Vie D Ville

Vie D Ville

Dossier : Habiter mieux, habiter autrement… 38 39 politique de l’habitat en Algérie Livraison d’un million de logements dici 2009 Quelques repères… PROJET : ‘objectif fixé par le Pr c République, Monsieu bCz: Bouteflika, la réalisati d’unités pour le proc org suppose une production moyenne de 200 000 unités par an. Pour l’exécution de cet ambitieux programme, les sites nécessaires ont été identifiés pour l’implantation des programmes de logements et équipements à travers l’ensemble du territoire, ainsi u’une évaluation quantitative des besoins en matériaux de construction.

Ministère de l’Habitat et de l’urbanisme, Février 2005 La démarche du Ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme : c l’Urbanisme : partir de ce constat, le programme du gouvernement a été consolidé par les objectifs suivants • Projection d’inscription à l’horizon du quinquennat 2005-2009 d’un programme composé de : – 120 000 logements sociaux locatifs, 80 000 logements destinés à la location-vente, dont 65 000 financés par la CNEP/Banque, 21 5 000 logements sociaux participatifs, – 275 000 logements ruraux.

Il est à signaler que l’an cours au 31 décembre 2004 totalise 385 000 logements. En 1995, le rapport du CNES relatif au secteur de l’habitat en Algérie relevait ces observations encore d’actualité: es divers diagnostics

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
font apparaître un rythme de production nettement insuffisant de logement et une dégradation accélérée du parc existant.

Ceci amène donc à s’interroger sur les capacités nationales publiques et privées de production t de réalisation, sur l’utilisation optimale du capital foncier, sur les conditions et les mécanismes flexibles de financement et sur les formes de participation du citoyen, le tout dans un cadre institutionnel légal approprié. D’autres facteurs d’aggravation de cette sltuation n’ont pas été pris en compte : – Le développement incohérent et anarchique des agglomérations faute de gestion urbaine et d’un fort taux de croissance urbaine. – La prolifération d’un habi t illicite et l’installation de