TP econometrie AGBAHOUNGBATA Thiburs ITS3 libre

TP econometrie AGBAHOUNGBATA Thiburs ITS3 libre

République du Sénégal un peuple-un but-une foi Ministère de L’Economie et des Finances (MEF) TRAVAUX pratiques Du cours de Ecole Nationale de la Statistique et de l’Analyse Economique (ENSAE) TRAVAUX PRATIQUES D’ECONOMETRIE DU LINEAIRE Rédigé par : Sni* to View DE carmer, Thiburs S. AGBAHOUNGBATA, Elève Ingénieur des Travaux Statistiques Sous l’encadrement de : Monsieur Mayoro DIOP, Economiste, E seig a t à I ENSAE Sous l’e cadre e t de Février 2013 Sommaire Avant-propos . estimations… • • • • • • • Validation du modèle 16 IV. Prévision 23 Conclusion 25

Avant-propos 11 L E Ole Natio ale de la Statisti ue et de I A al se E oo ue ENSAE- Sénégal), e du seau des ga des Oles de statisti ues d Af i ue f a opho e, est u e Ole ui a pou o atio la fo atio des ad es de o eptio , d appli atio et d e utio e statistique. Elle forme, en effet, dans ses trois unités, des Ingénieurs Statisticiens Economiques (ISE), des Ingénieurs des Travaux Statistiques (ITS) et des Techniciens Sup jeu s de la Statisti ue TSS . Le te à I ENSAE est o ditio e pa

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
la ussite à u concours. Ce con ou s est o ga is su le pla atio al pou I e te da s I u it TSS et equiers le diplôme du baccalauréat scientifique.

Il devient sous régional pour les autres PAGF 3 du réseau. Le diplôme e uls pou pa ti Ipe à e o ou s est la li e e pou lu it ISE et le a alau at pou la filière ITS. Pa ailleu s, ous souhaito s appele i i ue ous assu os le ti e espo sa de toutes les erreurs et fautes que le lecteur pourrait relever dans ce document. Aucune ceu e hu ai e ta t pa faite, ous ous sau o s g, des diff e tes e a ues ue ous nous ferez parvenir. Introduction Au Sénégal comme dans la plupart des économies sous- développées, la mobilisation de page i t ieu e est u iff e ts age ts ita le pol e pou les gou ea ts.

S il est o pose t la sph e ooiues galaise ai ue les o t pas u e propension marginale très forte à é argner, il est aussi vrai que savoir pourquoi cette donc un modèle économétrique scientifiquement élaboré et reposant sur des arguments économiquement fiables. Dans notre étude, nous prendrons comme acquis I h poth se de statio narité et de non co-intégration des variables et utiliserons les différents outils économétriques assimilés en classe et issus de nos recherches personnelles pour répondre efficacement à la question posée.

Ainsi, dans une première partie nous allons rappeler la pertinence de notre étude et les études et théories ayant déjà été faites ou élaborées sur le sujet afin de circonscrire la liste des variables qui nous sembleront pertinentes à intégrer dans notre modèle. Dans la deuxième partie, nous spécifierons ce modèle en présentant les variables et les données de a t fai e o jet de ot e tude. Nous esti e os e suite le I aide des diff e ts tests statisti ues ous se od le et le alide os ? le os les plus app op i s dans la troisième partie.

Enfin, afin de confirmer la bonne qualité du odèle retenu, nous ferons isio des uat e de i es aleu s de la s je o igi ale du tau d pa g e. C est I o jet de la de i e pa tie de e da u e t. 3 importance dans le contexte économique actuel du Sénégal. Le second point abordé ici constitue un résumé des diff e tes e he hes effe tu es su les d te i a ts de I pa g e it jeu e au Sénégal. La pertinence du th me d’ tude Dans les économies sous-développées comme le Sénégal, ce sont les cap ‘taux ta ge s ui ie et p io itai e et fia el o o ie atio ale e tat la p i ipale sou e d i estisse e t des e tep ises, faute due page i t ieu e bondante.

Ce qui augmente notre dépendance et partant, la vulnérabilité de notre système économique face ho se tieu s. O, lu des o je tifs p i ipau des pou oi spu lis est la di i utio de la dette vis-à- is de It a ge . Ce ui de a euse da a tage. pou duire notre déficit extérieur ui ne cesse de PAGF s 3 pa g e. La revue de littérature Su le pla th o i ue, deu des d te od les 00 i ues se le tsi pose da sla al se i a ts du tau d pa g e. Due pa t la th o je de I ajuste e t des sto ks ui a été largement développée par Hounthakker et Taylor (1966).

Cette théorie reconnait une atio positi e e te le tau d page p set et ses aleu s au p iodes p de tes pa le iais d u p o essus d ajuste e to tinu régissant tout comportement économique. D aut e pa t la th o ie du o so atio du le de je age et do ue le p ofil ho ologi ue de la 6 3 analyses de Loayza, Schimidt-Hebbel et Serven, le taux d i estisse e t do esti ue a u e i flue e positi e su Ipa ge atio ale ainsi que sur I pa ge pie a eu i pa t eau oup plus fai le alo s ue so pat est I pa ge des ages i dust ialis s. De I aut e ot , les a ia les du e eu gatif su olue t da s le même se s ue les tau d pag e public et privé.

Aussi leurs travaux ont ils permis de fai e esso ti la o pe satio pa tielle ui s effe tue e te pag e publique et privée ? ta es I effet positif du e aug e tatio de I pa ge atio ale su I pa ge pu li ue. Néanmoins, la corrélation entre épargne publique et privée reste ambigu à cause du fait que Io s ue I o utillse les a ia les du gou e e e te t al do t la esu e a pas t ajust e des gains en capital, cette corrélation est inexistante. Mais les résultats sur un échantillon des pays en voie de développement indiquent quand même u il aue o pe satio artielle qui intentient entre épargne privée et épargne publique.

Quant aux résultats des travaux de Hadji Michael, Ghura, Muhleisen, R. Nord et E. V1 PAGF 7 3 dans 39 pays africains subsahariens, leurs conclusions sont semblables. Les variables de revenu telles que le PIB par habitant ou le taux de croissance du PIB réel ont u e i flue e positi e su le i eau de I pargne. Aussi, la stabilité macroeconomlque au sei des pas o Sid s o stitue u e i po ta te do au fai le taud flatio e da s la sti ulatio de I pa ge a e un ratio du déficit budgétaire bas induit une épargne accrue.

De même, le tau d i flatio , les variations des te la Oisse e t de la d pe da e e t etie asse e tu eo tai e, le tau 3 des variables et présentation des données La variable dépendante (EIB) La a ia le do t ous oud io s e pli ue les a iatio s est le tau d page intérieur brut du Sénégal. Il est libellé en pourcentage du PIB et nous provient des données de la banque mondiale. Du point de vue o pta le, le tau d pa ge est gal à la po d e des tau d pa g es des t ois pi ipau se teu s de I o o ie : les ménages, les entreprises et les administrations publiques.

La pondération se ait en fonction des parts respectives des trois secteurs dans le revenu national disponible. Mais pour nos pays en voie de d eloppe et o p oduit e le S atio al ou it ieu gal, I pa g e est calculée soit par la différence entre le ut et la o so avions recueillies au niveau de la banque mondiale concerne la période 1974-2010. Cette p Iode Iut do CFA. Nous utiliserons plus loi u e a ia le i di ati e pou ooiue sul olutio du tau d pa ge it ieu . e de d aluatio du fa esu e li pat de e ho Figure 1: Taux d’épargne intérieur brut du Sénégal (en % du PIB) 20 12 8 4 1975 1980 1985 1990 1995 2000