droit constit

droit constit

Chapitre 1 L’Etat Ernest Renan : « Qu’est ce qu’une nation ? Y, 1882 « Ce qui constitue une nation, ce n’est pas de parler la même langue, ou d’appartenir à un groupe ethnogr de grandes choses or2 dans le passé et dev Sni* to View Une nation est une â vrai dire, n’en font ‘avoir fait ensemble ns l’avenir. . Deux choses qui, ? qu’une, constituent cette me, ce principe spirituel. L’une est dans le passé, l’autre dans le présent.

L’une est la possession en commun d’un riche legs de souvenirs ‘autre est le consentement actuel, le désir de vivre ensemble, la volonté de continuer à faire valoir l’héritage qu’on a reçu indlvis. Une nation est donc une grande solidarité, constituée par le sentiment de sacrifices qu’on a faits et de ceux qu’on est disposé à faire encore. Elle suppose un passé ; elle se résume pourtant dans le présent par un fait tangible : le consentement, le désir clairement exprimé de continuer la vie commune.

L’existence d’une nation est l’individu est une affirmation perpétuelle de vie » ?? Article 1 / ONU : « Les buts des Nations Unies sont les suivants : • S 2 Développer entre les nations des

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
relations amicales fondées sur le respect du principe de l’égalité de droits des peuples et de leur droit à disposer d’eux-mêmes, et prendre toutes autres mesures propres à consolider la paix du monde » • Résolution 1514 (XV) de l’Assemblée générale des Nations Unies du 14 décembre 1960 : la décolonisation • Artlcle 2. ? Tous les peuples ont le drolt de libre détermination; en vertu de ce droit, ils déterminent ibrement leur statut politique et poursuivent librement leur développement économique, social et culturel. » • Carré de Malberg : « La souveraineté, c’est le caractère suprême d’un pouvoir : suprême, en ce que le pouvoir n’en admet aucun autre ni au-dessus de lui, ni en concurrence avec lui. Quand on dit que l’Etat est souverain, il faut entendre par là que, dans la sphère où son autorité est appelée à s’exercer, il détient une puissance qui ne relève d’aucun autre pouvoir et qui ne peut être égalée par aucun autre pouvoir »