Theatres illusions et verite

Theatres illusions et verite

En quoi peut-on dire que le theatre est le lieu de l’illusion et en meme temps de la verite ? • Introduction Le theatre est le domaine de predilection de nombreux auteurs aux 17eme et 18eme siecles. C’est au cours de cette periode qu’il prend veritablement toute son ampleur. Il est alors considere comme une veritable forme d’ecriture reconnue et permet aux differents mouvements litteraires de s’exprimer. C’est au cours du mouvement baroque (1600-1660) que auteur et metteur en scene sont dissocies ; ainsi la mise en place d’un spectacle est complete.

De cette maniere, «  pourquoi peut-on dire que le theatre est illusion tout en etant dans le meme temps le lieu d’expression de la verite ? » Dans un premier temps, le theatre permet au spectateur comme au lecteur de laisser libre cours a son imagination, lui permettant de mettre en scene ses propres situations ainsi que personnages et ainsi, de prendre parti au jeu de l’illusion. Dans un second temps, celui-ci retranscrit le quotidien de tout a chacun, permettant ainsi a tous de s’identifier tout en donnant lieu a l’expression des sentiments a travers le jeu des comediens.

Dans ce cas, n’y a-t-il pas complementarite entre l’illusion et la verite au theatre ? Premiere

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
partie • Le theatre est un lieu de convention Une ‘ uvre theatrale adaptee en spectacle peut etre consideree comme une activite dont le but est de divertir, instruire ou encore toucher emotionnellement. Une piece fait plus ou moins appel a l’imagination du spectateur, selon que l’illusion s’appuie sur un decor ou non. Pour cela, le metteur en scene a recours a des elements representer l’illusion. D’autre part, le spectateur joue son role, il doit croire en l’illusion pour que celle-ci soit credible.

En effet, la construction d’un recit, d’une histoire lors d’une piece passe aussi par les elements materiels utilises. Cela comprend les decors, les bruitages et effets sonores, les jeux de lumiere, eux meme au service de l’illusion et permettant au spectateur de percevoir une ambiance. De plus, les costumes utilises participent a la mise en place de cette illusion, tout comme le choix des personnages. Leur apparence physique doit correspondre avec la personnalite decrite lords de la piece pour que l’illusion soit totale.

De meme, le metteur en scene a recours a des objets, sollicitant plus ou moins l’imagination du spectateur. Ceux-ci peuvent representer concretement une piece, un lieu, comme une chambre, ou bien avoir un cote abstrait, incitant le spectateur a imaginer le lieu precis. Dans tout les cas, ils ont un role important lors d’une representation comme celui qu’a fauteuil dans « Le mariage de Figaro » de Beaumarchais. Certains objets permettent meme de faire avancer l’intrigue, comme le sac utilise dans « Les Fourberies de Scapin ». Tout ceci met en place un monde fictif, un monde de convention, permettant l’illusion de la realite. L’intrigue mise en scene est imaginaire D’autre part, le role du spectateur n’est pas moindre puisque pour que l’illusion opere il faut que celui-ci y soit receptif. En effet, une representation de theatre ne dure que l’espace du temps du spectacle et donc de la piece. Ainsi, celle-ci est ephemere et le spectateur doit en comprendre les subtilites au cours meme de l’action. De plus, la mise en scene a pour but de batir l’illusion, tout n’y est donc qu’artifice. Le spectateur doit alors prendre part a ce jeu de l’illusion pour entrer dans la piece.

Il est au second plan lors d’un spectacle, ce grace au quatrieme mur invisible. Ceci etant le fait de considerer la presence d’un mur entre la scene et les spectateurs, empechant ainsi tout echange avec les acteurs. Ceci ayant pour but d’accentuer encore le cote de l’illusion. Ainsi, ces facteurs, ajoutes au jeu des comediens, permettent de dire que le theatre est bien le lieu de l’illusion, tout y etant pour que le spectateur soit face a une veritable representation, une reproduction soucieuse des actions pour donner un sens reel a la piece. Deuxieme partie Les acteurs qui doivent jouer avec verite pour persuader le spectateur de croire a la realite du spectacle Dans une autre mesure, le theatre, tout en etant illusion, permet l’expression des sentiments, le divertissement, par le biais du jeu des acteurs, ceux-ci doivent veritablement sentir les emotions, ou encore les mimer, pour les partager avec les spectateurs. De plus, les pieces peuvent s’inspirer d’elements historiques, ou vrais, etudier des sujets fondes et reels. De ce fait, il est vrai que le role des acteurs lors d’une representation est primordial.

En effet, ceux-ci permettent de mettre en avant la credibilite de la scene jouee. Pour transmettre aux spectateurs les sentiments ressentis au cours d’une action, ils doivent eux meme les vivre ou bien les simuler au mieux. Ils ne sont donc pas sinceres mais vrais. Ceci fait appel a la verite car ils s’inspirent d’experiences personnelles pour ressentir les emotions qui leur sont demandees. Comme c’est le cas dans la piece de Corneille, « Horace », lorsque le personnage feminin declare son amour et que cela suscite chez elle un sentiment de profonde souffrance.

Ce sentiment n’est pas sincere, car il est joue par la comedienne, neanmoins, il est tire de la realite, permettant ainsi d’etre vrai. • La verite du spectacle dans les emotions vehiculees par les personnages De plus, certaines pieces de theatre sont tirees de l’histoire. En effet, elles sont inspirees de faits reels ou encore traitent de situations connues. Ainsi, les personnages peuvent vivre des scenes quotidiennes ou encore etre confrontes au malheur. Ceci peut donc etre tire de la vie de tout a chacun et aborde des sujets vrais, l’auteur s’inspire de la verite pour traiter le deroulement de son intrigue.

De cette maniere, le theatre confronte le spectateur a la verite puisqu’il le met face a des situations que lui-meme a vecu. Tout comme c’est le cas dans « Le Cid » de Corneille, lorsque Don Rodrigue se trouve face a un terrible dilemme et que celui-ci prefere privilegier son honneur ainsi que celui de son pere plutot que son amour pour Chimene. Ceci permet donc et met en evidence le fait que le theatre est aussi le lieu de la verite et que les auteurs y ont recours pour y exposer des situations.

Troisieme partie • Le spectateur va au theatre pour etre sciemment trompe De cette maniere, le theatre n’est pas le lieu de l’illusion ou bien le lieu de la verite, mais bien les deux a la fois. Il y a donc complementarite entre ces deux-ci. En effet, l’illusion au theatre est toujours fondee pour qu’elle puisse etre le plus realiste possible et avoir un impact sur le spectateur, elle s’inspire donc de certaines verites. D’autre part, l’illusion mise en place au theatre laisse apparaitre un sens ache, permettant ainsi a l’auteur de denoncer ou de critiquer, ce par le biais d’un procede bien particulier qui est la double enonciation. Des lors, il est vrai que pour que l’illusion d’une piece de theatre soit parfaite, il faut que la retranscription du reel dans ses details soit fondee pour qu’elle puisse prendre toute son ampleur. Ainsi, celle-ci a besoin d’un minimum de bon sens pour exister. De ce faite, il existe trois regles au theatre : la regle des trois unites, la regle de la vraisemblance et enfin celle de la bien faisance.

L’auteur du « Barbier de Seville », Beaumarchais, n’a pas respecte ces regles puisque dans son ‘ uvre, il arrive un moment ou le spectateur en sait plus que les personnages eux meme, cela car la piece est fondee sur le mensonge. Par exemple, il est mis en avant que illusion et verite peuvent etre associees et ce notamment par le biais des apartes utilisees lors d’une representation. • Verite des emotions exprimees a pour but de faire reflechir le lecteur ou spectateur sur lui-meme D’autre part, le theatre sous entend l’utilisation d’un procede qui lui est propre : la double enonciation.

Celle-ci permet a l’auteur, au cours de l’illusion donnee par la piece, de denoncer certains faits ou encore de d’exprimer son point de vue, ses idees. Il se sert donc de l’illusion mise en place par le spectacle pour donner son point de vue, expliciter certaines verites, evitant ainsi la censure comme n’a pu le faire Moliere avec « Les Femmes Savantes ». Ce procede permet donc a l’auteur de dire ce qu’il pense voir meme la verite sur certains points, celle-ci pouvant etre parfois dure a entendre, tout en restant dans l’illusion de la piece puisqu’il passe par le role des acteurs pour se faire.

Tout comme le fait Corneille dans « L’Illusion Comique » qui utilise notamment le procede du theatre dans le theatre. Ainsi, le theatre arrive a allier l’illusion et la verite, permettant au spectateur et lecteur de se divertir tout en effectuant une reflexion personnelle. • Conclusion Le theatre a donc de nombreuses visees. En effet c’est une ‘ uvre artistique, il permet ainsi aux spectateurs de se divertir ou de s’amuser, d’assister a une representation pour le plaisir de l’art, avec le cote artificiel et illusionniste que cela engendre.

Mais dans une autre mesure, il permet aussi aux auteurs d’exprimer leurs opinions a travers des procedes propres au theatre dans le theatre. De cette maniere, il combine l’art de la scene et la reflexion portee sur certains sujets, pouvant ainsi etre consideres comme le lieu de l’illusion et de la verite, ce dans le meme temps. On peut alors se demander si le theatre peut etre aborde plutot comme une ‘ uvre litteraire ou comme spectacle.