DOSSIER PEINE DE MORT

DOSSIER PEINE DE MORT

papiers libres 2003 La peine de mort Dossier pédagogique pour l’enseignement secondaire www. amnesty. be SOMMAIRE l) Présentation génér 1) Introduction or 112 2) Le Droit à la vie Sni* to View 3) La cruauté de la p 4) La peine de mort e raciale et sociale. Moyen de répression. 5) Efficacité de la peine de mort? ) Le système carcéral américain 7) Mineurs d’âge et retardés mentaux 8) Le coût de la peine de mort 9) Historique 10) Religion et peine de mort Il) Pistes pédagogiques sur la peine de mort Pistes classées par thèmes 1) Faits et chiffres sur la peine de mort (généralités) ) Pardon, vengeance et Justice 3) émoignages : prison à vie et erreurs judiciaires Pistes classées par cours : Français, morale, religion, histoire, géographie, anglais, dessin Ill) Documentation et outils pédagogiques émotion au détriment de la réflexion, dès qu’on aborde la question de la peine de mort, ou même de la torture.

Et le procès de Dutroux qui devrait débuter en mars 2004 ne calmera sans doute pas les esprits, quand on sait combien cette affaire continue à susciter des débats et des passions au sein de la société belge. Pourtant, il est important de remettre

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
ce sujet sur la table, car il oulève des questions essentielles, comme le respect de la dignité, le droit à la vie, la différence entre vengeance et justice… Nous pensons utile de rappeler que la peine de mort n’est jamais une bonne solution et qu’elle est une pratique injuste et irréversible, contraire à la dignité humaine.

On sait bien sûr que cette pratique ne risque pas de revenir ? court terme en Europe, grâce aux conventions internationales qui imposent ? tout Etat voulant rejolndre le Conseil de l’Europe et l’Union européenne d’abolir la peine de mort. Mais il existe un danger de voir le fossé entre l’opinion des gens t celle de leurs dirigeants se creuser, si l’interdiction de la peine de mort ne résultait pas d’une réelle prise de conscience de son caractère inhumain et dégradant.

Vous trouverez dans ce dossier des tas d’idées, de pistes, d’outils pour mener a bien la réflexion sur ce thème. Nous vous recommandons notamment la pièce de théâtre  » Une histoire vrai(l)  » produite par le Théâtre de Poche, qui sera proposee a partir du mois de mars da entres culturels de souffrant d’un handicap mental ; La faute d’orthographe dans le titre est laissée volontairement.

Pour tout renseignement sur la tournée de la pièce : Théâtre de poche, 02/647 27 26 ou [email protected] be Enfin, comme d’habitude, les Papiers Libres vous proposent de dépasser le stade de la connalssance pour agir en faveur de personnes dont les droits ne sont pas respectés. pour obtenir les modèles de lettres, n’oubliez pas de nous renvoyer le bon de commande de la dernière page.

Et pour ceux qui veulent en faire plus, il y a cette opération « Pas la peine », qui propose aux jeunes un concours de créativité sur le thème de la peine de mort dans l’un des trois modes d’expression suivants : – l’écriture de chansons (les meilleures chansons seront adaptées n musique et enregistrées sur CD par des groupes et chanteurs belges connus) – la création d’un t-shirt (le meilleur T-shirt sera produit par un styliste connu et mis en vente au profit d’Amnesty) – la conception d’un spectacle de danse (la meilleure chorégraphie sera présentée à un chorégraphe connu qui donnera une mini-formation aux gagnants). our en savoir plus, allez à la page 98 ou visitez notre site www. paslapeine. be N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques, ou des réactions que ces Papiers Dieryck, Françoise Morgan, Isabelle Duroy. 4 2) Le droit à la vie Témoignage Ily a 25 ans, un de mes amis les plus proches a été exécuté. Il était rentré au Burundi pour œuvrer en faveur de la démocratie. Après avoir été arrêté pour des motifs politiques, il a fait l’objet d’une parodie de procès, puis a été exécuté.

Il avait 28 ans. J’ai suivi son agonie morale au travers des lettres qu’il a écrites alors qu’il était en prison et qu’il attendait le jour de son exécution. Sa douleur et ses souffrances dépassaient Vimagination. Je ne pourrais vous communiquer ses sentiments d’espoir et de désespoir, d’espérance et de résignation, de crainte et d’attente. Mais, croyez-moi, nous avons écu cette expérience accablante ensemble. La souffrance mentale des condamnés est terrible. Elle l’est aussi pour leurs proches.

Même si les normes internationales ne considèrent pas l’exécution d’un être humain comme un acte de torture, je sais par les lettres de mon ami, que c’en est une. Qu’est-ce pour un être humain qu’attendre la condamnation à mort et l’exécution, si ce n’est la pire des tortures ? 4 12 l’écartèlement, l’empalement, le bûcher, le broiement, la mise en pièces, la lapidation et la noyade en sont des exemples. Actuellement, les condamnés sont exécutés selon d’autres méthodes telles que ‘injection mortelle, la chaise électrique, la pendaison, la fusillade ou encore la décapitation.

La Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (texte en annexe) Après les horreurs de la seconde Guerre mondiale, tous les pays membres des Nations Unies (une organisation internationale qui regroupe presque tous les pays du monde et qui a pour mission le maintien de la paix et de la sécurité dans le monde) ont adopté, en 1948, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme. Ce texte énumère et explique les droits de chacun dans le mande. Ce sont des droits humains. Par exemple, le droit d’exprimer son opinion, celui d’avoir un ro cès équitable, mais aussi le droit au logement, le droit au travail, le droit d’association…

Toute exécution d’un être humain viole les termes de la Déclaration : Art. 3- Le droit à la vie Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne. personne réduite à l’impuissance. Cependant, beaucoup de pays qui se sont engagés à respecter la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme ma i nt i e n ne nte n co re la peine de mort dans leur législat i o n. Amnesty International considère que la peine de mort est la torture suprême. Si la douleur donne des excuses, elle ne donne pas raison.

La cruauté du châtiment infligé au condamné n’efface pas la souffrance de la victime et de ses proches. Le rituel entourant l’exécution est à lui seul souvent barbare. En Chine, par exemple, les condamnés sont promenés dans les rues, portant au cou un panneau mentionnant leur crime,avant d’être exécuté souvent en public. Ajoutons à ces méthodes horribles la torture psychologique que constitue la longue attente dans les prisons avant Pexécution. Souvent plus de dix ans, aux Etats- unis, parfois plus de trente ans au Japon.

Toutes les méthodes de mise à mort sont cruelles. L’injection létale (dite la mort ouce) peut mettre dix minutes avant d’agir. Vous trouverez ci- dessous un bref descriptif des différentes méthodes de mise à mort. Une exécution par quelque mode que ce soit, n’est ni rapide ni indolore. 6 Voici les méthodes d’exéc oraines les plus qui la prévoit notamment pour les crimes d’adultère. La lapidation est actuellement en vigueur dans sept pays (Afghanistan, Arabie Saoudite, Iran, Nigéria, Pakistan, Soudan,Yémen) .

Iran, un témoin occulaire raconte:  » Le camion déversa un gros tas de pierres et de cailloux près du terrain vague. Puis, on amena deux femmes vêtues en blanc, la tête recouverte d’un ac. Elles essuyèrent alors une averse de pierres et furent transformées en deux sacs rouges. Les femmes blessées s’affalèrent sur le sol et les Gardes révolutionnaires fracassèrent leurs têtes avec une pelle pour s ‘assurer qu’elles étaient bien mortes… « . • La chaise électrique : Cette méthode est utilisée exclusivement aux Etats-Unis.

L’électrocution produit des effets destructeurs visibles lorsque les organes internes du corps sont brûlés. Souvent le prisonnier saute vers l’avant contre les sangles et il arrive qu’il défèque, urine ou vomisse du sang. Dans certains cas, le risonnier n’a pas perdu connaissance à la première décharge électrique. En 1991 à Greensville en Virginie, Derick Peterson reçut les décharges réglementaires, soit 1725 volts pendant 10 secondes, puis 240 volts pendant 90 secondes. Au moment de détacher son corps de la chalse, le médecin présent constata que le pouls battait encore.

Il a fallut répéter l’opération. • Injection létale : La première exécution par injection,procédé dit de « la mort douce », a eu lieu au Texas ndamné est sanglé sur mortelle de barbiturique à effet rapide, combiné à un agent chimique paralysant. La solution njectée est composée de trois prodults: un qui fait perdre connalssance,un relaxant musculaire destiné à paralyser le diaphragme et à interrompre ainsi les mouvements pulmonaires, et un dernier qui entraîne un arrêt cardiaque.

Certains condamnés peuvent mettre de longues minutes à mourir. Parfois c’est l’intraveineuse qui pose problème. En 1992, en Arkansas, les exécuteurs mirent plus d’une heure ? trouver une veine dans laquelle planter l’aiguille lors de l’exécution de Recky Rector. • La décapitation: La décapitation par l’épée est encore prévue comme méthode d’exécution dans certains pays. Plusieurs coups sont parfois nécessaire pour détacher la tête du corps, cela dépend du poids de l’épée, de la force et de « habileté du bourreau.

Selon la loi islamique, cette méthode est utilisée actuellement dans cinq pays (Arabie Saoudite, Iran, Pakistan, Soudan,yémen). 7 • La fusillade : La mort par fusillade est pratiquement instantanée SI on tire de près sur le condamné et que l’on vise le crâne. Cependant , la plupart des exécutions sont effectuées par un peloton de tireurs, qui visent le 8 12 trop de mise en scène et en grande série. • La pendaison: La pendaison arrête d’abord la respiration. Beaucoup plus tard, les battements du coeur s’arrêtent provoquant une douleur intense pendant un certain temps.

On a recensé des cas où des pendus ont subi une dislocation des vertèbres du cou, ce qui a provoqué une asphyxie incomplète, et ont repris conscience après des convulsions. Avec la fusillade, c’est la méthode la plus utilisée de nos jours. Voicl ce que dit un médecin, témoin d’une pendaison au Pénitencier d’Etat de l’Iowa, aux EtatslJnis :  » J’ai appris… que lorsqu’un homme atteint le bout de la corde, il se produit un terrible craquement, l’homme n’oscille pas simplement, mais il est susceptible de se ordre de douleur pendant un certain temps. Le cœur résiste avant de cesser de battre.

Tandis que j’écoutais le cœur de Edward Beckwith mourir pendant 13 interminables minutes, j’ai eu le temps de me poser bien des questions embarrassantes. ‘ • La chambre à gaz. Il s’agit de faire respirer au condamné, maintenu dans un volume totalement clos, une vapeur toxique mortelle, en l’occurrence du gaz de bout de deux minutes, cyanure. La mort survient paGFgDF-i1’ du gaz : « C’est la chose la plus terrible que J’ai vu et pourtant j’ai assisté ? cinquante-deux pendaisons. 4) La peine de mort est injuste – Discrimination raciale et sociale Aux Etats-Unis, la peine de mort est une véritable loterie.

La race de l’accusé et celle aussi de la victime peuvent décider de la sévérité de la peine. D’autres éléments que l’appartenance ethnique peuvent jouer : l’habileté de l’avocat (plus au moins expérimenté, plus au moins payé), les opinons politiques de l’accusé, sa religion, et aussi les réactions favorables du public face à la peine de mort sont autant d’éléments qui influent sur la sévérité plus au moins grande du tribunal. Le statut social est très important : ce sont les pauvres, les arginaux et les malades mentaux qui peuplent les couloirs de la mort du monde entier.

L’Etat du Texas, par exemple, est connu pour utiliser largement la peine de mort contre les minorités raciales, les pauvres, et les retardés mentaux. Outre ces éléments qui entrent en jeu dans la condamnation ? mort, n’oublions pas le rôle de la pression sociale après un crime. Bien souvent, l’Etat se sent  » obligé  » de désigner un coupable pour calmer et rassurer la population. Tableau des condamnés à mort aux Etats-Unis par  » race ‘ Le système pénitentiaire ans certains cas utilisé ID 12