Une famille rom sociologie de la famille

Une famille rom sociologie de la famille

Sommaire Introduction 3 1 Definition 4 2 Histoire des Roma 4 2. 1 Parcours historique 4 2. 2 Immigration 5 3 La famille rom 6 3. 1 Les roles hommes / femmes 7 3. 2 Le Mariage 7 3. 3 L’education 8 4 Rapport aux modeles theoriques 9 5 Place de l’educateur specialise 10 5. 1 Le role de l’educateur 10 Bibliographie 12 * Introduction Nous avons choisi d’effectuer notre travail dans le cadre du cours de sociologie de la famille sur l’analyse d’une famille rom vivant en Belgique dans des conditions precaires. Notre choix a ete motive par trois facteurs.

Le premier etant le travail effectue au quotidien par des membres de notre groupe avec ces familles. Le deuxieme etant d’apprendre a mieux connaitre un type de famille trop souvent presente dans l’actualite a leur desavantage. Le troisieme facteur etant la promiscuite dans laquelle nous vivons avec eux sans reellement les connaitre. Nous avons donc voulu outre une approche sociologique de la famille, mettre aussi en avant leur histoire a travers les ages afin de pouvoir mieux comprendre ce que l’on observe.

Vous trouverez donc une large partie sur le chemin qu’ils ont parcouru pour permettre cette rencontre. Suite a une interview de la famille et a l’analyse de son fonctionnement en generale, nous vous presenterons dans ce travail la famille rom comme nous l’avons rencontree.

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Nous tenterons par l’analyse entre autre du role des personnes dans la famille et de la place de l’education de comprendre le fonctionnement qui y regit. Nous pourrons alors vous presenter les arguments et un tableau permettant de la classifier dans les modeles theoriques vu au cours.

Nous terminerons notre travail avec la place et le role qu’un educateur specialise peut tenir aupres de ses familles. Cela sera presente d’une part avec ce qui est deja mis en place et d’autre part de ce que nous pourrions apporter en plus. Definition Le terme Rom (Roma au pluriel) endonyme signifiant « homme accompli et marie au sein de la communaute » provient de l’Union romani internationale (IRU) et sert a designer l’ensemble de cette population provenant par leur origine de l’inde et dont la langue initiale vient du nord-ouest du sous-continent indien.

Il fut adopte par l’IRU lors du premier congres international Rom du 8 avril 1971 revendiquant « le droit legitime de ce peuple a etre reconnu en tant que tel », ce qui fut le moment de la naissance de leur drapeau et de leur journee nationale. Il se defini aussi par son nomadisme originel et son sens de la liberte de non appartenance a un etat. Leur territoire est sans frontiere et traverse toute la terre. Histoire de Rom Parcours historique L’origine de la population Roma a ete tres longtemps controversee. Leur tradition de transmissions des savoirs etant majoritairement orale, nombreuses sont les legendes parlant de leurs racines mais l existe peu de documents officiels pouvant attester de leur origine. Cependant, aujourd’hui, grace aux etymologistes et linguistes, il est affirme que le berceau originel des Roma se trouve dans la province du Sind, dans le Nord-Ouest de l’Inde. D’ailleurs, d’apres l’une de leur legende, ils seraient parti de la pour se disperser dans le monde sur l’ordre de leur Roi qui voulait divertir son peuple en envoyant des musiciens. , ils se seraient alors repartis a travers le monde, tantot vers le sud-ouest de l’Egypte, tantot vers le Nord Ouest de l’Europe.

Dans nombre de pays, on leur exonyme les plus connus vient de leur souche egyptienne supposee – Gitanos pour les espagnols, Gypsies pour les anglais, Gitans pour les francais. Dans les Balkans, on les a appeles par un nom qui avait ete donne a l’origine a une secte manicheenne de pretres, Atsiganos, d’ou un nouveau groupe de noms – Zingaro pour les italiens, Tsigane pour les francais, Zigeuner pour les allemands, Ciganie en langues slaves. Quoi qu’il en soit, ce peuple, aujourd’hui reconnu sous le nom de rom, dans tous les pays ou il s’est installe, est une minorite ethnique.

Et elle fut dans bon nombre de cas rejetee par les populations locales. Cela peut s’expliquer de differentes manieres : tout d’abord, il nous faut preciser le mode de vie nomade de ce peuple. Vivant en clan autonome souvent determines par les capacites ouvrieres des membres, ils allaient la ou l’on avait besoin d’eux pour le travail, ayant des atouts non negligeable pour les regions qu’ils traversaient tel que leur savoir faire manuel et ouvrier ou encore leurs connaissances dans les domaines animaliers et autres. Ce fonctionnement etait du type « donnant-donnant ».

En effet, ils s’arretaient dans les villages ou, en echange de nourritures de materiels ou autre, ils offraient leurs savoir-faire ouvriers. C’est comme ca qu’on peut retrouver des clans de rempailleurs, de zingueurs ou autres. Mais l’histoire est ainsi faite, que la sedentarisation de certains de ces clans s’est vue presque obligatoire. Dans un premier temps, ce sont les gouvernements qui mirent en place des lois visant a « l’integration culturelle » telles que celles les obligeant a avoir une piece d’identite ou de faire la demande d’autorisation de logement avant de s’installer ne serait-ce que pour une nuit dans un champs.

Depuis la chute du communisme en 1989, la vie a change dans les pays slaves. Et donc inevitablement la vie des Roma aussi. Certains se sont mis en quete de leur identite voulant developper leur propre culture. Ils furent alors reconnus comme une minorite ethnique par certains gouvernements. Cela leur a octroye de nouveaux droits comme celui a l’education dans leur propre langue ou une representation politique. Mais le niveau de vie des Roma est devenu tres bas. N’etant que tres peu qualifie, ils ne peuvent que difficilement acceder a du travail.

Et la mefiance de la population face a ce peuple est restee tres forte. Cela va conduire au phenomene de ghettoisation des roma Immigration Les Roma ont pu durant longtemps vivre de leurs traditions economiques, en tant que nomades tout comme sedentaires options choisie quand les debouches locales leur etaient assurees. Cependant la naissance de stereotype fut une reaction face aux modes de vie tres differents des Roma par rapport a ceux des populations europeennes sedentaires. Les differences de cultures vont les exclure des scenes politiques, culturelles et sociales.

Durant, des annees ils vont se diversifier, entre ceux qui vont travailler ardemment, conservant l’etat d’esprit des Roma independant et travailleurs. Les autres se sedentarisant vont se retrouver dans le bas de l’echelle sociale. Leur contact avec les gadje ; ceux qui ne sont pas rom, va etre minimise. Ces phenomenes vont venir renforcer la collectivite Roma et surtout la mefiance face au monde exterieure. Ce qui va les conduire a privilegier les mariages entre eux, l’education des enfants par mimetisme des parents.

Pour comprendre le pourquoi de la migration des ces populations, il faut savoir que dans leurs pays d’origine, elles sont la plupart du temps sans aucune ressource. La famille que nous avons rencontree est ainsi d’origine slovaque. Il faut savoir qu’aujourd’hui en Slovaquie de l’est et du sud certaines communautes Roma voient l’entierete de leur population adulte privee de ressources. En Roumanie, par exemple, 60% d’entre eux vivraient sous le seuil de pauvrete. Cette minorite ethnique, n’est que tres peut reconnue par les gouvernements, notamment des pays de l’est.

Ils ont parfois laisse grandir le sentiment xenophobe de leur population a l’egard des roma et exclu, volontairement ou non, les Roma du reste de la population. Afin de pouvoir rentrer dans l’Union Europeenne, il a ete demande aux pays tel que la Slovaquie de gerer le « probleme » de l’exclusion des Roma dans leur societe. Le gouvernement a laisse les regions les gerer de maniere autonome. Et cette population qui s’est deja vue massacree pendant la seconde guerre mondiale, durant les conflits au Kosovo ou encore durant la guerre de Bosnie, s’est vue de nouveau prise a partie.

En effet certains maires ont laisse leur population venir bruler par dizaines les caravanes de familles Roma. Ces familles se retrouvaient a la rue sans ressource et sans reconnaissance de leur etat. Parfois meme les decideurs locaux ont promulgue des lois visant a faire partir les Roma de leur region. Certains pays ont donc trouve comme solution de pousser les populations Roma vers d’autres pays europeens de maniere a se decharger du probleme que cela leur posait. En Belgique, la situation des nombreux roma venant d’origines diverses est fort differente.

Pour la plupart, ils sont issus de pays europeens recemment rentree dans l’UE ce qui ne leur conferent pas encore les memes droits que tous les citoyens europeens en ce qui concerne l’obtention d’un permis de travail, droit au aide sociale et le droit de residence. Le manque de revenu de ces familles les oblige a vivre dans des conditions precaires. La famille que nous avons rencontree, vie au sein d’un squatt a Bruxelles. Une cinquantaine de famille rom y cohabite avec d’autres personnes (en tout+/-150).

C’est un lieu qui leur permet de rester ensemble et de ne pas perdre leur clan. Le clan etant defini ici comme : « Ensemble de familles se groupant autour d’un meme chef et ayant un ancetre commun » ; C’est avec ses propre mots que I. definit sa famille comme un clan « C’est le pere, la mere, les enfants, le beau-frere, les enfants [… ] » et plus loin il nous dira : “C’est le pere qui a l’autorite sur la famille. » Nous tenons a apporter ici une precision importante et demontrant l’influence de l’histoire sur les comportements actuelles des personnes.

La famille que nous avons rencontree est dans le besoin. Nous nous sommes rendu compte plus tard que la rencontre et la bonne volonte de repondre aux questions c’est faite dans un echange « donnant-donnant ». En effet, a la fin de celle-ci, il nous a ete demande de remplir des documents pour tous les membres de la famille pour le CPAS et pour la mutuelle. Ce qui laisse percevoir que les reponses a certaines questions sont relative a ce qu’ils pensaient que nous voulions entendre. Nous n’etions que des gadje avec qui ils effectuaient un troc.

Suite a d’autres discussions informelles avec eux, nous avons pu comprendre que certains dire ne sont pas toujours representatifs de la realite. Par exemple, la reponse a la question 6 sur l’importance des prenoms : « Non, un nom c’est un nom. Comme vous nous avons un prenom et un nom. » Or la mere a par la suite explique a l’un des membres du groupe qui avait remarque que les premiers enfants portaient le prenom des parents : « oui, pour nous c’est important que le nom continue, ma fille s’appelle Z, comme moi et le premier fils a toujours le nom de son papa. » La famille rom

La famille joue un role important dans la vie des roma. Du temps de leur vie nomade, la famille etait independante de la societe mais repondait a tous les besoins de ses membres : education, protection, subsistance. Traditionnellement coupee de la societe, la communaute roma trouvait en elle-meme tous les moyens de se preserver et de se developper. Au regard de nos experiences personnelles*, des recherches effectuees et d’une interview que nous avons effectuee avec quatre membres d’une famille gitane originaire de Slovaquie, il nous est apparu que ce mode de vie, tres centre sur la communaute, semble persister.

Dans le milieu traditionnel, on trouvait a la tete de l’ensemble de la communaute du village un homme respecte de tous -le chibaldo- qui veillait au respect des normes ethiques et de l’ordre. Souvent il avait la fonction de maitre de ceremonie pendant les mariages, les funerailles.. Suite a la dispersion et a l’eclatement des liens sociaux, son role a tendance a s’amenuiser. Le peu d’autorite chapeautant l’ensemble des groupes familiaux s’est progressivement dissoute, chacun se refermant davantage sur sa cellule familiale.

Par famille ils entendent « le pere, la mere, les enfants, le beau-frere… tous les gens que tu aimes peuvent etre de ta famille ». Pour les roma ils sont des parents tres proches avec lesquels ils vivent dans une proximite physique et a qui ils sont attaches par des liens de famille mais aussi par la tradition et les solidarites familiales. Les familles roma ont souvent un fonctionnement de type clanique qui mele plusieurs cellules familiales autour d’interets et d’une histoire commune.

La famille demeure la base de la societe, toutes les activites des roma adultes concernent la preservation de leur famille. « Nous voulons arreter de bouger » nous dit la famille que nous avons interviewee «[ …] pour que les enfants aient une meilleure vie ». Il apparaitrait que le mode vie nomade puisse passer au second plan par rapport a la preservation de l’institution familiale. Ainsi, P. et I. souhaitent-ils s’installer dans une maison capable d’accueillir leurs femmes et leurs enfants respectifs, auxquels s’ajouteraient Mama et es deux autres fils celibataires. Ils comprennent mal que l’on puisse etre sceptique qu’un logement social accepte d’accueillir 10 personnes dans une maison. Pour eux c’est une seule famille, pour les institutions ca en fait trois… cela montrant les differences de conceptions de ce qu’est la famille. Ces differences se retrouvent egalement sur les conceptions differentes des roles de l’homme et de la femme. Les roles hommes / femmes Les roles impartis aux hommes et aux femmes sont tres differencies. « Le pere c’est le boss … a femme ne fait que cuisiner » nous disaient P. et I. Ceci dit ils ecoutaient et discutaient avec Mama alors que la femme de I. Presente dans la piece s’est effectivement cantonnee a cuisiner, preparer le cafe pour tout le monde et ne s’est assise a a la table qu’a la fin de l’entretien, ne participant pas a la discussion. Cela nous indique que l’autorite est traditionnellement detenue par les hommes chefs de famille, mais qu’en leur absence, la femme « agee » la represente. Au dela on peut percevoir le respect voue aux plus anciens. Ainsi I.

Nous dit qu’il se cache pour fumer devant son pere. Le respect est d’ailleurs une valeur importantissime pour eux. Le respect des anciens d’abord, mais aussi le respect des membres du clan par la volonte de ne pas entacher l’honneur de celui-ci. Le role primordial de la femme est d’etre une bonne mere et une bonne epouse; a tel point qu’une femme sterile peut etre repudiee par son mari sans que cela ne choque quiconque dans la communaute. La femme a le role d’assurer le fonctionnement de son foyer (nourriture, habillement), d’elever les enfants et d’obeir a son mari.

Un proverbe roma dit : « Mets ta fille sur une chaise, des que ses pieds touchent le sol, elle est suffisamment mure pour se marier. » La tradition voulait que la jeune fille rom en devenant adolescente soit confiee a la famille de son mari qui etait charge de la fin de son « education ». Mama s’est mariee a 23 ans, cependant elle refute qu’on soit oblige d’attendre 18 ans pour se marier, ses fils et beau-fils au contraire, disent que se marier avec quelqu’un de 16 ans c’est comme se marier « avec une enfant ». Le role de l’homme pour nos interviewes est sans ambiguite : « le pere c’est le boss » … uis plus loin : « l’homme travaille ». L’homme rom est le chef de la famille en son sein et au dehors, symbole et protecteur du prestige de la famille, il decide et assume la responsabilite de la famille. Le Mariage Ils nous disent que les mariages se font par amour, cependant, nos recherches nous incitent a prendre cette affirmation avec distance. Les mariages semblent souvent arranges et ont pour but d’accroitre le prestige de la famille. Le mariage ainsi arrange ne peut intervenir qu’entre familles de niveaux materiels equivalents et lies par des liens d’amitie.

Il faut aussi le consentement des deux peres. Conformement au proverbe rom : « O chave hin zor » : les garcons signifient la force. Les maris souhaitaient comme premier enfant un garcon. Mama: « Le premier enfant est important mais tous les enfants sont dans notre c? ur » Chaque enfant suivant est le bienvenu mais le nombre de garcons renforce le prestige de la famille. La difference homme/femme peut se voir egalement a l’egard de l’attitude face a l’adultere : Une femme adultere peut etre abandonnee par son mari ou du moins punie (en lui coupant les cheveux, en la battant).

L’infidelite du mari quand a elle augmente son prestige d’homme et peut etre vantee par sa femme pour prouver les qualites de son mari. L’education L’education des enfants est assuree essentiellement par la mere, mais toute la grande famille y participe car souvent plusieurs generations cohabitent. Les personnes agees sont soignees et respectees (« c’est normal » nous dira P. quand on lui demandera si les personnes agees ont leur place dans la famille), les celibataires (peu nombreux) restent chez leurs parents et tous profitent de la solidarite au sein de la grande famille.

La protection sociale (personne ne reste seul, les soins sont accordes a tous les membres) ; la protection economique (assurer la subsistance de tous) sont assures par la famille. Entite historiquement independante, la famille roma reste une entite economique devant collaborer, un seul individu ne pouvant subsister seul. La partition des roles hommes/femmes se retrouve dans l’education des enfants : Les garcons travaillent avec leur pere pour apprendre leur metier, les filles avec leur mere pour apprendre a devenir une bonne epouse et une bonne future belle-fille. Elle aide sa mere a s’occuper des enfants plus jeunes, prepare les repas.

La fille, avant d’etre mariee n’a pas le droit de sortir seule mais accompagnee de son frere, de son pere, de son futur mari. Apres le mariage, elle rejoint sa belle-famille et aide sa belle-mere pour les travaux menagers en preservant l’honneur de sa famille originaire. Avant la naissance du premier enfant, elle doit etre a la disposition de sa belle-mere : cela implique d’apprendre a preparer ce que son futur mari a l’habitude de manger, tenir la maison propre.. Des qu’elle a fait ses preuves et accouche, elle etait acceptee dans sa belle-famille comme membre de plein droit de la famille.

Dans la hierarchie des valeurs de la famille roma, l’education scolaire vient bien apres le desir de gagner un maximum d’argent. Il y a une mefiance a l’egard de l’education des gadje. Meme s’ils affirment que « la place de l’ecole est tres importante », il convient d’observer que les enfants sont souvent scolarises assez tard (vers 6-7 ans) et que l’education dispensee semble surtout « des paroles » eloignee d’une education concrete qui permette d’acquerir des savoirs-faire concrets qui permettraient d’accroitre les revenus de la famille. D’ailleurs la plupart des parents sont illettres.

Ils ont quitte l’ecole assez jeunes et se montrent incapables d’aider les enfants car ils maitrisent assez mal les enseignements qui y sont dispenses. Ces difficultes sont accrues car les ecoles des pays d’origine ne dispensent pas d’enseignement dans leur langue maternelle, et a l’etranger, ces difficultes s’accroissent encore. Ainsi en Slovaquie, le vocabulaire des enfants roma a l’ecole ne represente que la moitie de celui des enfants slovaques. Ces difficultes initiales a la scolarisation ne se dissipent pas et renforcent l’exclusion sociale a venir, ces ecarts se reproduisant sur les nouvelles generations.

Rapport aux modeles theoriques /Type de famille | Traditionnelle | Moderne | Post-moderne ou contemporaine | Formation du couple | x | | | Le mariage | x | | | Sentiment amoureux | x | | | Rapports homme / femme | x | | | Sexualite / Plaisir | x | | | Le divorce | x | | | Education des enfants | x | | | Role pere / mere | x | | | Rapports interpersonnels | x | | | Rapport a la societe et a l’Etat | x | | x | On peut dire qu’a travers la plupart des concepts de la famille, le modele est essentiellement de type traditionnel.

Le poids de la tradition, le role preponderant de l’homme, les apprentissages sexues visant la reproduction sociale ainsi que les liens familiaux et sociaux se tissent au sein de leur communaute d’origine sont autant d’indicateurs de l’aspect traditionnel. Enfin le rapport a la societe oscille entre tradition et modernite car au poids imposant des carcans sociaux est associe a un dedain des regles legales des societes d’accueil ce qui est identifiable a une vision post-moderne. Place de l’educateur specialise

Selon la ligue de l’enseignement et de l’education permanente, le nombre de roma en Belgique avoisinerait les quarante mille. Outre les problemes courants que les demandeurs d’asile rencontrent lors de leurs sejours en Belgique, tels que les problemes de procedures, de comprehension, de fournitures de moyens de subsistance et de logement, les roma sont en outre confrontes a une discrimination marquee de la part de la majorite de la population qu’on peut expliquer par des preconcus a propos de leurs mode de vie inhabituels et des stereotypes souvent associes a l’errance, la criminalite, et la mendicite.

Pendant notre entretien, P. Discernera bien les roma de Roumanie qui « demandent de l’argent »et les gitans (dont ils se reclament) qui ne « feraient jamais ca ». Il apparait au detour de cette remarque que la communaute rom n’est pas un ensemble uniforme et que les regroupements que nous faisons sont trop prompts. Meconnaissant l’aspect heterogene de ce peuple nous regroupons dans le « meme paquet » des populations differentes par la langue, les coutumes mais qui s’ignorent et qui refusent les amalgames des gadje.

Le fosse culturel qui separe le peuple rom du peuple belge est encore large. Par exemple la notion de reussite sociale se definit chez les roma par un bon mariage avec une personne reconnue par le clan et de nombreux enfants alors que dans la culture occidentale comme en Belgique, cette reussite passe generalement par la reussite professionnelle et/ou financiere. Le role de l’educateur Deux membres du groupe travaillent dans un batiment accueillant une vingtaine de famille Rom. Cette structure ne dispose d’aucune reconnaissance gouvernementale.

Ces familles resident la en toute illegalite dans des conditions precaires, entassees parfois jusqu’a neuf par chambre (deux adultes et sept enfants). Elles ne disposent d’aucune aide particuliere de la part du gouvernement et vivent grace a des dons et des activites ponctuelles comme par exemple la recolte du cuivre des dechets Il nous a semble que l’education scolaire des enfants constituait un point permettant de briser la spirale de reproduction de l’exclusion decrite precedemment.

Les enfants de ces familles etant pratiquement tous scolarises, Il a ete mis en place un soutien scolaire a raison de trois jours par semaine. On a tente egalement de faire le lien entre les parents ayant beaucoup de difficultes a parler francais, et le corps professoral charge d’encadrer les enfants. Plusieurs obstacles ont ete rencontres : Le premier obstacle fut la barriere linguistique et le manque de maitrise de la langue francaise.

Une traduction par un educateur en polonais, langue comprise par quelques uns, est possible, mais cela limite fortement la spontaneite et la subtilite de la discussion. Le deuxieme obstacle auxquels nous nous sommes confrontes fut celui de la culture et des priorites de celle ci. Le bon deroulement de la scolarite de ses enfants, l’egalite au sein du couple et l’attention portee a l’education de sa progeniture tels que nous la concevons en Europe occidentale, ne font pas partie des habitudes culturelles roma.

Dans ces familles, le pere est au sommet de la hierarchie, il prend a sa charge toute les decisions concernant la famille et il est donc un interlocuteur incontournable pour toutes les decisions concernant les enfants. L’habitude de vivre entre soi et la mefiance a l’egard des structures officielles indiquent a quelles reticences peuvent se frotter les educateurs. Il y a un travail d’instauration de la confiance a developper aupres de ces personnes source d’autorite sous peine d’echouer a mobiliser la famille autour du projet educatif.

Voici enfin quelques propositions qui permettraient de faciliter le travail educatif aupres des populations roma : Dans un premier temps nous soutenons l’initiative gouvernementale d’obligation scolaire, neanmoins nous trouvons primordiale d’ajouter a celle-ci une prise en charge gouvernementale obligatoire d’instauration de cours de francais et/ou de neerlandais en fonction de la region de residence, aussi bien pour les hommes que pour les femmes, afin de faciliter au mieux l’integration sociale de cette population.

Ce genre d’initiative permettrait de faciliter le travail de l’educateur travaillant dans le domaine de l’integration, qui, seul face a ce genre de situation sort vite de son role strict d’educateur pour endosser ceux d’assistant social, de professeur, d’animateur … afin d’optimiser les possibilites d’integration. A defaut, on pourrait imaginer l’organisation d’une reserve de traducteurs accessibles via un organisme officiel qui faciliterait grandement la communication et le dialogue.

Enfin, un travail de sensibilisation doit egalement etre effectue aupres de la populations du pays d’accueil afin de provoquer un changement au niveau des cliches et prejuges encore fort presents a l’encontre des populations roma. Toutes ces initiatives permettraient a l’educateur de pouvoir mettre ses acquis en pratique et de participer de maniere constructive au bon fonctionnement societale, en reduisant l’exclusion et en favorisant l’integration de ces nouvelles populations.

En conclusion on peut s’attendre a ce que les modeles familiaux roma continuent a se modifier notamment par l’emergence d’une frange croissante de la population qui se sedentarise. Ce melange des mondes accrut par la scolarisation modifiera les rapports roma / gadge . Pour que ce melange se fasse le plus sereinement possible les prejuges devront diminuer et les deux partis apprendre a mieux se connaitre et moins se mefier. Bibliographie * Roma ; http://fr. wikipedia. org/w/index. php? title=Roma&action=history; ed. Wikipedia.

Consulte le 22 fevrier 2010 a 13 :28 UTC * Rom, gitans, manouche, citoyens a part entiere ; CCFD ; www. a-part-entiere. org/ consulte le 18 fevrier 2011 a 10 :47 UTC * Socciete et economie : entretiens ; Charles Girard, Jean-Pierre Liegeois ; http://www. raison-publique. fr/article407. html, consulte le 23 fevrier a 14 :08 UTC * La Communaute Rom : un regard socio-historique ; Anca Steri ; http://eurosuisse. eurosblog. eu/spip. php? article74; consulte le 4 mars 2011 a 9:18 UTC Annexe Question : interview d’une famille de  Roma 1. Comment definiriez-vous la famille ?

C’est le pere, la mere, les enfants, le beau-frere, les enfants… Toutes les personnes que tu aimes peuvent etre de te famille. 2. Existe-t-il une hierarchie dans la famille ? Si oui laquelle ? Le pere est le boss. Et sa femme ? Sa femme ne fait que cuisiner 3. Quelle est la place des enfants ? La mere : J’ai 4 enfants ; le premier est important, la maman aime son premier enfant. Mais ils sont tous dans son c? ur. 4. Les garcons sont-ils plus importants que les filles ? C’est la meme chose 5. Qui se charge de l’education des enfants ? L’education est la meme par le pere et par la mere . Le prenom a-t-il une signification specifique ? Le nom de famille a-t-il une signification specifique ? Non, un nom c’est un nom. Comme vous nous avons un prenom et un nom. . 7. A partir de quel age une personne est apte au mariage ? La mere : Moi je me suis mariee a 23 ans. Un des fils : Il faut avoir 18 ans oblige La mere fait signe que non L’autre fils (en parlant a Julien) : si si tu ne peux pas te marier avec quelqu’un de 16 ans c’est comme si c’etait une enfant 8. Les mariages sont-ils d’amour ou arrange ? D’amour 9. Que pensez-vous de la contraception ?

La question suscite des remous chez nos interlocuteurs qui la trouvent etrange. C’est une question bizarre, c’est comme vous . 10. Le divorce existe-t-il ? Oui c’est comme pour vous !! 11. Comment definiriez-vous le role du pere et de la mere dans votre famille ? Le pere travaille et la mere a la maison 12. Les personnes agees ont-elles leur place au sein de votre famille ? Oui, c’est normal 13. Quelles sont pour vous les valeurs primordiales a vehiculer ? Les trois unanimement : Le respect, l’un des freres ajoute : Je ne fume pas devant mon pere

L’autre frere developpe : ne pas mentir, ne pas se battre.. 14. Est-ce important pour vous d’etre proches de votre famille vos freres/s? urs ? Oui, tres important 15. Avez-vous des appartenances religieuses ? Si oui la (les)quelle(s) ? S’engage une conversation un peu confuse ou ressort qu’ils se disent catholiques. « Comme vous les belges ». Nous faisons references encore aux « familles roma » et l’un des freres me dit : « Les roma de Roumanie demandent de l’argent, nous les gitans , jamais nous ne ferions ca, s’ils me demandaient de l’argent, je les taperais .. 6. Quelle est la place de l’ecole ? C’est tres important 17. Comment definiriez-vous le rapport a l’autorite ? L’autorite ? C’est le pere qui a l’autorite sur la famille 18. Vous definiriez-vous comme sedentaire ou nomade ? La mere : Maintenant, les jeunes ils veulent etre sedentaires L’un des freres : C’est la meme chose que pour vous, si vous remplissiez ce questionnaire sur votre vie vous auriez les memes reponses, ca vous semblerait stupide Julien demande : Vous aviez une caravane en Slovaquie ?

Non , une maison, en Slovaquie les skinheads brulerait ta caravane (rires) 19. Y a-t-il un sujet que nous n’avons pas parle sur les familles gitanes ? Les gitans aiment etre ensembles, il y a 200, 300 ans les gitans etaient plus un « gros bloc ». Le gitans sont differents des roma. Nus voulons avoir une melleure vie pour les enfants, arrete de bouger. ——————————————– [ 1 ]. http://www. romove. radio. cz/fr/article/1854 [ 2 ]. http://www. romove. radio. cz/fr/article/1860