droit civil

droit civil

Il serait bien vain, s’il n’était carrément blâmable, d’exposer les grands problèmes économiques contemporains qui affectent notre planète, notre continent et notre pays, sans faire référence aux suggestions qui ont permis a la pensée d’éclore et a la controverse de s’aiguiser. Ces propos liminaire certe sommaires s’essaient a tisser la trame sur laquelle, au fil des siècle des conjonctures fort diverses sont venu se mailler. A leur éclairage, les faits se profils autrement, cependant que leurs interprétations s’enrichissent.

De la plus haute antiquité a la renaissance, il n’y eut pas, a roprement parler, de véritable réflexion économique. Certes, la civilisation hebraiques hérige le travail en commandement, Swp to page la grece classique dél l’Economique de Xen et fait sienne l’econo antique, toute impré moral, puis dirigiste moral. ors e Socrate, édite unisme platonicien tandis que la romr des considerations rit d’economie Hors témoignage de charité universelle véhiculé par les premiers auteurs chrétiens tel celui de saint augustin, aucun recueil marquant ne o oparu avant le moyen age.

A cette époque tant sous la plume de cannoniste aussi illustre que saint Thomas d’Aquin que sous celle es conseiollers éclairer du prince a l’instar de Nicolas Oresme, furent piblié des textes desquelles émanent la réprobation

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
de la chrémastiques,-nom savant pour qualifier « l’économie d’argent »-, la condamnation de l’usure et l’exhortation à ne tirer de l’activité mercantile qu’un vague « juste prix h.

De la renaissance à nos jours, six grands courants de pensée se discernent : les démarches préclassiques, la doctrine libérale, les thèses contestataire, la théorie marginaliste, la révolution Keynésienne et les réflexions modernes. SECTION 1 Les démarches préclasslques Dans un monde bouleversé par la réforme protestante impulsée par les doctrines lutheriennes et calviniste, ébranlé par la nouvelle théorie de l’état imaginé par Machiavel (1469-1529) et en proie a des modifications techniques d’importance, deux courants de pensée dominent : le mercantilisme et la physiocratie. SI . Le mercantilisme Du mercantilisme qui a dominé durant environ quatre siècle, du XVe siècle au XVIIIe siècle, et qui a connu une apogée à des époques variable selon les pays, on retiendra trois idée-force : le populationnisme, le protectionnisme, et ariable selon les pays, on retiendra trois idée-force : le populationnisme, le protectionnisme, et le pré quantitativisme. La thèse populationniste se comprend d’elle-même : l’homme sans lequel aucune richesse ne peut surgir, doit croitre et multiplier car la natalité, au travers de l’emploi qu’elle suscite, est appréhendée comme la base de toute expansion.

Convaincu par les thèses de Machiavel, les mercantilismes préconisent un protectionnisme rigoureux, dans la mesure où ils sont persuadés que seule l’accumulation de métaux précieux asoit l’autorité du Prince et qu’en sus du pillage fortuit des ivilisations perdues cette accumulation exige le dégagement d’un surplus externe : dopage des exportations et freinage des importations qui caracterisent le protectionnisme en sont vivement encouragés Si le quantitativisme monétaire signifie que le niveau général des prix d’une nation est lié à la quantité monnaie qui y circule, on qualifiera les idées mercantilistes de pré-quantitativistes parce que, à l’inverse de celles des Classiques, elles demeurent non formalisée et ne font état d’aucune scission entre la sphère réelles et la sphère monétaire de l’économie.