TPE COMPLET

TPE COMPLET

TPE réalisé par : Xuan Cuong ; Adam Naba’. n. y Jules Patou et Florian Nogeant. Les Bonbons Les Bonbons : sont-ils si bon que ça ?! Introduction Les bonbons est une confiserie qui est en générale aromatisé et surtout sucrée. Les premiers bonbons ont été découverts 600 ans avant notre ère par les perses qu du miel sans le secou avant notre ère qu’Al le rapporte en Europ Méditerranée. La con or20 « roseau qui donne t qu’au IVème secret et sur le long de la sera découverte qu’au XIIIème siècle, pendant les Crois es qui ont permis ? l’Europe de découvrir la canne à sucre.

En premier lieu le sucre st utilisé comme remède et est vendu dans les apothicaires. La vente de confiserie débutera au début du XVIIème siècle à Paris mais ne sera dédié principalement par la bourgeoisie suite au prix du sucre qui reste élevé. Il va falloir attendre le XIXème que le prix diminue lorsque va être découvert le sucre de betterave qui est moins cher. Dans notre groupe nous consommons très souvent des bonbons. De ce fait, il nous a paru évident de faire notre TPE sur ce sujet. Après quelques semaines de recherche nous

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
nous sommes posé une question.

Quels sont les effets des composants chimiques des bonbons sur ‘organisme humain Dans un second temps, nous nous occuperons d’un bonbon, le [email protected], et plus particulièrement un de ses colorants, le bleu patenté 5. Finalement nous étudierons les aromes, prlncipalement utilisés dans les bonbons aux fruits. Sommaire l’organisme humain ? . Le sucre : le glucose est-il si dangereux que ça ? La respiration cellulaire La néoglucogenèse, l’inverse de la glycolyse ? Conséquence sur l’organisme du glucose : le diabète Le diabète de type 1 diabète de type 2 Il.

Bleu comme [email protected] Mise en évidence d’un colorant présent dans ce bonbon Qualitatif et quantitatif Effets des colorants sur le corps Ill. Les aromes Les aromes à travers l’odorat Les récepteurs dans le nez Du nez au cerveau OF glucose et qui le libère qu’en cas dextrême urgence lorsque les réserves sont épuisées. Les organes utilisant le plus de glucose sont le cerveau, puis les muscles. De formule C6H1206 il fait parti du groupe des monosaccharides. Le Glucose est la source d’énergie dun organisme quel qu’il soit de la bactérie à l’Homme.

Cette molécule est utilisée par les cellules de notre corps pour fabriquer de l’énergie. Cela s’appelle la respiration cellulaire. Elle comporte plusieurs étapes. La première est la glycolyse, la glycolyse se passe dans le cytoplasme et correspond à une série de 10 réactions catalysées par des enzymes qui dégradent une molécule de glucose (6 carbones) en deux molécules de pyruvate (3 carbones) en plus de libérer des molécules contenant de ‘énergie (ATP et NADH molécules utilisée pour la création d’ATP dans la mitochondrie).

La glycolyse se déroule en deux phases, le premier est « L’investissement d’énergie » dans laquelle elle consomme deux ATP. La seconde étape est la « récupération d’énergie » c’est ? ire qu’elle produit quatre ATP, ce qui laisse un bénéfice de deux ATP. La glycolyse malgré le peu d’énergie extrait de cette « méthode » est d’une efficacité incroyable par ça vitesse procurée par son optimisation, produisant plus d’éner ie par unité de temps que toute autre méthode. obtenue sous deux PAGF oxydoréductions.

La glycolyse produit aussi de racide pyruviques, celle-ci contient beaucoup d’énergie, mais la cellule ne sait pas comment l’extraire. Celle-cl s’en débarrasse donc pendant les réactions de fermentations anaérobiques. Le bilan de la fermentation alcoolique est CH3CO COOH CH3CHO • C02 CH3CHO + 2NADH + 2H+ CH3CH20H Celui de la fermentation lactique est le suivant : CH3CO COOH + 2NADH + 2H+ > CH3CHOH COOH + 2 NAD+ Mais certaines cellules on réussie à récupérer cette énergie notamment grâce au cycle de Krebs.

Le cycle de Krebs se passe dans le cytoplasme des cellules procaryotes et dans la mitochondrie dans les cellules eucaryotes. Le cycle de Krebs n’utilise pas l’acide pyruvique, mais un dérivé, l’acétyle coenzyme A. La première étape de ce cycle est donc de transformer la Pyruvate en Acétyle. Ce cycle comporte 8 réactions enzymatiques nécessaires pour la complète oxydation de ‘acétyl-CoA, et la création de l’énergie.

Le cycle de Krebs ne peut fonctionner qu’à une condition, que l’oxaloacétate qui réagit avec l’acétyle coenzyme A au début soit régénérée à la fin pour refaire un nouveau cycle directement des molécules d’ATP mais va récupérer l’énergie des molécules NADH et FADH2 et créer un gradient de proton. C’est lui qui créera les molécules d’ATP. L’oxydation complète du glucose produit envlron 30 ATP. On peut trouver différentes valeurs pour ce bilan (entre 30 et 38 ATP).

La néoglucogenèse est rensemble des réactions du métabolisme ui mène à la synthèse du glucose à partir de précurseurs non- glucidiques. Celle-ci vise à transformer le pyruvate en glucose. Cette réaction se produit principalement dans le foie et dans le cortex rénal. Elle est notamment très importante pour le cerveau qui est dépendant du glucose. La néoglucogenèse n’est pas à ra rement parler « l’inverse » de la elycolyse, car certaines e-ci sont irréversibles. PAGF s OF le cas du diabète, l’insuline est insuffisante ou ne remplit pas ses fonctions de répartition de façon adéquate.

Ceci créé un déséquilibre dans l’organisme et le glucose ne sert plus de arburant aux cellules. Le glucose s’accumule alors dans le sang avant d’être acheminé dans l’urine. Ce dysfonctionnement conduit inévitablement à l’hyperglycémie et à de nombreuses complications de santé et problèmes pouvant être graves. Le diabète est défini lorsque la glycémie à jeun est supérieure ? 1 . 26g. l-1 ou, 2heures après ingestion de glucose une glycémie inférieur à 2g. l-1 . Chez un individu sain, la glycémie est comprise entre O. 8g. l-1 et lg. l-l.

On observe deux type de diabète, le diabète de type 1 ou DID (Diabète Insulino Dépendant) et le diabète de type 2 ou DNID Diabète Non-lnsulino Dépendant) Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune : le système immunitaire se dirige contre le pancréas et provoque la destruction des îlots de Langerhans, 2 facteurs sont mises en causes, le premier est le facteur génétique, les personnes présentant les phénotypes HLA DRA3 et DRA4 ont un risque important de contractés le Diabète de type 1, le second facteur est environnementale, infection virale. u glucose en excès des muscles, du foie et des tissus adipeux. N’étant pas absorbé, le glucose en excès reste donc dans le sang. Cette maladie est liée à deux facteurs, le premier st le patrimoine génétique car de nombreux gènes et plus précisément certains allèles augmentent le risque d’apparition de la maladie sans pour autant la rendre inévitable, ce sont les gènes de prédisposition. Le second facteur pouvant expliquer l’apparition de cette maladie est le mode de vie par l’alimentation des individus et l’environnement.

L’interaction de ces deux facteurs est donc la cause du diabète de type 2. L’hyperglycémie a donc de conséquences néfastes sur l’organisme car elle augmente d’une part la viscosité du sang et la formation de plaques de cholestérol sur les paros artérielles se créée, et ‘autre part ces problèmes sanguins peuvent entrainer des dérèglements du fonctionnement rénal et de maladies rétinals. 7 OF s’occupe de la respiration cellulaire qui « créée » de l’énergie.

Oxaloacétate= L’acide oxaloacétique ou oxaloacétate sous sa forme ionique, est un acide dicarboxylique qui apparaît comme intermédiaire dans le cycle de Krebs. Monosaccharides= Un Ose ou monosaccharides est le monomère des glucides. Cellules des Îlots de Langherans= Cellules endoctrine (produisant des hormones) du pancréas. Maladie auto immune = Les maladies auto immunes résultent ‘un disfonctionnement d système immunitaire qui s’attaque aux constituants normaux de l’organisme. Le sucre, le seul danger ?

Nous avons vu précédemment que le sucre à haute quantité, présentait certains dangers pour le corps humain. Mals nous démontrerons que le sucre n’est pas le seul danger et nous prendrons comme exemple le bonbon [email protected], qui contient un colorant alimentaire dangereux : Le bleu patenté V (E131) Objectifs Quel est le colorant présent dans un bonbon schtroumpf ? Combien de bonbons schtroumpfs faudrait-il manger avant que cela ne devienne dangereux ? Risques du Bleu Patenté V : hyperactivité, asthme, réactions cutanées, nausées, problème de tension artérielle, tremblements et insomnies, risque de cancer.

Objectif : On suppose que les bonb PAGF E OF contiennent du Bleu solution à l’aide de : avec : m-masse ; œconcentration massique ; V : volume ; M= masse molaire et en comparant le résultat obtenue, au D. J. A c’est-à-dire la quantité maximum qu’un homme peut ingérer, d’un homme moyens (65kg), afin de savoir si la dose maximum de Bleu Patenté V, est respecté dans les bonbons [email protected] Première partie de l’expérience : L’identification Protocole: Prendre un bonbon [email protected], découper le chapeau et conserver la partie bleue.

Verser 40 ml d’eau distillée dans le bécher, puis y introduire la partie découpé bleu de bonbon. Placer le bécher contenant la solution, sur l’agitateur magnétique, puis chauffer 5 min. Prendre de la solution de El 31 puis la diluer jusqu’à avoir une solution se rapprochant de celle du [email protected] Faire la courbe d’absorbance du Schtroumpf puis la comparer ? celle de l’E131 e Etablir une courbe d’étalonnage Calculer la masse de colorant El 31 dans un bonbon schtroumpf puis calculé le nombre de bonbons pouvant être ingéré par un homme. Nous avons tous d’abord dissout le bonbon SchtroumpfsC pour recueillir la partie bleu.

PAGF OF Nous réaliserons ensuite le spectre d’absorption du El 31 et du bonbon dissous et nous comparerons leurs spectres d’absorption, en comparant Rmax. Spectre d’absorption de l’E131 Absorption de l’E131 : Àmax =620nm Spectre d’absorption du Schtroumpf Absorption du Schtroumpf : Àmax -618nm Le spectre d’absorption du E131 correspond pratiquement au spectre du bonbon schtroumpfC en comparant les valeurs des longueurs d’ondes au maximum d’absorption. Conclusion : On peut donc en conclure que le colorant utilisé dans le bonbon SchtroumpfC e E131.