test

récriture d’invention. Vous êtes chargé d’écrire la préface d’une anthologie poétique consacrée au thème de la maladie. Vous justifierez l’intérêt du thème et du choix des poèmes en vous appuyant notamment sur les textes du corpus. Les réflexions préliminaires et la lecture de rénoncé, les pistes et/ ou les pièges de l’énoncé p g Qu’est-ce qu’une préface : un texte de quelques pages, composé et argumenté. Qu’est-ce qu’un préfacier : pas forcément un auteur des textes contenus dans le livre (ici une anthologie), mais quelqu’un qui les a lus, les a parfois choisis, et st capable d’en parler.

Une anthologie est un choix fait par une seule personne, dans il ne doit pas en parler. L’exercice est donc uniquement consacré à justifier, à dire du bien, pas à critiquer négativement, ni à résumer les contenus des poèmes de l’anthologie. Une anthologie poétique consacrée au thème de la maladie contient exclusivement des poèmes, pas des textes scientifiques ou théoriques sur la maladie. L’exercice interdit d’inventer des titres ou des contenus de ce genre.

Le thème de la maladie : le corpus parle de maladies de cœur, des poumons, ou de maladies ombreuses (Chanson sans calcium). Il y a bien d’autres maladies, des maladies mortelles

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
ou bénignes, des maladies du corps ou de l’âme, ou de l’esprit, ou des sentiments. On peut imaginer que l’auteur de l’anthologie a fait un choix varié, et non tourné vers une seule maladie ou un seul poète. L’exercice autorise-t-il à évoquer des poèmes qui n’existent pas dans la réalité littéraire ? NON Quelle est la longueur d’une écriture d’invention ?

Puisque le barème est le même que le commentaire ou la dissertation, et qu’il s’agit d’un travail argumentatif et illustratif, on attend oujours une copie aussi longue, c’est-à-dire qu’une copie courte (trop courte) et pauvre sera sanctionnée comme insuffisante. Donc, minimum deux (ou trois ? ) pages pleines, voire quatre. Tout dépend du sujet. On est en droit d’exiger du « style à savoir un art d’écrire au service du type de texte demandé, et travailler la forme prend du temps.

Donc l’écriture d’invention n’a pas à être aussi longue qu’une dissertation ou qu’un commentaire. Diso 2 OF s longue qu’une dissertation ou qu’un commentaire. Disons que quelques dizaines de lignes peuvent convenir. i, pour une « Préface à un recueil de poèmes », ce sera pareil. Des idées pour argumenter que le thème de la maladie est intéressant D’abord, en regardant le sujet de dissertation, on peut penser ? une idée simple : la maladie est humaine, les lecteurs sont humains Il se sentiront donc touchés, concernés, et pourront se retrouver.

Ensuite, la vie humaine avec « ses accidents et ses incidents, ses victoires et ses désastres » comme dit Octavio Paz, est un réservoir de sensations, d’images, et les auteurs peuvent avoir fait des trouvailles originales, plus originales que sur la nature ou les petits oiseaux. Ensuite, parler de la maladie est parfois provocateur, donc intéressant. Ensuite, ce thème étant très proche de notre vie ordinaire, on peut trouver des auteurs qui l’ont abordé de manière plus originale, plus forte : on a un argument qui renverse les idées reçues au triviales. OF s argument paradoxal, mais aussi une sorte de question de cours. Rappelez-vous Baudelaire « Tu m’as donné ta boue et j’en ai fait de l’or » Une méthode de rédaction Pas besoin d’une introduction de type dissertation, mais une entrée en matière, dans laquelle on s’adresse directement à un lecteur moyen en supposant que c’est n lecteur qui sait à quoi s’attendre, le livre parlera de poésie et de maladie, et il s’agit de ittérature. On le dit en quelques mots, pour confirmer le titre : donc, on donne le titre (il faut en inventer un).

On peut dire pour quelle raison on a été choisi pour faire cette préface, mais attention à n 4 OF S manuscrit (alors que dans un texteur on les mettra en italiques). On pourra passer plus rapidement sur certains poèmes, en évoquant simplement leur intérêt par rapport à un autre. Mais on ne dit pas la même chose sur le premier, le deuxième, et ainsi de suite : il doit y avoir ariété de commentaires, comme dans le corpus il y avait variété de registres ou de situations évoquees. On n’écrit pas un poème soi-même !

En revanche, on peut citer quelques vers d’un poème du corpus, pour en faire sentir le suc, ou le sel, ou l’amertume, bref, on fait sentir qu’il a une vie, qu’il provoque des sensations. On doit laisser la fin ouverte, un peu comme certain(e)s d’entre vous (l’an dernier) avaient conclu leur préface à un recueil de nouvelles en disant « Attention, l’aventure commence, ne tournez pas la page, les microbes vous y guettent En effet, le lecteur n’a pas ncore commencé la lecture, et on ne doit pas conclure à sa place, c’est-à-dire qu’on ne doit pas émettre de jugement de valeur final : on fait une proposition de lecture.

On essaie d’avoir un style cohérent du début à la fin, sans familiarité ni vulgarité, mais sans tomber dans le pathos sous prétexte que les poèmes se rattachent au thème de la maladie : il ne s’agit pas d’émouvoir tout de suite le lecteur, mais de lui laisser attendre des émotions. On relit et on soigne l’orthographe, la grammaire. Ce conseil est valable pour tous les devoirs. S OF s