dyslipidémie

dyslipidémie

Diététique de la dyslipidémie 1) Définition Anomalie du métabolisme des lipides à l’origine de perturbations biologiques. On peut observer : – Une hypercholestérolémie : augmentation isolée du cholestérol – Une hypertriglycéridémie : augmentation isolée des triglycérides – une hyperlipidémie : augmentation dun ou plusieurs composants lipidiques plasmatiques : TG ou CHO ou les deux. 2) Rappels de pathologie 2. ) Etiologie Très schématiqueme primaires, constituan l’essentiel de la mala dyslipidémies secondaires à une m maladie rétrocède (ex : s génétiques, et des lorsque cette diabète, obésité, prise d’oestrogènes, effets de l’alcool, lithiases biliaires 2. 2) Classification des dyslipidémie Classification de DE GENNES Classification de FREDRICKSON et OMS Sérum ? Jeun Cs total LDL HDL Endogène .

Glucodépendante Alcoolodépendante Pléthorodépendante Exogène (dépendante des graisses) Endogène + exogene 3) Le cholestérol 3. 1) Le « bon » cholestérol C’est celui qui est transporté par les HDL. Si le HDL cholestérol augmente diminution du risque d’athérosclérose. un taux de HDL cholestérol bas est un facteur de risque cardiovasculaire. 3. ) Le « mauvais « cholestérol Une augmentation du taux de LDL cholestérol est un facteur de risque de pathologies cardiovasculaires.

Les LDL oxydés sont les initiateurs de la plaque d’athérome. On diminue donc le risque CV

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
en diminuant le taux de LDL cholestérol. 4) Rôles et sources des acides gras 4. 1) Rôles HDL cs LDL cs d’olive Huile d’arachide Huile de colza Avocat Certaines viandes AGPI Huile de soja Huile de noix Germe de blé Adulte : AGI AET 03 1%AET Q6/lJ3 < 5 Pathologie cardiaque 03 1 % AET < Ou = 5 Adulte : DHA - 250 mg EPA DHA = 500 mg DHA * EPA = 500 à 750 mg du risque de thrombose)

AGNI : Adulte : AGS < ou 12 % AET avec acides L, M et P = AET Pathologie cardiaque : idem ACMI : acide oléique : Adulte 15 à AET pathologie cardiovasculalre : AET 6) Les constantes sanguines Cholestérol < 2 g/L LDL< considérés au fur et à mesure. On peut être amené à reformuler les objectifs intermédiaires tels que • - Modérer les quantités - Envisager d'autres modes de cuisson Remplacer le beurre par de la margarine. 7. 1) Diététique de la dyslipidémie de type Ila But : Equilibrer les paramètres sanguins lipidiques.

Diminuer le LDL cholestérol, Augmenter le HDL cholestérol et iminuer le Cs total. AET : si IMC ok normo-énergétique, si IMC surpoids important ou obésité hypoénergétique – Protéines : si IMC ok 11 à 15 % AET, si IMC surpoids important ou obésité — 15 ? Lipides : 35 à 40 % AET – CS total : < 150 mg est idéal - pour diminuer les apports en Cs : supprimer les abats, la ceraelle, les viandes grasses et le gras de la viande en général. Supprimer la charcuterie, les têtes des crustacés. Supprimer le beurre (toléré 10 g le matin sur les tartines).

Supprimer les œufs 2 fois par semaine en comptant les préparations à base d’œuf. On limite aussi les AGS : on supprime les PL entier, les viandes grasses et la charcuterie. On favorisera les PL écrémés ou écrémés Les viandes peu grasses Les AGMI (Huile d’olive, colza) On préconise une consommation de 400 à 600 g de poisson par semaine. (Prim’vert, St Hubert 103) – Margarine enrichie en phytostérols (Pro Activ) Les phytostérols diminuent le cholestérol total de 5 à 1 pour une consommation quotidienne de 2 à 3 g par jour. 1 pot de spécialité laitière type Danacol apporte g de phytostérols – 1 bouteille de spécialité laitière à boire apporte 1,6 g de g de margarine enrichie (Pro Activ) apporte 0,53 à 0,75 g de phytostérol – Soit au total entre 2 et 3 g de phytostérols Les glucides : ils restent les compléments énergétiques de la ration. 45 à 54 % de rAET Si WC fort surpoids ou obésité ; 45 à de l’AET Il faudra modérer l’apport en fructose qui favorise la synthèse des VLDL et du cholestérol endogène et qui augmente aussi les triglycérides.

PS à maximum de [‘AET. Alcool : il peut être conservé (ANC : AET pour les femmes, 10 % AET pour les hommes) Dans ce cas maximum de l’AET (1 à 2 verres de vin par jour) Fibres : 25 à 30 g. Elles limitent l’absorption du cholestérol, elles permettent la synthèse de l’acide butyrique qui prévient du cancer du côlon. Cf cour sur les fibres. Activité physique : encourager le patient à pratiquer une activité physique régulière, celle-ci contribue à augmenter le HDL cholestérol. . 2) La dyslipidémie de type IV C’est une dyslipidémie très ui est peu athéroeène. régime hypo-énergétique. L’amaigrissement est le plus efficace pour ramener les triglycérides à la norme. Un amaigrissement de 10 à suffit pour améliorer les paramètres pour calculer les BEI, utiliser un poids souhaitable avec IMC à 25. On encouragera le patient à pratiquer une activité physique régulière pour améliorer le bilan lipidique et diminuer l’insulinorésistance.

La dyslipidémie de type IV a deux types de sensibilité : – Sensible à l’alcool et/ou – Sensible aux glucides Lipides : 35 à 40 % de l’AET On sera particulièrement attentif à la qualité. On favorisera les 033 en proposant une choix d’huiles riches en 1×13 (colza, soja, noix) et la consommation de poissons gras. Les apports en cholestérol seront 300 mg Glucides : 45 à 50 % AET Valoriser les glucides à IG bas et éviter les aliments à IG haut omme le pain blanc.

Si la dyslipidémie de type IV du patient est sensible aux glucides : zéro PS Limiter les fruits à 2 par jour maximum. Supprimer les édulcorants riches en fructose, ainsi que les aliments riches en fructose : miel. Protéines : elles sont les compléments énergétiques de la ration. 10 à 20 % de [‘AET Pas de produits laitiers au lait entier. On évitera les viandes grasses. Fibres : 25 à 30 g rôles habituels. Alcool : si la dyslipidémie de type IV du patient est sensible ? l’alcool, on supprimera l’alcool ! Si elle n’est pas sensible à l’alcool : 5% de l’AET.