E criture d invention

E criture d invention

Écriture d’invention : Don Juan, Sganarelle, Mathurine . Don Juan, après avoir déjeuné, s’en va promener dans le bois voisin a sa demeure… Don Juan: Allons y mon bon Sganarelle, rien de tel qu’une sortie pour admirer notre nature qui nous est si précieuse. Sganarelle: avec dépi Apres quelques minu Sganarelle : Monsieu Don Juan : Plait il ? or 3 ne voix chantante. Sganarelle : Il m’a semblé entendre une voix sur notre droite. Don Juan : Effectivement, je l’entend de même, rejoignons la. Ils Siy dirigent et trouve une femme panier a la main.

Sganarelle: que fais tu hors de tes champs un jour d’automne si parfait paysanne ? Mathurine : veuillez bien excuser la fille que j’suis mais c’est mon oncle, le fermier Isembert qui m’envoie cueillir des champignons dans ces bais. pourr… Don Juan : ignorant complètement son valet,mais voyons ma bonne demoiselle, auriez vous l’amabilité de me citer votre nom ? Mathurine : Mathurine, bégayante, je me nomme Mathurine. Don Juan : Mathurine… votre nom m’inspire des grandes statues d’une déesse grecque possédant une beauté indescriptible.

Sganarelle :(à voix basse) mais monsieur, aucune déesse n… Don Juan: (il écarte son valet), Et vos yeux, ils m’évoquent la plus

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
profonde des eau pure. Mathurine : Arrêtez donc vos sottises, vous me troublez du plus haut point, c’est quia vos yeux je ne peut point être belle,je ne suis que paysanne et vous noble de nature. Don Juan : Au diable ces balivernes, je n’ai que faire de nos différences, seul l’amour que je porte en vous m’évoque des sentiments. Mathurine : Cependant, mon cœur a déjà été acheté par mon oisin et futur mari, et je peux que lui obéir.

Don Juan : (se contrefichant de son avis),Vous m’évoquez la douceur a entendre votre voix de la rosée du matin. Mathurine pourtant mes journées de labeur exigent de moi que je ne puisse pas me reposer. Don Juan: que vous me semblez perspicace que vous êtes belle . Mathurine : Que Monsieur arrête ses compliments, mes chevilles sont non seulement au bo ent mais aussi vous me aussi vous me donnez l’impression que vous vous moquez de ma personne. Don Juan : Comment oserais-je ! ue dieux me punisse si ait traversé ne serais-ce qu’une fois mon esprlt !

Mathurine : c’est d’accord je vous crois, mais tiendrais vous votre promesse ? Sganarelle:Douterais tu de mon maitre ? Saisie ta chance voyons, personnellement, je n’ai jamais pu l’observer autant obstiné par une femme Mathurine : Et notre mariage, en quoi y compte il ? Don Juan: Sans aucun souci, je viendrais vous chercher quand vous serez prête a vous engager car pour moi, mon choix tout fait. Mathurine : Je ne peux y croire qu’en votre parole, il me emblerait donc préférable de nous engager dès ce soir qu’en pensez vous ?

Don Juan : Le raisonnement et la douceur de vos paroles me laisseront perplexe pour l’éternité, Vous l’avez décidé ainsi, soyez prête a partir car nous nous retrouverons dans la soirée. Tu as entendu mon brave ? Sganarelle d’un air perplexe) c’est tout noté. Don Juan:(rechaussant ses étriers et tournant le dos a la jeune femme) Et bien que le crépuscule nous réunissent ! Ils rentrèrent chacun de leur côté Le soir même, Don Juan iv ns les pintes d’une