ecriture d’invention style de flaubert

ecriture d’invention style de flaubert

unes que les autres. Elle se levait le matin PACE 1 or 2 après avoir bu un ver de „ El grenier, dépensait s content de son travai ecriture d’invention style de flaubert Premium gy jumelle8S I OKTR6pq I I, 2014 2 pages Écriture d’invention : La servante Berthe était une pauvre servante négligée qui travaillait chez Monsieur de Lenviot, un petit bourgeois provincial, veuf et sans enfants. Elle avait été engagée car cet homme, violent et avare, n’avait réussi avec ses manières brusques, qu’à faire fuir les autres servantes qui s’étaient présentées.

Elle était d’une nature volontaire mais, avait un vilain penchant pour l’alcool, et n’avait aucun sens des responsabilités. Elle n’avait pas trouvé de meilleure place et restait ici par défaut. Dans son petit manoir, Monsieur de Lenviot lui faisait brosser les sols, nettoyer les fenêtres ainsi que d’autres tâches, aussi ingrates les to page in et se couchait ‘tait logée dans le son maitre, jamais . Elle n’avait pour seul effet personnel que sa robe du dimanche et une médaille ayant appartenu à sa grand-mère.

Mais Berthe n’avait pas toujours eu cette vie. Fille d’un boulanger et de sa femme, elle fût une enfant choyée. Mais à la veille de

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
ses huit ans, ses parents moururent du choléra, à quelques mois d’intervalle. C’est donc sa tante qui l’éleva, une vieille fille qui n’avait jamais eu d’enfant et qui vivait l’arrivée de sa nièce comme une malédiction. Elle vendit la boulangerie, et, fit travailler Berthe comme une forcenée. C’est en travaillant à côté de son alcoolique de tante que Berthe développa la même addiction. ?? dix-sept ans, elle s’enfuit en emmenant seulement la médaille venant de sa grand-mère, don de sa défunte mère, ainsi que sa plus belle robe. Elle quitta donc sa petite ville de province pour monter vers Paris où elle pensait trouver une place en temps que servante, mais désenchanta bien vite. Elle était Incapable de marchander aux Halles ou de plumer un poulet et toutes les portes se refermaient sous les yeux moqueurs des autres servantes. Au bout d’un an, elle se résolu donc à repartir, le cœur brisé, ses rêves envolés.