valoriser et menager les milieux

valoriser et menager les milieux

.VALORISER ET MENAGER LES MILIEUX. Introduction S En France, des milieux surexploités ? • Le territoire français présente une grande diversité de milieux (ensemble des éléments qu’ils soient physiques, biologiques ou créés par les hommes dans lesquels Vit une société humaine). Leur gestion, en particulier la valorisation de leurs ressources, est l’objet d’enjeux économiques, sociaux et environnementaux (ce sont les trois composantes du développement durable) appréciés différemment selon les acteurs qui, ? page différentes échelles, y interviennent.

Il faut donc trouver d ménager ces milieux. OF ?? La façade littorale d an , 220 km, depuis le del Rhône jusqu’à la fron littoral sauvage et rvenir à valoriser et s’étire sur environ x années 1950, ce inhospitalier est très peu fréquenté. Mais dans les années 1960, l’Etat décide de faire de ce littoral la première zone de tourisme balnéaire en France. Aujourd’hui, une gestion durable du littoral languedocien s’avère nécessaire, tant pour des raisons écologiques (protéger les milieux fragiles) qu’économiques (assurer la pérennité des activités touristiques). ?? Problématique : Comment peut-on à la fois valoriser les potentialités des milieux français dont le littoral languedocien – tout en préservant ses ressources ? l. Pourquoi est-il difficile de concilier valorisation et protection du

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
littoral languedocien ? touristique en Languedoc-Roussillon » Consigne : Analysez les documents pour montrer que la mise en valeur du littoral languedocien a entraîné des profondes transformations. • La mise en valeur du littoral languedocien a débuté dans les années 1960.

Elle s’est traduite par la mise en place de cinq « unités touristiques nouvelles » (autour de La Grande-Motte, Le Cap d’Agde, Gruissan, Port-Leucate et Argelès- Plage) à l’intérieur esquelles des stations balnéaires (ville dédiée au tourisme située en bord de mer) ont été aménagées. Ce littoral a également bénéficié d’une meilleure desserte grâce à des axes de transports nouveaux et plus performants (l’autoroute A9 qui longe le littoral ; la LGV qui atteint Montpellier depuis Lyon, Marseille et surtout paris) permettant aux touristes d’atteindre assez rapidement la région (bien que ces axes soient saturés l’été).

Ces grands aménagements ont été décidés par l’Etat dans le cadre de la mission Racine. • Cet aménagement du littoral languedocien est à l’origine de plusieurs effets : il a contribué à un renforcement de la métropolisation (concentration de population et d’activités dans une ville exerçant une influence forte sur l’espace alentour) sur le littoral languedocien.

La population des villes secondaires n’a pas beaucoup augmenté (100 000 habitants pour Nîmes et Perpignan ; 50 000 pour Béziers) alors que Montpellier, la capitale régionale, a vu sa population croître fortement de 100 000 à 200 000 habitants) ; 20F 14 lui-même) et à une meilleure desserte du littoral languedocien grâce à rautoroute A9 et à la LGV Méditerranée ; – il a entraîné une réorientation économique du littoral anguedocien.

En effet, l’agriculture et l’industrie situées dans farrière- pays (viticulture ou industries traditionnelles du textile, du charbon et du cuir) ont enregistré un net recul, tout comme les ports du littoral (Sète, Port-Vendres… ). Le tourisme, lui, s’est nettement affirmé : aujourd’hui, Languedoc-Roussillon enregistre la plus forte densité en hébergement touristique, elle dspose du taux le plus élevé de résidences secondaires et a le plus grand nombre de places de camping.

B. Un littoral soumis à des pressions et des risques Doc. 3 : « L’artificialisation du littoral du Languedoc-Roussillon ‘accélère » Doc. 4 : « Risques et vulnérabilité des populations sur le littoral du Languedoc-Roussillon Consigne : Analysez les documents pour montrer que la pression démographique sur le littoral languedocien est à l’origine de nombreux risques. ?? La pression démographique (impact de la présence humaine sur un milieu) est particulièrement forte sur le littoral languedocien et elle s’accroit : en effet, il est question de « l’installation de nouvelles population », ce qui signifie que cette croissance démographique est d’origine démographique (la région Languedoc-Roussillon est celle ui enregistre le solde migratoire le plus élevé de France, toutes régions confondues).

Mais cette pression démo inégale, du fait d’une 4 secteur montpelliérain » alors qu’il « s’accélère dans les secteurs de Béziers, Narbonne et Perpignan Quoi qu’il en soit, la croissance démographique sur cette zone de Languedoc-Roussillon entraîne une augmentation des densités, non plus sur le littoral directement (du fait de l’abandon des projets d’aménagements) mais dans la « zone rétro-littorale » (espace situé à l’arrière du trait de côte) où sont installées l’essentiel des grandes agglomérations de la région. ??? Or, la concentration de plus en plus forte de population dans cette zone rétro-littorale est à l’origine de plusieurs types de risque – des inondations peuvent menacer les populations installées l? du fait que cette zone se trouve à moins de 5 mètres au-dessus du niveau de la mer. Ce sont les espaces les plus densément peuplés (où l’exposition des populations est donc la plus élevée), mais aussi les espaces les plus plats (où Peau peut stagner) et les plus humides (ils sont traversés par de nombreux cours d’eau et accueillent de nombreux étangs et marécages).

En cas de crue des cours d’eau ou de tempête n Méditerranée, ces espaces sont susceptibles d’être inondés ; – la présence humaine (qui se manifeste par une urbanisation massive du littoral) est à l’origine d’une forte érosion du littoral languedocien entre Le Cap d’Agde et la frontière espagnole (soit sur du linéaire côtier) : là, le littoral recule car l’eau et le vent arrachent des matériaux. C.

Un littoral que l’on essaie de érer durablement Doc. 5 : « Espaces protéeé ments sur le littoral du 4 4 Contrôler la croissance urbaine et touristique grâce à des outils adaptés » Consigne : Analysez les documents pour mettre en évidence les olutions envisagées pour gérer le littoral languedocien durablement. • Deux types de solutions sont mises en œuvre aujourd’hui pour une gestion durable du littoral languedocien.

Il s’agit d’abord de protéger des sites fragiles et/ou menacés par des parcs naturels (comme le parc naturel régional de la Narbonnaise ou le projet de parc naturel marin au large de la côte Vermeille), des réserves naturelles qui sont de plus petite taille (souvent à proximité des étangs, comme l’étang de Thau à côté de Sète) ou des « grands sites de France » (qui sont des paysages exceptionnels à protéger, omme la Camargue gardoise, dans l’arrière-pays de La Grande- Motte). • D’autres mesures, plus draconiennes, sont parfois prises.

Elles relèvent d’une interdiction partielle ou totale de construire sur le littoral. La Loi littoral (votée en 1986) interdit en effet d’urbaniser les terrains, dans une bande de 100 mètres à partir du littoral, qui n’étaient pas déjà urbanisés au moment de son adoption. D’autre part, toutes les communes ont l’obligation, depuis 1 995, d’élaborer un « plan de prévention des risques » (ou PPR). Il cartographie les zones de la commune exposées à des risques aturels et définit, en fonction d’elles, les zones constructibles ou inconstructibles. vidéoprojeté : « La diversité des climats en France » Doc. 3 page 89 : « Des milieux valorisés par l’homme » Consigne : Schématisez la répartition des reliefs, des climats et des milieux. • En métropole, les milieux présentent une grande diversité. Reliefs Climats Milieux égende Légende Plaine Climat océanique Milieux urbains Plateau Climat continental Milieux touristiques Montagne Climat méditerranéen Milieux agricoles Climat montagnard 6 4 littoraux et en haute montagne. Ce sont les milieux les plus nthropisés (aménagés par les hommes) donc les plus dégradés.

Les milieux agricoles occupent l’essentiel du territoire (83% des sols, en comptant les forêts) mais ils n’ont rien de « naturel » : ils sont le résultat de plantations ou de défrichements passés (qui remontent souvent au Moyen-Age). Les milieux montagnards, en haute montagne, sont en périphérie du territoire : ce sont les milieux les moins anthropisés (à l’exception des espaces touristiques et bien que les forêts soient souvent des plantations humaines). • En outre-mer, la situation est plus simple. Les départements ultra-marins se situent ous en zone climatique tropicale et seules leurs formes de relief divergent.

La Guadeloupe, la Martinique et la Réunion sont des îles volcaniques (la Soufrière à la Guadeloupe, la Montagne pelée à la Martinique, le Piton de la Fournaise et le Piton des neiges à la Réunion). Mayotte est une île montagneuse mais sans volcan. Enfin, la Guyane est une vaste plaine dans la continuité de la vallée de l’Amazone. 3 B. Les potentialités offertes par les milieux français Doc. 1 page 86 : « Les potentialités et contraintes du territoire français » Doc. vidéoprojeté : « Les zones économiques exclusives de la Consigne : Analysez les documents pour montrer les potentialités du territoire français. ?? Le territoire français est vaste : il s’inscrit dans un hexagone de 1000 km de côté et la Méditerranée) lui permettent de s’insérer facilement dans le commerce mondial. Ses 4000 km de frontières terrestres l’ouvrent à la fois sur l’Europe du Sud et sur l’Europe du Nord. La France occupe donc une position de carrefour en Europe. A l’intérieur des frontières, la France dispose de couloirs majeurs de circulation (vallées du Rhône, de la Seine, du Rhin) et les principaux obstacles — les montagnes — n’en sont plus vraiment ls se situent en périphérie du territoire et des tunnels ont été aménagés (tunnel du Fréjus… . • La diversité climatique constitue une potentialité (atout qu’un milieu offre) pour l’agriculture et le tourisme : les climats sont variés, ce qui permet une grande diversité de cultures. Certains climats plus excessifs (montagnard ou méditerranéen) présentent des avantages pour le tourisme, en terme d’ensoleillement ou d’enneigement. Mais ces atouts sont cumulés avec le relief : la pente est indispensable aux sports d’hiver ; la présence de plaines sur les deux tiers du territoire simplifie la ise en culture. ?? Du fait qu’elle dispose de littoraux étendus (5500 km en métropole) et des territoires ultra-marins, la France dispose d’une vaste zone économique exclusive occupant environ 11 millions de km2 (c’est la deuxième ZEE la plus étendue au monde, après celle des Etats-Unis). A l’intérieur de cette zone s’étendant jusqu’? 200 miles marins ? partir du littoral (environ 370 km), la France dispose de l’exclusivité de l’exploitation des ressources maritimes rocarbures, métaux… . B4 français Doc. 1 page 250 : « Les régions ultrapériphériques et les pays et territoires d’outre-mer » Consigne : Identifiez et expliquez les contraintes que présentent les milieux français. • La France ne se limite pas qu’au territoire continental : elle possède aussi la Corse (qui forme avec elle ce qu’on appelle la « France métropolitaine ») et des territoires ultramarins (aux statuts variés) éparpillés un peu partout sur la planète.

Cette configuration rompt la continuité territoriale : la Corse se trouve, au plus près, ? 170 km de la côte alors que la Nouvelle-Calédonie est à 16 800 km de Paris ! Ceci impose d’utiliser le bateau ou l’avion pour s’y rendre (le trajet est long et cher). ?? De plus, la diversité des milieux français génère une grande diversité des risques (exposition d’une société à un aléa, qu’il soit naturel ou technologique).

En métropole, les aléas les plus fréquents sont l’inondation dans les vallées ou sur les littoraux (par submersion lors de tempêtes), ravalanche en haute montagne, l’incendie en milieu méditerranéen, l’érosion sur les littoraux et le risque technologique dans les espaces industriels. Les séismes se produisent dans les montagnes jeunes (Alpes, Pyrénées) et volcaniques des territoires ultra-marins (Guadeloupe, Martinique). Le volcanisme n’est présent qu’en Guadeloupe, Martinique et Réunion (là où on trouve encore des volcans actifs). Ces régions-là sont aussi exposées au risque cyclonique. ?? Enfin, le territoire français est assez auvre en ressources non- renouvelables (mines du non-renouvelables (mines du Nord et de l’Est presque toutes épuisés ; un seul gisement de gaz à Lacq dans les Pyrénées-Orientales ; quelques puits de pétroles en Ile-de-France et Aquitaine qui ne correspondent qu’à de sa consommation nationale). En revanche, elle exploite de plus en plus les ressources renouvelables : le bois, le soleil ou le ent (677 parcs éoliens sont en service ; la production électrique liée à l’éolien a décuplée entre 2006 et 2011). 4 Ill. Pourquoi des politiques de gestion des milieux sont-elles nécessaires ?

A. Les motifs des politiques de gestion des milieux • Les milieux les plus occupés et les plus anthropisés, tels que les milieux urbains ou les milieux touristiques (qu’ils soient sur les littoraux ou en haute montagne) sont aussi les plus souvent dégradés. Ils sont fortement urbanisés (la densité du bâti y est très élevée et les sols sont presque tous goudronnés ou bétonnés), ils onnaissent des niveaux importants de pollution (pollution atmosphérique du fait de la circulation automobile, des activités industrielles ; pollution des sols et des eaux du fait de l’emploi d’intrants agricoles… . Certaines espèces animales et lou végétales peuvent disparaître, certaines ressources et certains sols peuvent être épuisés… Dans ce cas là, les politiques de gestion des milieux visent à protéger les milieux les plus fragiles. • La mise en place de politiques de gestion des milieux s’explique également par la de risques dans x. Le risque est la 0 4