Ehique Tot Corr

Ehique Tot Corr

Bdiri wafa Bono Siham Cyadimba Stella Valérie Albano or 10 Sni* to View Travail d’éthique La contention médicale Mme Pouleur régulière d’un mineur, décidée pour son éducation surveillée ou de sa détention régulière, afin de le traduire devant l’autorité compétente ; e. s’il s’agit de la détention régulière d’une personne susceptible de propager une maladie contagieuse, d’un aliéné, dun alcoolique, dun toxicomane ou d’un vagabond f. ‘il s’agit de l’arrestation ou de la détention régulières d’une personne pour l’empêcher de pénétrer irrégulièrement dans le territoire, ou contre laquelle une rocédure d’expulsion ou d’extradition est en cours. » 2. Décrét de la région wallonne concernant la contention médicale « le règlement d’ordre intérieur doit prévoir une procédure relative aux mesures éventuelles de contention et/ou d’isolement dans le but de garantir la sécurité des personnes âgées désorientées, dans le respect de leur droit fondamental à une liberté de mouvement.

Cette procédure précisera au moins la manière dont la décision d’appliquer une mesure de contention ou d’isolement est prise par l’équipe de soins, en ce compris le médecin traitant du résident, a durée de la contention ou de l’isolement et ne peut dépasser une semaine; sa prolongation éventuelle ainsi que les règles spécifiques de surveillance

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
est prise par l’équipe multidisciplinaire.

Sauf cas de force majeure, l’éventuelle mesure de contention et/ 10 aux mesures de contention et/ou d’isolement a pou but de garantir la sécurité des résidents qui présentent un danger pour eux-mêmes et/ou pour les autres résidents, dans le respect de leur droit fondamental à une liberté de mouvement. La décision d’appliquer une mesure de contention et/ou d’isolement est rise par l’équipe de soins, en ce compris le médecin traitant du résident. Cette décision indique la durée de la mesure qui ne peut excéder semaine, les moyens utilisés ainsi que les mesures spécifiques de surveillance.

La prolongation éventuelle de la mesure est prise par l’équipe de soins, avec information au médecin traitant du résident. Sauf cas de force majeure, la mise en œuvre de toute mesure de contention et/ou d’isolement sera précédée d’une information ? la famille et/ou au représentant du résident. La décision, comprenant les modalités de sa mise en œuvre est consignee dans le dossier individuel de soins. Ces mentions sont signées par infirmier et contresignées par le médecin traitant pour ce qui concerne les déclsions initiales. ? 4. Arreter royale du 18/06/1990 Qui se porte sur la fixation de la liste des prestations techniques PAGF 10 une exception à l’application de l’autonomie à l’annexe l, rubrique Sécurité physique « mesures de prévention de lésions corporelles: moyen de contention, procédure d’isolement, prévention de chutes, suraeillance ». 5. La Circulaire ministérielle de la Communauté flamande du 24 octobre 1990 relative à l’isolement des patients admis en hôpital psychiatrique et dans les ervices de psychiatrie des hôpitaux généraux. ? La responsabilité de prendre ou non une mesure de contrainte incombe en premier lieu au médecin en charge du traitement. Les droits du patient sont garantis par des mesures de procédure. Chaque service devant disposer d’une chambre d’isolement doit établir un code de conduite interne en ce qui concerne la prise de mesures de contrainte. Ce code de conduite doit définir en détail les clrconstances qui autorisent la prise de ces mesures ansi que les règles à respecter en matière de chambre d’isolement. Un formulaire d’enregistrement est complété pour chaque esure d’isolement. ? III) Principe fondamentaux 0 inconvénients le patient et ses proches sont libre de choisir. Non-malfaisance La contention va permettre Eviter une chute car le BS a des troubles de la marche, trouble de visions ainsi que d’audition comme BS peut avoir des troubles de comportement il peut devenir dangereux envers le personnelle. Le BS c’est arracher l’aiguille a plusieurs reprise. Bienfaisance Poursuivre le traitement en IV et en prévention éviter sa propre mise en danger, proposer un accompagnement à tous les troubles qui présent, vérifier qu’il n’y a pas de complication , scarre, déshydratation, incontinence. ustice Le patient est traiter équitablement et sans discrimination par rapport aux autre patient car le but est de guérir et de protéger le patient. Ily a juste la façon de soigner qui diffère Principe dérivé Véracité Réunion pluridisciplinaire avec les proches de la famille pour expliquer les faits clinique, les risques, les bienfaits de la contention. Informer les proches de l’état de santé du BS. inviolabilité Garantir le secret professionnel en rapport à son état de santé, surveillance de Pétat psychologique, passer régulièrement pour rée un lien avec le patient vérifier que le patient va bien.

Respect de sa croyance, de sa culture. Confidentialité Garder confidentielle ce que le patient nous raconte de son passer, par rapport à sa famille ainsi que les relations dans sa famille, ce pendant le secret professionnelle peut être interrompu si le Apatient est en danger nous ouvans mettre en place le secret partagée. PAGF s 0 nous pouvons mettre en place le secret partagée. Fidélité On doit tenir compte des engagements fait auprès de la famille ainsi qu’auprès du médecin : si la famille refuse que le patient orte des contentions nous pouvons utiliser d’autre manière de le solgne. 0 L’identification des valeurs Valeurs du patient : Patient de 90 ans, sans antécédents d’hospitalisation, qui était totalement autonome à son domicile, il n’aime pas être dépendant, ne pas savoir se débrouiller seul. Il se dégrade, et ? peur de l’avenir. La famille : La famille à déjà des difficultés à voir l’état actuel du patient, d’habitude en pleine santé, mettre des liens de contention serait selon eux une entrave à sa liberté.

Les soignant : Ils sont dans l’obligation de faire tout ce que est possible pour établir la santé du patient, lorsque des problème se présentes ils doivent prendre des décision pour y remédier. D’où la demande de mise sous contention pour pouvoir continuer une bonne prise en charge thérapeutique. L’identification du problème En prenant du recul, nous nous rendons compte que le patient, qui à son habitude, est totalement autonome, se retrouve hospitalisé, dégradé physiquement, et sous contention.

La famille qui le voyer en bonne santé, assiste impuissante à son hospitalisation, la contention est pour eux une entrave à la liberté qu’exprime habituellement le patient. En effet, si on choisit d’appliquer la contention, on privilégie le respect de la vie, avec l’obligation et le désir de voir le patient se rétablir coûte que coûte. Or si ,à décision de cesser la contention est retenu, on privilégie la qualité de vie du patient, le respect de la personne. On privilégiera la bienfaisance, et la poursuite du traitement, ? l’autonomie du patient. Les alternatives Solution nol .

Passage des traitement IV en traitement 7 0 patient. passage des traitement IV en traitement per os, sur décislon du médecin et si possibilité. Avantages : il n’y aura plus de voie d’entrée, et donc plus de aison de se dépiquer, on respect la qualité de vie, l’autonomie, la bienfaisance. Inconvénients : l’infirmière doit se consacrer à un seul patient, et augmenter incisif le risque d’incidents avec les autres patients, car elle leurs prêtent moins attention Solution n02. La contention est élevé, mais un membre du personnel doit rester à côté du patient le temps du traitement.

On respect ainsi à la fois la vie du patient et son autonomie. Avantage : le soignant pour à communiquer et fournir des explications au BS. Solution n03 : Un membre de la famille du patient reste la journée pour pouvoir almer le patient et éviter qu’il se dépique, il veille sur lui. Avantage : le patient à constamment quelqu’un avec lui, il est rassurer. Inconvénients : il faut que le membre de la famille soit toute la journée à veiller sur le patient. Inconvénients : pas devoir d’entrée en cas de problème grave venant à survenir.

Incertitude que le médecin acceptera cette décision. Retour sur l’opinion spontané Il est possible, dans certain cas que notre expérience professionnelle, et nos habitude de travail, anticipe ou gulde précipitamment, notre démarche à adopter dans le suivi thérapeutique d’un patient. Dans le cas présent, nous avons remarquer que d’autres solution peuvent se présenter à nous cela dans le but de préserver le respect, l’autonomie, la qu BS, et présenter a nous, cela dans le but de préserver le respect, l’autonomie, la qualité de vie du BS, et la bienfaisance.

Nous pouvons donc dire que l’opinion spontané du début à état modifié, après étude des différentes valeurs, et autres approches thérapeutique. La décision La solution avec le plus d’humanité serait, de stopper le traitement IV et de passer en traitement per os, cela respecterai plus la vie du patient, en effet il a 90 ans, si la famille et les oignants décident de ne pas faire d’acharnement thérapeutique.

Sulte de l’histoire : Le patient agé de 90 ans, sans antécédents d’hospitalisation, totalement autonome au domicile, est atteint de septicémie, ses résultats biologique sont grandement perturbés. Il doit impérativement recevoir l’intégralité de son traitement, or son agitation ne le permet pas. Suite à la visite de la famille, au chef de service, il ne comprennent pas l’état actuel du patient et se soucis de sa santé, il ne comprennent pas les traitement mis en place et refuse que le patient soit attaché, car ils trouvent cela « inhumain’