Zlata Filipovic

Zlata Filipovic

Zlata FiliPOViC Zlata Filipovit, née le 3 décembre 1980 à Sarajevo en Bosnie- Herzégovine, est une écrivaine bosniaque, auteure du Journal de Zlata, un journal écrit au cours du siège de Sarajevo en 1991-1993, alors qu’elle était âgée de onze à douze ans. Elle raconte ? « Mimmy » (le nom qu’elle a donné à son journal) l’horreur de la gue re. On l’a vite comparée à Anne Frank en Yougoslavie. La guerre de Bosnie-Herzégovine est la conséquence de la dislocation de la Yougoslavie, elle-même liée à la chute des régimes communistes en Europe de l’Est en 1989.

Elle débuta le avril 1992 et s’acheva le 14 décembre 1995. Les efforts de la communauté internationale pour mettre fin au conflit et protéger les populations civile de 38 000 militaires a était aux environs de 000 civils. Zlata Filipovic publie S -pelo View next page Igré l’envoi de plus bilan des victimes dont presque 40 olescente dans lequel elle décrit la guerre à Sarajevo. Ce texte lui vaut une renommée internationale. En 2001 Zlata Filipovic est diplômée en sciences humaines de l’université d’Oxford et en 2004, elle suit des études sur la paix internationale au Trinity College, de l’université de Dublin.

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
align="justify">Zlata Filipovic a donné de nombreuses conférences dans des écoles et universités du monde entier. Elle a égale Sv. ‘ipe to également beaucoup travaillé avec la fondation Anne-Frank, PONIJ et l’UNICEF. A noter qu’elle a participé à trois reprises au jury sélectionné par l’UNESCO pour décerner son prix de littérature pour la jeunesse et la tolérance. Interview de Zlata . Zlata a dit dans une interview : Quels souvenirs gardez-vous de la guerre de Bosnie? Avant la guerre, j avais une enfance parfaite, une vie très confortable à Sarajevo avec des leçons de tennis et de ski, des oyages à la mer en Croatie, des anniversaires…

Mais le 5 avril 1992, ma vie a été coupée en deux. J’ai entendu pour la première fois des sons d’explosion, de fusils, de bombes. Avec le temps, les images s’effacent mais ces bruits, je ne les oublierai jamais. Que signifie vivre dans une ville assiégée? Pendant trois ans et demi, les 350 000 habitants de Sarajevo ont été bombardés avec parfois 900 obus par jour. Quand mes parents sortaient chercher de l’eau ou de la nourriture, je ne savais pas s’ils allaient revenir. Chaque jour, on apprenait la mort de quelqu’un.

Ce petit journal est devenu un document sur la guerre » Compreniez-vous les raisons de cette guerre? Personne ne les comprenait. On vivait dans une ville où les gens avaient des religions différentes mais c’était normal. Ils étaient ensemble à l’université, à l’armée. Je n’avais aucune idée de qui était musulman, Serbe ou Croate. Votre journal intime de petite fille a été publié en France puis a eu 2 Serbe ou Croate. Votre journal intime de petite fille a été publié en France puis a eu un immense succès dans le monde entier. Vous avez même rencontré Bill Clinton.

Ce livre a transformé votre vie? Grâce a la maison d’édition et au gouvernement français, j’ai eu la chance, en compagnie de mes parents, de pouvoir quitter Sarajevo. Mais on se sentait coupables parce que mes grands- parents, mes amies et des enfants blessés étaient toujours piégés là-bas. J’ai voyagé partout dans le monde, j’ai rencontré des hommes politiques, des enfants dans les écoles, j’ai parlé dans les médias pour que les gens n’oublient pas Sarajevo. Ce petit journal est devenu un document sur la guerre. Je suis fière que grâce à lui on sache ce qu’il s’est passé.

Je serai toujours de Bosnie » Vous vivez aujourd’hui a Dublin. Retournez-vous souvent en Bosnie ? Oui, moins maintenant que je travaille mais jy vas chaque été et à Noël. J’aime la ville de Sarajevo, la langue. J’habite en Irlande depuis dix-sept ans mais je serai toujours de Bosnie. Comment a évolué le pays? En novembre prochain, cela fera dix-sept ans que les accords de paix de Dayton ont été signés mais les choses n’ont pas beaucoup changé. L’absence de guerre ne signifie pas la paix. Il y a toujours beaucoup de tensions, de divisions, de conscience des identités ethniques ou religieuses. 3