TD 6 3

TD 6 3

établis les griefs allégu s par le mari contre son épouse. Avant de comprendre la condition pour qu’un divorce aux torts exclusifs devienne un divorce aux torts partagés (Il), il faut comprendre les conditions de l’existence d’un divorce aux torts partagés l. Le divorce aux torts partagés : un cas de divorce ouvert au juge. Dans l’exercice de sa compétence d’une façon souveraine, le juge a toujours la possibilité de prononcer le divorce aux torts partagés des époux (A) TD63 Premium gy tirasderbel MapTa 13, 2015 4 pages Commentaire d’arrêt : doc n0=10 page 61.

Par un arrêt en date de 20 novembre 2013, la lere chambre ivile de la Cour de cassation s’est prononcée sur la question de divorce aux torts partagés des époux. En espèce, l’épouse a quitté le domicile et son époux avait une attitude d’hostile. Ce dernier demande le divorce aux torts exclusifs de son épouse. Il saisit donc la juridiction compétente. La Cour d’appel en constant que le couple n’existe plus depuis le départ de l’épouse, et l’attitude hostile de son époux, prononce le divorce aux torts partagés.

L’un des époux forme un pourvoi en cassation. L’établissement des griefs des deux partis, est-il une condition Swipe to nex:

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
page our que le juge pro La Cour de cassati cassation. Elle a rete partagés entre les ép chaque partie, mais rep Sni* to n s partagés ? dans un arrêt de . iac un divorce aux torts efs énoncés contre r d’appel n’a pas (A) à condition de l’existence des fautes chez l’un comme chez l’autre (B). A. Le principe d’un divorce aux torts partagés : Cet arrêt de principe porte sur le divorce aux torts partagés.

Le divorce aux torts partagés est un type de divorce ou les deux époux sont déclarés coupables. Il s’oppose au divorce aux torts exclusifs ou seulement l’un des époux a commis une faute. Le divorce aux torts partagés nécessite que puissent être constatée chez le demandeur comme chez le défendeur l’existence de « violations graves ou renouvelées des devoirs et obligations du mariage rendant intolérable le maintien de la vie commune C’est sur cette question que s’est penchée la Cour de cassation, dans un arrêt rendu le 20 Avril 1989.

Elle a cassé l’arrêt de la Cour d’appel au motif que cette dernière n’a pas déterminé si la faute de l’épouse qui est le fait de quitter le domicile conjugal, rendait intolérable le maintien de la vie commune. La jurisprudence ctuelle en matière de droit du divorce a plutôt tendance ? admettre l’abandon du domicile conjugal comme faute à partir du moment où il s’accompagne d’un abandon financier. B.

La nécessité de constater les fautes de chaque partie. La Cour de cassation a retenu que la Cour d’appel n’a pas établlt les fautes de l’épouse. C’est pour cela qu’elle a cassé son arrêt. En effet, elle estime qu’il faut l’existence et la preuve des fautes de Hun et de l’autre des époux au même temps. Le basculement de la demande du divorce d’un divorce de torts exclusifs des épouses a un divorce est dû à la présence et l’établissement d PAG » OF d