Yassine

Yassine

Chapitre 1 : Approche globale de l’entreprise. L’objectif du cours est d’essayer de comprendre comment fonctionne l’entreprise. On va definir les grandes lignes de l’entreprise ; c’est une organisation particuliere : * Groupe de personne * But commun * Mecanisme de coordination * Une hierarchie * Structure Une entreprise est une organisation dotee de moyens humains, financiers (investissement), technique (immobilisation corporelle) qui exerce des activites economiques a titre principal, relativement autonome (dans la prise de decision) de maniere stable (long terme) et structuree.

Le manager a une optique de long terme contrairement au manager. L’actionnaire va exercer des pressions sur le manager pour avoir des revenus a court terme eleve, il va faire en sorte que le resultat net soit eleve. La relative autonomie va etre posee par la concurrence, par l’Etat avec la legislation, par les banques, par les consommateurs, et par l’ecologie. L’entreprise est plongee dans un environnement, par tout ce qui entoure l’entreprise. Les entreprises n’existent pas sans rien autour d’elles.

Si on s’appuie sur les travaux de Mintzberg, l’environnement peut etre defini selon quatre criteres : * Stabilite, quand une entreprise est dans un environnement stable cela lui permet de standardise sa production ; production de masse. Et au contraire, quand une entreprise est plongee

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
dans un environnement dynamique, elle doit etre extremes reactive. * Complexite, elle va jouer sur l’entreprise au niveau de sa capacite a s’approprie les savoirs qu’ils l’entourent. Et donc un environnement simple, c’est un environnement est simple a comprendre, la technologie est simple a s’appropriee.

Les salaries peuvent etre interchangeables. Si l’environnement est complexe cela va obliger l’organisation a avoir des connaissances tres etendu et tres difficile a obtenir. * Hostilite, il y a des environnements qui sont accueillants et d’autres qui sont hostiles. Elle est influence par 3 choses : la concurrence (strategies agressive : baisse de prix…), les relations avec les syndicats ou l’Etat et la disponibilite des ressources qui lui sont necessaire (le client, les matieres premiere, ressources humaines et financiere).

Plus l’environnement est hostile plus l’entreprise doit etre capable de reagir rapidement. * Diversite des marches, l’environnement d’une entreprise peut etre « unique » ou diversifie. On a aussi une diversite de la demande, geographique. Joue au niveau de l’autonomie de l’entreprise. 1. But et objectif = une realite complexe. Un but est le resultat que doit atteindre l’entreprise, et pour pouvoir atteindre ce but l’entreprise va se fixer des objectif. Un objectif est compose de quatre elements : * Attribut ; la rentabilite (recette superieur aux couts) * Echelle de mesure ; pourcentage Norme ; renvoi au taux de rentabilite que l’on doit atteindre, elle va se fixer par rapport au secteur, aux capacites de l’entreprise, aux performances passee de l’entreprise. * Horizon temporel ; date a laquelle cet objectif doit etre atteint. On va essayer de quantifier et de dater les objectifs, les attributs ne sont pas seulement la profitabilite. On distingue deux categories d’objectif (Marchesnay) : * Objectifs internes et externes * Objectifs economique et non economique. Les objectifs economiques : * La rentabilite (CT/LT) * CA * Part de marche (volume/valeur)

Les objectifs non economiques : * Autonomie/independance * Prestige * Maintient d’un savoir faire Les objectifs internes : * Salaries : remuneration, condition de travail, reconnaissance sociale… * Dirigeants : pouvoir (CA), remuneration, Stock option Les objectifs externes : * Actionnaires : dividendes regulieres, augmenter les dividendes, augmenter la valeur de l’entreprise en generale. * Environnement : entreprise eco-responsable, reduire ces emissions de gaz. Ces objectifs vont forcement etre hierarchises, et qui va dependre de l’existence de groupe de pression.

Ils sont d’autant plus faciles a maintenir quand on est sur des petites structures. Pour savoir si les objectif sont atteint ont va mesurer la performance qui est le degre de realisation d’un objectif, elle se mesure en trois points : * Economique : rentabilite : EFFICACITE = resultat obtenu / le niveau d’objectif recherche * Technique : productivite : EFFICIENCE = resultat obtenu / moyens mis en ? uvre (idee de productivite : travail et capital) * Sociale/societale : bien etre : EFFECTIVITE = le niveau de satisfaction obtenu / resultat obtenu (par rapport a differents acteurs : salaries, consommateurs…)

L’entreprise recherche les 3. 2. Les 5 choix fondamentaux de la direction generale (DG). 2. 1. La specialisation du travail Elle va devoir se poser la question du critere de decoupage du travail. Si on prend l’exemple des banques en agence, ils vont decouper leur travail par type de clientele. Dans une usine de production de chez Renaud, on decoupe le travail par partie de la voiture. Le decoupage peut finalement ce faire sur : * La clientele * Les flux de production * La fonction * Marche, i. e. type de produits * Zones geographique * … L’autre question qui va se poser est la hierarchie, qui commande qui ?

Est ce que je veux que mes subordonnes n’est qu’un seul chef (unite de commandement : FAYOL) ou plusieurs (pluralite de commandement : TAYLOR). Dans le premier cas on va considerer qu’un seul chef est capable de repondre aux problemes que poses le subordonner, dans le second cas on va donner des chefs qui sont specialise. 2. 2. La repartition de l’autorite La repartition de l’autorite s’exprime dans une hierarchie (fonctionnelle et lineaire). Responsable en organisation Hierarchie staff&line : Responsable qualite DG Directeur de production Directeur usine B Directeur usine A

Ligne hierarchique Ligne de conseil On peut aussi retrouver un pole informatique dans la ligne de conseil. Les responsables de conseil en organisation et qualite ne sont pas integrer dans la ligne, ils sont partie de la ligne de conseil. C’est une autorite qu’ils peuvent exercer de maniere directe, mais de facon specialisee. Les individus n’ont pas qu’un seul chef. Cette repartition de l’autorite fonctionne a condition que les responsabilites soient clairement definies. Il peut y avoir un risque que la ligne hierarchique domine, la ligne de conseil a tendance a etre considere comme un accessoire. . 3. Le pouvoir Centralisation/decentralisation ? Centralisation : c’est la DG qui va prendre toutes les decisions. Environnement hostile Prendre des decisions rapidement, il faut rapidement reagir Environnement dynamique Decentralisation : on accepte de donner du pouvoir en termes de decision a d’autres personnes. Environnement complexe/diversifie Risque : prise de decisions moins rapide qu’avec un pouvoir decentralise, position differentes, divulgation d’information strategique a des individus et qu’ils partent. Pose la question de la division du travail de la direction.

Depend de la personnalite du dirigeant. 2. 4. Les moyens de coordination Mecanismes de coordinations -> Mintzberg, 1982 : 5 et dans les annees 1990’s : 6. = « colle » * Specifie avant Ajustement mutuel ; de maniere informelle, communication de type informelle (petite taille/grande entreprise, prise de decisions rapide, environnement simple/complexe, stable/dynamique) * Standardisation des qualifications * Standardisations des proceder de travail : bureau des methodes * Standardisation des resultats * Standardisation des normes (1990’s), au sens de culture, de valeurs, de croyances.

Surtout associations, syndicats, partis politiques * Supervision directe : nommer un responsable qui devra organiser le travail ; toujours presente dans les entreprises. 2. 5. L’equilibre differenciation-integration Differenciation : individus differents par la specialisation du travail, par l’autorite, par la naissance. But : Reussir que le groupe d’individus aille dans le meme sens. Integration par les horaires d’arrivees et de departs, par le reglement interieur, par le code du travail -> element formel Culture d’entreprise : valeurs, croyances communes * Heros : nes ou de situation Rites : pratiques routinieres * Symboles * Histoires et mythes L’interet de la culture est que tout le monde fonctionne dans le meme sens, standardisation des normes. Le risque est d’avoir des individus qui pensent tous de la meme maniere, difficulte d’adaptation aux changements. Si la culture d’entreprise n’existe pas on peut creer un projet d’entreprise. Projet d’entreprise : trouver des valeurs communes aux individus et de les formalisees. Ces choix se formalisent dans une structure, dans une hierarchie, dans un style de direction (c’est l’expression de l’autorite et du pouvoir). 3. Les decisions . 1. Les trois categories de decision * Strategique, prise par le plus haut niveau de la hierarchie, fixer les objectifs a atteindre par l’entreprise, identifier les moyens pour atteindre les objectifs fixes a LT, Positionner l’entreprise par rapport a son environnement : exemple : lancement de nouveaux produits, investissement. Ce sont les plus cruciales, car elles engagent l’entreprise sur le LT. * Administrative, coordonnees entre elles les decisions et les actions. Programmation des actions entre elles, ce qui releve du controle, qui porte principalement sur la coordination et le controle. Operationnelle, decisions d’exploitation, au niveau le plus bas. 3. 2. La strategie d’entreprise C’est l’ensemble des moyens mis en ? uvre pour atteindre les objectifs. Elle va suivre un processus : * 1ere etape : analyser la situation. Analyse interne par l’environnement : concurrence, demande, economie, politique, social, distributeurs, banquiers, fournisseurs, technologie. Micro environnement et macro environnement (PESTEL, ecologique, legislatif). Ce sont les contextes. * 2eme etape : fixation des objectifs, hierarchisation. * 3eme etape : choix des strategies et mise en ? vre. * 4eme etapes : controle. Les orientations strategiques possibles : * ST de developpement * ST de diversification * ST d’internationalisation * ST d’integration : horizontale et verticale vers l’aval (clients) ou l’amont (fournisseurs) Mise en ? uvre sur 3 modes de croissance : externe, interne et partenariale ou contractuelle. * ST concurrentielle, avantage competitif par rapport aux concurrents * ST de differenciation * ST de domination globale des prix * ST de specialisation ou de concentration sur un creneau ou une niche