Education For Death

Education For Death

Education for Death (Education à la mort) (1943) Résumé L’histoire se focalise sur l’éducation d’un jeune allemand, Hans, embrigadé dans la doctrine nazie (« The Making of a Nazi », c’est à dire comme on fabrique un nazi). Au fil des années, le petit Hans devient peu à peu un soldat, recevant une « éducation à la mort » au cours de laquelle il apprend à devenir une machine sans « aucune graine de rire, d’espoir, de tolérance ou de pitié’ .

Analyse Education for Death succède à Der Fuehrer’s Face (sorti au début de l’année 1943) dans la série des courts métrages de vien « ext propagande anti-nazi aux grandes oreilles a guerre, ce qui liem productions comme comme Dumbo ou F Swape nextp g tudios de la souris e la période de de grandes aines productions as le succès espéré et mettent Walt Disney en difficulté sur le plan financier (Fantasia a ainsi coûté 4 fois le budget initial De 1941 à 1945, les studios Disney signent un contrat avec l’armée américaine pour réaliser un total de 32 courts métrages animés de propagande pour 4,500 $ pièce.

Ce sont précisément ces dessins animés de propagande, très violente dans Education for Death, qui permettent au studio de survivre

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
à la crise. Au moment de sa sortie en 1943, le court étrage est présenté comme un « entertainment show », c’est à dire un film de divertissement, dont l’issue reste très sombre cependant.

De l’avis de Ihistorien Disney Leonard Maltin, qui dirige aussi la prestigieuse colle collection DVD « Walt Disney Treasures », les artistes animateurs ont particulièrement travaillé sur les formes humaines, tantôt effrayantes avec des jeux d’ombres, tantôt attendrissantes notamment lorsqu’il s’agit de décrire la naiveté des parents de Hans au début face à un régime autoritaire.

Dans sa biographie sur Walt Disney, Louise Krasniewicz résume dans une longue hrase le message du court métrage : dans Education for Death, un court métrage animé de dix minutes sur comment les professeurs nazis « endoctrinent la jeunesse avec la philosophie des surhommes défendue par la trinité diabolique allemande [Hitler, Goebbels, Goering] », les artistes Disney ont eut recours ? la satire, à l’humour et aux stéréotypes ethniques pour délivrer leur message » Ward Kimball réalise l’essentiel du travail d’animation.

Le court métrage est une histoire narrée, où finalement les personnages sont des illustrations qui servent le dialogue et les commentaires u narrateur Art Smith. Les personnages parlent exclusivement allemand, leur dialogue étant retranscrit Indirectement en anglais par Art Smith. La voix originale d’Adolph Hitler a d’autre part été utilisée dans plusieurs passages du court métrage, notamment dans la scène finale où des troupes avec des torches sont rassemblées autour d’un homme en uniforme, vraisemblablement un officier.

Afin de réussir ce tour de passe- passe, les animateurs ont tout simplement puisé dans des extraits d’actualité, notamment radiophoniques, permettant ainsi de reproduire à l’identique la voix du dictateur. Pour la musique originale, les artistes se sont inspirés du folklore allemand avec l’extrait 2 la musique originale, les artistes se sont inspirés du folklore allemand avec l’extrait de « La chevauchée des Walkyries » de Richard Wagner, ou encore en parodiant le conte La Belle au bois dormant.

Les animateurs Disney se sont enfin servis du portrait d’Hitler en chevalier conquérant réalisé par Hubert Lanzinger en 1938, Der Bannertrager. Le court métrage est inspiré du livre « Education for Death – The Making of the Nazi » écrit par l’américain Gregor Ziemer, à qui on doit l’adaptation. Le livre, qui connait un succès a sa sortie, n’est pas un roman fiction comme on pourrait penser, car Gregor Ziemer a vécu en Allemagne de 1928 à 1939.

Son récit s’inspire donc bien de la réalité de l’Allemagne nazie et en particulier de l’endoctrinement des plus jeunes par la société. De toute évidence, le court métrage ne reprend pas la totalité du livre qui se veut d’ailleurs plus narratif, mais fait allusion à certains éléments comme les autodafés de livres d’Albert Einstein, de Voltaire ou de Thomas Mann, ou encore une allusion à l’euthanasie pour ceux considérés comme improductifs par la égime nazi, lorsque le jeune Hans tombe malade.

II y a enfin la politique des naissances sous le IIIe Reich qui est évoquée. Parmi les autres allusions historiques du court métrage, on remarque au début parmi la liste des « noms interdits », ceux de Franklin, Joseph et Winston en référent à Franklin Roosevelt, Joseph Staline et Winston Churchill.

L’ensemble des historiens Disney s’accordent pour dire que Education for Death est le court métrage de propagande le plus « dur » de Disney, avec une fin tragique proche de celle de Chicken Little- Mais alors qu 3 propagande le plus « dur » de Disney, avec une fin tragique proche e celle de Chicken Little- Mais alors que Education for Death et Reason and Emotion sont similaires au format de documentaire, Der Fuehrer’s Face et Chicken Little pourraient prendre place dans la série des courts métrages Donald Duck ou celle des Silly Symphonies.

Le livre de Gregor Ziemer connait encore d’autres adaptations en film. La même année 1943 sort « Hitler’s Children » (Les enfants d’HitIer), cette fois-ci une adaptation en film avec des acteurs réels. Une page du magazine Life de février 1943 est d’ailleurs consacrée à la promotion du court métrage Education for Death et à la fois du film. Références BOWDOIN VAN RIPER (A), Learning from Mickey, Donald and Walt: Essays on Disney’s Edutainment Films KRASNIEWICZ (Louise), Walt Disney : A Biography SHULL (Michael Sr), WILT (David E. , Doing their bit: wartime American animated short films, 1939-1945 Vidéos Educatlon for Death sur Dailymotion (VO sous titrée français) La bande annonce du film « Hitler’s children » (1943) sur Youtube (anglais) Détails Date de sortie : 15 janvier 1943 (Etats Unis) par RKO Radio Pictures Couleur (Technicolor) Réalisation Clyde Geronimi Animation : Norman Tate George Rolley John Lounsberv 4