsqu’il apprend la nouvelle de la mort de son fils alors que Julie prend le temps d’analyser les sentiments qu’elle ressent. ?? Paragraphe 1 David fait preuve de sang-froid. ?? Paragraphe

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
2 = Julie analyse les sentiments qu’elle ressent. • Conclusion . Ils réagissent tous les deux davantage avec leur tête qu’avec leur cœur. Exemple 3: position OUI et NON Sujet : Dans la pièce de théâtre Blabliblou, les personnages laissent-ils davantage parler leur cœur que leur raison? Oui et non Cœur = Raison Oui, car au moment de l’annonce de la mort de leur fils, David et Julie sombrent d’abord dans une tristesse et une colère vives.

Cependant, ils sont également capables de faire preuve de sang-froid et d’analyser les sentiments qu’ils ressentent. Paraeraphe 1 = David et Jul tés par la nouvelle. Ils parler des deux textes s’il y en a deux. 1. 2 Le développement approprié et cohérent de chaque élément de l’énoncé du sujet de rédaction CINe jamais sortir du texte. DÉviter les jugements de valeur ou les tranches de vie. CIS’assurer que chaque élément de l’argumentation se rapporte directement au « parce que » présenté dans le S. D. 1. La clarté, la cohérence et la constance du point de vue critique DAdopter un point de vue dès l’introduction et s’en tenir à celui-ci tout au long de la dissertation. Oui / non / oui et non PARCE QUE CECI et PARCE QUE CELA). Sous-critère 2 2. 1 La valeur des arguments en relation avec le sujet de rédaction ou le point de vue de l’élève, et leur cohérence L’argument répond à la question: « Pourquoi ? Oui parce que et oui parce que. DVous pouvez vous limiter à un seul argument par paragraphe de développement. 2. La pertinence des illustrations et des preuves Dlnsérez les citations ADÉQUATEM ENT. 2. 3 L’efficacité des explications DIJtiliser vos connaissances formelles (point de vue de narration, figures de style, champ lexical, tonalité, ersification, temps et modes verbaux, ponctuation expressive, types de phrases, connotation, etc. ) L’élève ne doit pas se limiter à énumérer des preuves ou ? résumer des passages des textes proposés : il doit les expliquer et les développer. 2. 2 Comment insérer adéquatement une citation? 2. Comment rendre efficaces les explications? CIÀ l’image de l’hiver qui s’installe dans la ville, Julie se laisse aller ? des sentiments funestes. [qu’un] océan gelé » et cette comparaison hyperbolique témoigne de la désolation qui s’empare de son âme. CIPour insister sur le fait qu’elle ne veut rien entendre des arguments de David, Julie s’écrie avec emphase: « jamais, jamais, jamais! La répétition, marquée par une ponctuation expressive, indique clairement que la protagoniste choisit d’écouter son cœur plutôt que sa raison.

CILa capacité de Julie à analyser ses sentiments est notamment marquée par les verbes prescriptifs dont elle use dans son monologue. « faut « je dois », « il est nécessaire » marquent ainsi sa volonté de réfléchir à ce qu’elle vit. nl_orsqu’ils apprennent la mort de leur fils, David et Julie sont ‘abord écrasés par la tristesse. Les métaphores « sombrés dans l’abîme » et « tourmentée jusque dans sa chair » renforcent l’idée que leur blessure est profonde et que leur souffrance est vive.

DPar ailleurs, la plupart des didascalies soulignent un comportement affectif violent (« Julie, criant, très en colère ») ou une attitude de révolte (« David, fermant vigoureusement la porte au nez de son voisin Ces indications scéniques contribuent à souligner le climat de tension qui règne chez les personnages Sous-critere 3 3. 1 La compréhension juste des textes littéraires D Ne pas dire n’importe quoi. 3. 2 La justesse et la pertinence des « connaissances littéraires formelles » ClFaire un lien explicite entre ce qui est dit et la manière de le dire. (Lien entre le fond et la forme. ) 3. La justesse et la pertinence des « connaissances littéraires générales » DPrésenter des connaissances culturelles et sociohistoriques qui conviennent au sujet de rédaction. Les « connaissances littéraires générales » peuvent se trouver partout dans le texte • en introduction, dans le sujet amené, en conclusion, dans le bilan ou dans rouverture, ou encore dans ‘ensemble du développement. Leur présence se manifeste, selon le cas, par une simple mention, par une brève explication ou par un développement détaillé. Se limiter à donner le titre d’une œuvre ou à nommer un auteur constitue une mention.

Si l’élève apporte une précision éclairant la portée de la mention, il s’agit d’une brève explication. Enfin, le développement détaillé d’une connaissance littéraire générale se définit comme un court exposé qui établit un rapport entre cette connaissance générale (une autre œuvre, l’univers d’un auteur en particulier, les aractéristiques d’un courant ou d’une tendance littéraire, etc. ) et le propos de l’élève. Pour évaluer ce sous-critère, le correcteur ou la correctrice porte un jugement global sur l’ensemble de la copie. Ce n’est pas le nombre de connaissances générales qui importe, mais leur qualité.

Les connaissances littéraires sont pertinentes lorsqu’elles s’incorporent bien au texte de l’élève. Elles apportent des précisions ou des nuances qui complètent sa pensée ou qui enrichissent son propos. Elles ne sont pas plaquées », c’est-à-dire qu’elles font corps avec le reste du texte. Les transitions entre les paragraphes • Entre chaque paragraphe, il est nécessaire d’établir un lien logique entre l’idée que lion vient de développer dans le paragraphe et l’idée qui sera développée dans le paragra que l’on vient de développer dans le paragraphe et l’idée qui sera développée dans le paragraphe qui suit. ?? Cette transition se situe à la fin d’un paragraphe ou au début du paragraphe suivant. Le lien doit être logique, c’est-à-dire qu’il dot relier les deux idées de manière cohérente (lien de cause à effet, lien chronologique, etc. ). ?? Il faut éviter d’expliquer au lecteur ce que l’on est en train de faire (par exemple, il faut éviter les formules du genre : Maintenant que j’ai parlé des personnages, je vais aborder le langage). • Le prlncipe de la transition consiste à relier l’idée principale que l’on vient de discuter à celle qui va suivre, que lion va discuter.

Autrement dit, on peut partir de l’idée que l’on vient d’exposer puis, dans la même phrase, glisser vers l’idée principale qui va suivre. Exemples de transitions entre les paragraphes 1. Peut-on dire que, tant par le langage que par les personnages, ‘extrait de la pièce de Jean Daigle, Coup de sang, traduit bien la tension dramatique propre au théâtre ? exemple de transition : La volonté opposée des personnages ne se traduit pas uniquement par les gestes, mais aussi par le langage qu’ils utilisent. ?? idée précédente les gestes des personnages comme tension dramatique • idée qui va suivre : le langa e des ersonnages traduit la tension Critiquez la véracité de cette affirmation. L’impossibilité pour Don Juan de maîtriser ses passions l’amène inévitablement à devenir infidèle. • idée précédente : la passion démesurée de Don Juan ?? idée qui va suivre : l’inconstance de Don Juan dans ses relations 3. Est-il vrai de dire que l’oiseau revêt une seule et même symbolique dans les poèmes de Prévert et de Saint-Denys Garneau ? xemple de transition • Si l’oiseau chez Prévert est vu comme une liberté d’action, chez Saint-Denys Garneau il représente la délivrance d’une souffrance. • idée précédente : l’oiseau comme symbole de liberté chez Prévert • idée qui va suivre : l’oiseau comme symbole de délivrance chez Saint-Denys Garneau Les organisateurs textuels (marqueurs de relation) utilisés à l’intérieur d’un paragraphe ?? Il est nécessaire qu’il y ait une unité de sens ? l’intérieur d’un paragraphe et c’est souvent les liens entre les phrases qui assurent un tissage uniforme des idées contenues dans un paragraphe. ?? Les marqueurs de relation sont des articulations textuelles assez courtes (locutions, expressions) assurant une cohésion, une cohérence logique entre les différentes parties du paragraphe. Ils établissent ainsi le schéma logique du paragraphe. Voir http://www. laloi. ca/outils/mar ueurs. html Introduire Voir http://www. laloi. ca/outils/marqueurs. html