dom juan

dom juan

Dom Juan ou le Festin de Pierre, pièce baroque, comédie ou tragi-comédie selon les interprétations, fut écrite en cinq actes et en prose par Molière, et jouée pour la première fois en 1665. Cettepièce évoque les aventures d’un personnage infidèle, séducteur, libertin et blasphémateur : Dom Juan.

Selon la thèse d’Antoine Adam dans Histoire de la littérature au XVIIème siècle, la pièce DomJuan s’inscrit tout à fait dans le genre de la farce gaie et bouffonne, de l’arlequinade innocente lors des eux premiers actes, puis s’assombrit avec la progression de l’intrigue, se teinted’inquiétant, d’une atmosphère dangereuse, de tragique. La farce se transforme en ironie de plus en plus sèche, le rire en grincement… our finalement s’achever gravement avec la mort du héro du comique au dram sérieux fait presque rappelée au spectate p g Suipe to Wew next page passer la pièce istre au profit du ique de l’œuvre, elle, luifaisant ainsi comprendre que tout cela n’est qu’une parodie. Le divertissement ne serait donc pas le but premier de Molière avec Dom Juan. La farce est très présente au début de la pièce, pour êtrefinalement mise de côté, pratiquement oubliée à la fin. Ainsi pour Antoine Adam, Dom Juan est une parodie

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
une imitation caricaturale et exagérée, qui transposerait le sujet de la pièce sur un mode comique.

Le rire serait donc grotesque et secondaire. On peut alors se demander, dans quelle mesure le cheminement e la pièce depuis la farce innocente jusqu’à la « comédie sérieuse » peut-elle amenerle spectateur à ne retenir que son aspect inquiétant plutôt que son aspect comique. Ainsi, nous pouvons tout d’abord constater que Dom Juan est une pièce plutôt inquiétante, possédant un fond grave etsombre teinté de bouffonnerie, comme le soutient Antoine Adam. par la suite, nous nuancerons cette analyse en observant que la farce et le rire restent présents tout au long de la pièce et sont… [à continuer] 2