Th orie du commerce international

Th orie du commerce international

Théorie du commerce international La théorie du commerce international est la branche de la science économique qui s’intéresse à la modélisation des échanges de biens et de services entre États. Elle se penche également sur les questions d’investissement international et de taux de change. deux biens, c’est-à-dire un cas où, dans la théorie dAdam Smith, l’échange ne pourrait avoir lieu.

En raisonnant sur les coûts comparatifs et non absolus, il démontre qu’il est avantageux pour chacun de se spécialiser dans la production pour laquelle il possède l’avantage le plus fart (vin La théorie du comm u le désavantage le branches essentielle théorie ricardienne d Sée classique inspiré or 12 Sv. iV* to end deux portugais), sur la pen- La s lie le seconde commerce international à des di t rences de technolos’inspire des outils de l’organisation industrielle et de gie de production entre les pays.

Le modèle de Ricardo a l’économie géographique. deux conclusions fondamentales : les pays sont toujours gagnants à l’échange qui permet de produire de manière plus efficace et, en situation d’échange, les pays vont se spécialiser dans la production du bien où ils possèdent un 1 Les théories classiques vantage comparatif. Théorie des avantages absolus que les producteurs étrangers

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
peuvent produire à meilleur compte que les producteurs nationaux.

Le pays qui vend un certain produit moins cher que tous les autres pays possède ainsi un avantage absolu pour ce produit. Smith indique alors qu’un pays doit se spécialiser dans la production de biens pour lesquels il possède cet avantage absolu et acheter tous les autres biens. Article détaillé : Modèle Heckscher-Ohlin-Samuelson. Dans ce modèle, les échanges internationaux reposent sur des différences de dotation dans les facteurs de production. Ce modèle est connu sous plusieurs noms.

Il fut d’abord publié sous une forme plus littéraire par Bertil Ohlin, qui attribua la copaternité du modèle à son directeur de thèse, Eli Heckscher en 1933. En 1941, Paul Samuelson et Wolfgang Stolper en déduisirent un théorème imporLa théorie des avantages absolus exclut l’échange réci- tant sur la rémunération des facteurs, qui fut systématiproque entre pays ayant des niveaux très différents de quement incorporé dans la présentation du modèle, dédéveloppement.

En effet, le plus développé des pays est sormais connu sous l’acronyme HOS. usceptible de bénéficier de la productivité la plus élevée Les conclusions du modèle sont . dans tous les secteurs. 1. 2 1 . On a spécialisation partielle de chaque pays dans le bien relativement le plus intensif dans le facteur dont ce pays est relativement le mieux doté.

Théorie ricardienne des avantages comparatifs 12 raison de la relation entre prix relatifs et rémunéDavid Ricardo, en 181 7, développe la théorie de Favanrations relatives, la rémunération relative du facteur tage comparatif : un pays peut bénéficier de la spéciarelativement le plus rare dans chaque pays diminue isation en produisant les biens pour lesquels il possède tandis que celle du facteur relativement le plus abonun avantage comparatif, et ce, même s’il possède un dant augmente. ésavantage absolu pour tous les biens qu’il produit. David Ricardo suppose que le travail est le seul facteur de production et que ce facteur est mobile à l’intérieur du 1. 3. 1 Limites pays mais immobile internationalement. Pour montrer que l’échange est toujours préférable, il imagine que le Si ce modèle occupe une place centrale dans la littérature, Portugal possède un avantage absolu sur l’Angleterre pour c’est vant tout à cause des intuitions qu’il souligne, et de 2 la richesse des résultats qu’il propose.

Cependant, il est 2. 1 contestable sur plusieurs points LES THÉORIES PROTECTIONNISTES Protectionnisme ou libre-échange ? Si la dynamique du commerce international tend à favo• La plupart de ses prédictions sont infirmées par les riser la constitution des monopoles, alors il semble que flux du commerce international : le protectionnisme soit iu trôler les abus de PAGF 19 concurrence constituait l’argument théorique des produits relativement Intensifs en travail uffisant pour réfuter les thèses du libre-échange. paradoxe de Leontief) ; ‘égalisation des prix relatifs n’est que rare- La première réponse à cette objection vint de la théoment observée, même au sein d’une union mo- rie des marchés contestables selon laquelle la concurrence nétaire comme la zone euro. Cette observa- peut être inexistante au plan matériel, mais toutefois jouer tion amène à étudier les conséquences de dif- son rôle. En effet selon cette théorie, une entreprise en sltuation de monopole est contrainte de se soumettre aux férences de demande entre les pays. igences de la concurrence si elle ne veut pas voir surgi • Dans ce modèle, la mobilité du capital conduit à une de nouveaux concurrents. situation dégénérée : après un équilibrage des dotaLa seconde réponse est que l’intervention protectionniste rions relatives, les pays se retrouvent en autarcie. suscite des représailles et provoque en fin de compte une dégradation économique de tous les protagonistes. 1. 4 Modèle Cairnes-Haberler 1. 5 Modèle Ricardo-Viner Face à ces nouveaux arguments et aux études économétriques sur le sujet, on a finalement vu les

Dans le modèle Cairnes-Haberler, tous les facteurs de nouveaux théoriciens du commerce international adopter production sont fixes (ils n me pas passer une 9 phénomène. Dans le modèle Ricardo-Viner, certains facteurs de production sont fixes, mais pas tous. Deux biens sont produits et l’offre de travail est répartie entre deux secteurs. Le modèle Ricardo-Viner explique le sens de l’échange international en développant un modèle à facteurs spécifiques (ou analyse néofactorielle).

Ce modèle énonce ses principes en introduisant d’autres facteurs de production que le travail qui sont le captal et la terre. Le travail est le facteur le plus mobile (peut se déplacer d’une industrie ? l’autre), le capital et la terre sont spécifiques à une industrie et des ajustements vont se falre au niveau de ces facteurs : Ricardo et Viner ont démontré que la dotation en facteurs spécifiques va maintenant déterminer le sens de l’échange et remettent en cause l’approche HOS (Heckscher-Ohlin et Samuelson).

Le sens de l’échange est maintenant déterminé à travers la qualification de travail (plus le travail est qualifié, plus il devient un facteur spécifique). Les propositions apportées par Ricardo et Viner ontrent que le revenu du travail diminue en termes du bien dont le prix augmente : l’augmentation de la valeur d’échange d’un bien (prix relatif) conduit à une augmentation de la rémunération réelle du facteur spécifique utilisé dans la fabrication de ce bien et diminue la rémunération réelle du facteur spécifique utilisé dans la fabrication de l’autre bien dans l’hypothèse ou deux biens sont produits.

Les théories protectionnistes 2. 2 Mercantilisme Les mercantilistes sont apparus via le bullionisme, le colbertisme et le nationalisme. Le bullionisme correspon isme méditerranéen de PAGF s 2