Economi Grands Courants 1

Economi Grands Courants 1

l. HAPITRE 1 : LES GRANDS COURANTS DE LA PENSEE ÉCONOMIQUE La pensée économique est très ancienne puisqu’on peut la faire remonter d’Aristote et Platon. Pour ces différents auteurs, la pensée économique n’est qu’un aspect de la morale et de la philosophie. C’est surtout à partir du 18ème siècle que se développe la pensée économique moderne. C’est un vaste labyrinthe dans lequel les courants et les sous courants sont nombreux. Objectifs : faire ressortir les différences essentielles dans la manière d’appréhen référant à 3 axes fon – Le courant libéral (é Le courant marxiste

Le courant Keynési l. Le courant libéral 2. omiques en se or 8 de marché) C’est le plus ancien, il est apparut en France et en Grande Bretagne. Il regroupe un très vaste champ de doctrine et de théorie dont les principes sont : Primauté de l’individu intérêt personnel Liberté de l’activité économique Bienfaits de la concurrents Ils font tous confiance aux mecanismes du marché et ils estiment que PEtat ne doit pas trop intervenir dans la vie économique. Les physiocrates sont des auteurs français dont le chef de file est QUESNAY.

Ce sont des auteurs qui ont estimés que les sociétés sont régies ar un ordre naturel voulu

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
par dieu. pour eux l’économie est commandée par la nature donc seul la terre est source de richesse. François QUESNAY a élaboré un tableau économique qui décrit la circulation des biens au sein de la société (1 ère approche macro- économique). La société est divisée en 3 classes • – Classe productive Classe des propriétaires Classe stérile (artisans, commerçant) Objectif : montrer que la société fonctionne en harmonie c’est ? dire que chaque classe a son rôle.

Il faut empêcher tous ce qui limite la circulation des biens et des ichesses au sein de la société. B. Les classiques Ils sont considérés comme les véritables fondateurs de l’économie politique. Ils font tous l’apologie de l’individualisme et du laisser faire. SMITH (1 723 – 1790) Il développe la fameuse théorie selon laquelle chaque individu est guidé par une « main invisible » qui le pousse à agir selon son intérêt particulier et a contribuer à Vintérêt général. ? Donnez moi ce dont j’ai besoin et vous aurez de moi ce dont vous avez besoin vous-même » Il explique aussi comment le mécanisme des prix adapte automatiquement l’offre à la demande. Offre qui augmente Baisse des prix Baisse de la Production Demande qui augmente Hausse des prix Hausse de la production débouchés : « les produits s’échangent contre des produits ou encore l’offre crée sa propre demande Pour lui il ne peut y avoir de crise de surproduction si les échanges sont libres car le mécanisme des prix permet aux entrepreneurs de savoir ce qui est désiré et donc ce qu’il faut produire.

Cl[JDavid RICARDO (1 772 – 1823) Il a essayé de comprendre les échanges internationaux et il en a conclu l’intérêt de la spécialisation de chaque pays. ? Le libre échange enrichit un pays en donnant à chacun le richesses d’autrui » ntJMALTHUS Il a réfléchi sur la relation entre population et développement économque. Il a observé que les richesses progressaient selon une progression arithmétique alors que la population progressait selon une progression géométrique. Ceci est une vision pessimiste de la société. C.

Les néo-classiques Ils prennent le relais à partir de la 2ème moitié du 19ème. CID Valeras, Menger et Jiebons sont trois néo-classiques Ils ont systématisé le principe hédoniste selon lequel chaque ndividu cherche à maximiser ses satisfactions avec le moindre effort. Le producteur a pour objectif de maximiser sa production avec un budget donné compte tenu de chaque facteur de production et de leur substituabilité. Le consommateur cherche, ave un budget donné, à obtenir le niveau de satisfaction le plus élevé possible compte tenu des prix des biens.

Producteurs et consommateurs réagissent aux informations que leur donne le marché grâce aux prix. En conséquence, l’Etat doit laisser le jeu de l’Offre et de la Demande fonctionner librement pour que la flexibilité des prix réalise les ajustements. Appliqué au marché du travail, ce librement pour que la flexibilité des prix réalise les ajustements. Appliqué au marché du travail, ce mécanisme implique qu’en cas d’excédent de main d’œuvre disponible la baisse des salaires évite le chômage.

Par la suite tout au long du 20ème siècle les économistes libéraux se sont surtout attachés à dénoncer les méfais des interventions économiques et sociales de l’Etat. L’Etat ne peut pas disposer de toutes les informations nécessaires pour agir correctement sur les mécanismes économiques donc our eux toute politique économique est vouée à l’échec Confier à l’Etat des responsabilités économiques c’est engager les hommes sur la route de la servitude.

Depuis 1945, divers courant néo-libéraux ont réagis aux diverses interventions de l’Etat- Friedman, Lucas vont présenter des analyses selon lequel le poids excessif des dépenses publiques et des prélèvements fiscaux affaibli le dynamsme économique. Pour eux tous, il faut privatiser certains sewices publics, il faut supprimer le salaire minimum. Les mesures préconisées par ces auteurs sont d’une ampleur ariable selon les courants, certains sont assez modérés alors que d’autres défendent des thèses radicales.

Ecole des choix publiques, l’école du capital humain, la nouvelle école classique,… La nouvelle école classique est défavorable à toute politique conjoncturelle mais favora itique structurelle dans ouvrière en Angleterre que Marx a étudié le processus d’évolution du capitalisme. La société est divisée en 2 classes . – Classe capitaliste bourgeoisie – Classe ouvrière force de travail, prolétaires Principe d’exploitation des travailleurs : les cap•talistes font ravailler au-delà du nombre d’heures nécessaires pour que le travailleur assure sa subsistance.

Le supplément est appelé la plue value qui constitue l’unique source de profit. Ce fonctionnement comporte des contradictions. A. Les contradictions La concurrence et le progrès technique poussent les entrepreneurs à accumuler le captal technique et à remplacer les hommes par les machines. Or comme la force de travail est la seule source de profit. Les capitalistes réagissent en augmentant le degré d’explo’tation des travailleurs. De plus, la concurrence élimine les producteurs les plus faibles ui vont donc rejoindre la catégorie des prolétaires.

DF B faits qu’il avait prévu se sont réalisés (crise de 1929, phénomène de concentration, difficulté d’écoulement de la production) Marx n’avait pas prévu le développement des interventions économques de l’Etat- En conséquence il existe une grande variété de courant marxiste qui se sont adaptés aux problèmes nouveaux. On peut citer : e capitalisme monopolistique d’Etat : Ce courant est caractérisé par l’interpénétration du secteur privé et de l’action des gouvernements. Ce système a pour effet de restaurer le aux de profit des entreprises en les déchargeant de certains coûts de la force de travail.

On peut citer le néo-marxisme qui s’intéresse au sous développement qui est crée par les firmes multi nationales et qui entraîne la dépendance des pays en voie de développement, par rapport aux pays capitalistique. Ill. Le courant Keynésien Keynes (1883 – 1946) 0011 prend le contre pied des thèses classiques et néo-classique. Il va faire une analyse macro-économique. Principal point de divergence : les mécanismes du marché ne permettent pas d’ajuster automatiquement l’offre et la demande. CIOSolution : l’Etat doit intewenlr pour rétablir les grands équilibres.

A. Les principes de base Il a ajouté : La propension marginale à consommer : Variation de C / Variation de R – La propension marginale à épargner : Variation de E / Variation de R L’investissement dépend de l’incitation des entreprises à investir. Le taux de rendement escomptés est comparé au coût de l’argent (taux d’intérêt). Si le taux d’intérêt < taux de rendement investissement B. Le rôle de l'Etat DÜDéséquilibre entre l'offre et la Demande : cause : insuffisance de la Demande globale

DONe pas laisser baisser les salaires : il faut stimuler la demande DÛL’Etat préconise une hausse de la consommation et de l’investissement DOKeynes a élaboré une théorie : une certaine variation du Revenu ont obtient une variation K fois supérieur au taux d’investissement. d’excellent résu tat (30 glorieuses) mais depuis elle rencontre des limites liés à l’ouverture sur le monde et liés aux exigences qui en résulte du point de vue de la comptabilité. Limites : Raisonnement en économie fermée – Raisonnement à Court Terme – Il a ignoré les évolutions à Moyen Terme et à Court Terme D.

Les successeurs Ils partent de l’analyse de la concurrence imparfaite et ils développent la vision du marché incapable de s’auto réguler. Ils concluent sur l’intérêt. Concluslon : dans ce foisonnement d’idée, il faut citer tous les économistes qui s’écartent des 3 axes majeurs. On peut les classer dans la catégorie des structuralistes car ils essaient de trouver les réponses dans les structures techniques, sociales. CI[JSCHLJMPETER : historien de l’économie et sociologue, il a été influencé par le marxisme sans y adhérer. Il intègre les facteurs techniques. DÛFrancois PERROUX : (19 8C,FB