TD Histoire Du Droit N 7

TD Histoire Du Droit N 7

TD Histoire du Droit n07 Tocqueville : XIXe siècle, regard a posteriori sur la Révolution, étude historique, refuse une visée historique, analyse de la Révolution à travers le prisme de ses propres idées politiques. Magistrat. Il va prêter serment à la Monarchie de juillet et il va être missionné en 1831 pour aller étudier le système de prisons américaines. Lorsqu’il revient des Etats-Unis il devient avocat et publie De la Démocratie en Amérique. C’est un juriste, il s’attache donc aux concepts ju Aux Etats-lJnis il va d évolution inévitable or 5 ati i va le fasciner, a Démocratie.

Démocratie : Gouvernement auquel le peuple prend une part plus ou moins grande. Au XIXe siècle l’idée de Démocratie s’inscrit comme une sorte de réaction face au libéralisme et à ses dérives. C’est un libéral démocrate, il chercher donc un équilibre entre les 2. Libéralisme : Autre chose qu’un dogme économique, c’est une philosophie politique globale soumise toute entière à l’idée de liberté. La sociologie politique doit être fondée sur la liberté et trouver sa justification dans la consécration de la liberté. Philosophie sociale individualiste.

Pour les penseurs libéraux ont fait passer l’individu avant l’État, Pintérêt des individus avant les intérêts des groupes. philosophie de

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
la connaissance et de la vérité, ont croit à la découverte progressive de la vérité par la raison individuelle. CIOC’est de la confrontation des différents points de vue que doit se dégager une vérité commune. Ils rejettent l’autorité et le respect aveugle du passé Les libéraux rejettent les dogmes de l’Église, affirment le relativisme de la vérité et prônent la tolérance.

Conséquence : Au XIXe siècle la lutte des Lumières s’inscrit contre toute autorité : ordre établit et donc l’État, réaction à l’Ancien Régime, rejettent tout pouvoir absolu. Le pouvoir politique doit être limité, il faut le fractionner, la séparation des pouvoirs est une garantie de l’individu contre l’absolutisme. 2 autres moyens : La décentralisation. Limiter le champ d’action : non intervention de l’État en matière économique et sociale. L’État doit laisser jouer librement l’initiative privée et la concurrence.

Consigner les règles de droit dans des textes écrits, le respect de ces règles contrôlés par les juridictions. Paris révolutionnaire et républicaine. Grandes idées : Tocqueville veut réaliser ridée démocratique pour lui ça va de paire avec la liberté politique, seule la Démocratie est capable de réaliser la liberté, il faut combattre le despotisme dans l’ordre juridique ou politique. Despotisme : Pouvoir centralisé et l’interventionnisme étatique. 0011 faut décentraliser : participation réelle des citoyens à l’action ollective et limiter le pouvoir social de l’État car pour lui cette intervention c’est le despotisme.

Quand l’État intervient il impose un dogme commun, fait prévaloir une idéologie ce qui est une atteinte au libre arbitre des individus. DÛTocqueville cherche une manière de concilier Libéralisme et Démocratie. Il ne parle que de l’Ancien Régime, car il n’a pas fini son œuvre, il est mort avant de pouvoir traiter la Révolution. Pour Tocqueville la Révolution est une continuité, résultat d’un processus historique, de nombreuses réformes de la Révolution nt trouvées leurs terreaux dans l’Ancien Régime.

Le concept de table rase est un concept philosophique notamment développé par Descartes. pour Tocqueville les phénomènes qui ont trouvés leur source dans l’Ancien régime sont la centralisation et la prépondérance de Paris. Mais selon Tocqueville la R uand même provoqués PAGF3CfS social. Pour lui les ordres français sont devenus ennemis n’étant plus seulement des rivaux. Les ordres en Angleterre fonctionnent ensemble, contrairement aux ordres dans le Royaume de France.

La noblesse s’est enfermée sur elle-même, devenant une caste inaccessible pour le Tiers. État. Ce fonctionnement irrationnel a créé le terreau pour la Révolution. Irréligion : Les Démocraties ne sont pas hostiles à la Religion, la Révolution à l’origine a voulu abattre l’Église, mais pas la religion. Car l’Église est devenue un pouvoir trop fort en devenant cliente du gouvernement, on est toujours dans une idéologie libérale (casser les pouvoirs trop forts. ) Pour Tocqueville la religion est nécessaire à la stabilité de la société.

Les Lumières : pour Tocqueville les Lumières ont eu une importance, car la centralisation a exclue la noblesse du pouvoir comme elle est exclue la philosophie des Lumières s’est imposée dans les salons, sont devenus les nouveaux hommes politiques. Selon Tocqueville, la Révolution fait-elle table rase du passé ? – Non . Les principales œuvres de la Révolution sont le fruit d’une évolution historique. Mais elle a quand même engendré des bouleversements dans les rapports sociaux entre les individus. – Oui : On passe d’un ordre rationnel (table rase. )