Un hemisphere dans une chevelure

Un hemisphere dans une chevelure

Un hemisphere dans une chevelure Le spleen de Paris Texte 12 Typographie : – Poeme en prose Introduction : – Ce poeme peut etre comparer avec « La chevelure » – 27eme poeme du recueil – Presentation : ce poeme est un poeme exotique qui fait l’eloge de la femme a travers un voyage, ce poeme est comparable a un blason Plan possible I°/ Un poeme en prose II°/ Une celebration sensuelle de la femme III°/ Un voyage immobile I°/ Un poeme en prose – C’est un poeme en prose compose de 7 strophes – Comme un poeme en prose il n’y a pas de vers ni de rimes On a un effet de bouclage caracteristique du poeme en prose : « Laisse-moi + vb inf + longtemps » + « souvenirs » a la fin de ces 2 strophes on voit que le plaisirs est recherche fait du premier et du dernier § – On a une anaphore de « dans » dans la 3eme, 4eme et 5eme strophe – Mais cette effet de bouclage est egalement construit sur des oppositions : des verbes : « respirer » / « mordre » et les souvenirs : « secouer » / « manger » – Il y a une repetition de « tout ce que » et de mots se rapportant au theme capillaire

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
: « chevelure », « cheveux » Comme dans tous les poemes il a des figures de styles. II°/ Un celebration sensuelle de la femme A°/ A travers les 5 sens – Odorat : « respirer », « odorant », « parfum », parfumee », « odeur ». Au debut l’odeur se rapporte a la chevelure, puis au paysage et enfin aux paradis artificiels – Vue : « ce que je vois », « entrevoir », il y a un paysage de mer et de ports : « plein de voilures », « grandes mers », « espace + bleu et + profonds », « l’infini de l’azur tropical » et « hemisphere ». C’est de + en + grand, ce paysage en expansion connait a un moment quelque chose d’intime. Ouie : « entend », « chants melancolique » – Toucher : fraicheur et chaleur : eau de source ? foyer ardent, contacts : durete, caresses, mouvements : roulis – Gouts : « fruits », « mordre », « mordiller », « manger » c’est une alliteration en « m » B°/ A travers sa chevelure – La chevelure est comparee a un moyen d’evasion et de repos a travers les comparaisons : « comme un homme altere dans l’eau d’une source », « comme l’ame des hommes sur la musique » ou encore « tes cheveux contiennent tout un reve » Elle est aussi comparee a un moyen de decouvertes de sensations : « je vois ! tout ce que je sens ! tout ce que j’entends dans tes cheveux » – Elle est comparee a un paysage maritime et musical : « j’entrevois un port fourmillant de chants melancoliques » – C’est egalement un objet de plaisirs : « Dans les caresses de ta chevelure, je retrouve les langueurs des longues heures passees sur un divan », « Dans l’ardent foyer de ta chevelure » – Enfin il y a la description de ses cheveux a travers les 5 sens et leurs caracteristiques : « tes tresses lourdes et noires »

III°/ Un voyage immobile – Le voyage est sur le theme de la mer et des voyages a travers les oceans – Comme on l’a deja vu avant il y a une expansion sur le domaine de l’eau. On part de l’eau d’une source a l’infini azur puis on revient au port – Son moyens de transport est le bateau et les voiliers desquelles on fait une description precise : « plein de voilures et de matures », « navires de toutes formes », « decoupant leurs architectures fines et compliquees » C’est un voyage exotique car on est dans un climat tropical et qu’on respire des odeurs typiques d’iles exotiques. – Ce voyage s’effectue par les bruits, les odeurs, et les paysages marins :  » un port fourmillants de chants melancoliques », m’enivre des odeurs combinees du goudron, du musc et de l’huile de coco » – A l’aide de ses cheveux il se souviens et reve de voyages sur les oceans, cette idee se confirme ensuite avec la metaphore marine « dans l’ocean de ta chevelure » qui rappelle le voyage et qui embellit la chevelure.