Entrepreunariat social

Entrepreunariat social

Les entreprises sociales sont d’abord des entreprises. Pas de projet social fort sans projet économique fort : la réponse ? l’intérêt général n’exonère pas de l’impératif de compétitivité ! Les entrepreneurs sociaux doivent gérer en permanence cette tension entre utilité sociale et efficacité économique. Ils ont pour cela besoin d’outils performants, couvrant toutes les dimensions d’un projet d’entreprise sociale : mission et objectifs, impacts sociaux attendus, études de marché et stratégie marketing, positionnement concurrentiel, modèle économique et plans de inancement, etc.

L’entreprise sociale a une finalité sociale qui relègue la finalité économique au second plan, celui d’un moyen mis à son service. Combinant des enjeu de structure mêle de OF4 paradoxal des entrep es Swip next page deux mondes difficile du « business et ce et sociaux, ce type ion. Le caractère à mettre en relation rchand, le monde essés rendus à une collectivité. D’où le nom parfois utilisé de « social business un entrepreneur social cherche à développer une organisation efficace et ambitieuse, économiquement pérenne, qui réponde ? un besoin social resté sans solution, et auquel il souhaite apporter sa contribution.

Le modèle économique de l’entreprise sociale qu’il développe ainsi se distingue de celui des entreprises traditionnelles pa ShAipe to Wew next

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
page par plusieurs aspects, qui éclairent très fortement les spécificités de 1’« entreprise sociale » Les entreprises sociales adoptent une démarche entrepreneuriale et veillent à leur pérennité économique, notamment en imaginant des modèles de financement innovants et en diversifiant leurs ources de financement.

Quelles sont alors les spécificités de financement des entreprises sociales par rapport aux entreprises classiques ? Du fait de leur structure hybride entre le social et le commercial, les entreprises sociales se trouvent à la croisée des chemins en termes de financement. Le financement des entreprises de l’économie sociale et solidaire présente des traits communs avec celui des entreprises classiques.

Elles ont recours au crédit pour financer leurs besoins de trésorerie, leur fonds de roulement ou leurs investissements. Elles s’adressent pour ce faire aux banques dont c’est le métier ou à d’autres institutions financières. Il présente aussi des aspects particuliers qui tiennent à toute une série de facteurs qui les distinguent des entreprises classiques et singularisent leur approche du financement : champ d’activité, origine des ressources, forme juridique, fiscalité.

Différence entre entreprise classique et entreprise sociale En termes de mode de financement Entreprise Classique Apport en capitaux des actionnaires et Réinvestissement des profits dégagés une fois les actionnaires rémunérés Réinvestissement des profits dégagés une fois les actionnaires remuneres Entreprise sociale Complexité et mixité des financements, réinvestissement de 100% des bénéfices Entreprise classique . inanciers Pour financer sa création ou son développement, une entreprise classique peut utiliser deux grandes catégories de capitaux les fonds propres, fournis par les associés de la société ou l’entrepreneur individuel, ou les financements externes, qui proviennent des organismes financiers. Fonds propres ou quasi-fonds propres : Capital social, comptes ourant d’associes, compte de l’exploitant, apports de sociétés de capital-risque, subventions d’investissement Financement externes : Emprunt bancaire, Emprunt aidé, crédit- bail, location financière Entreprise sociale .

La recherche du financement constitue un élément important du succès d’une entreprise sociale. L’entreprise sociale tire de ses activités génératrices des revenus (vente de produits et/ou services) qui permettent de réduire la dépendance à des sources de financement traditionnelles (subventions) pour assurer sa pérennité financière. Les entreprises sociales ont à leurs dispositions plusieurs sources et moyens de financement.

Emprunts bancaires; Dons; Crédit; Parrainages; Opérations d’activités génératrices (produits et/ou services); Organismes d’appui: levées de fonds ou des commandi 3 (produits et/ou services); Organismes d’appui: levées de fonds ou des commandites; Subventions provenant des bailleurs de fonds (gouvernements, municipalités, fondations privées). Les entreprises sociales mobilisent des moyens de nature et d’origine différentes : ventes, aides publiques, dons, cotisations, écénat, bénévolat.

Mais généralement, elles utilisent les mêmes outils de comptabilité, de gestion et d’analyse que ceux utilisés pour mesurer la performance des entreprises à capital actions. Ces instruments ne permettent aucunement de mesurer les spécificités des entreprises d’économie sociale et solidaire, telles que les finalités sociales et environnementales de leurs activités, leur aptitude à mutualiser les ressources et les risques, leur fonctionnement démocratique et participatif, ou encore la dimension non monétaire de l’implication de bénévoles et ‘usagers.

Ces spécificités, propres aux coopératives ou aux organismes ? but non lucratif, influencent grandement le mode d’organisation et d’exploitation de ces entreprises. Elles ont d’ailleurs des conséquences sur la lisibilité de leur situation réelle, de leur fonctionnement et de leurs facteurs de succès. Les états financiers n’offrent qu’un reflet partiel de l’efficacité de l’entreprise, puisqu’ils ne peuvent présenter le tableau complet de l’atteinte de sa mission et de ses objectifs, de ses impacts intangibles et de sa solidité à long terme. 4