TD 1vf

TD 1vf

TD NO 1 : Diagramme des cas d’utilisations Par : Aounallah Jnifene L Questions de cours : 1 ) Nous pouvons classifier les dlagrammes IJML en deux grandes familles de diagrammes. Quelles sont ces familles ? Citez un exemple de diagramme proposé par LIML par famille. 2) Quels sont les éléments de base qui composent un diagramme de cas d’utilisation ? ) Quel intérêt avons d’utilisation ? En quoi les cas d’utili système ? ou org Sni* to View odèle de cas modélisation d’un 4) Comment définissez-—vous un acteur ? Quels types d’acteurs pouvons—nous avoir dans un diagramme ) Quels types de relation pouvons-—nous avoir entre deux cas Et entre un cas d’utilisation et un acteur ? ) Quelles étapes pouvons—-nous suivre afin d’obtenir un modèle Exercices | 0) Dans un établissement scolaire, on désire gérer la réservation des salles de cours ainsi que cette situation par un diagramme de cas d’utilisation 20) Dans un magasin, le processus de vente est le suivant : le client entre, passe dans les rayons, demande éventuellement des renseignements ou procède à des essais, prend des articles (si le stock est suffisant), passe à la caisse où il règle ses chats (avec tout moyen de

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
paiement accepté). Il peut éventuellement bénéficier d’une réduction.

Modéliser cette situation par un diagramme de cas d’utilisation 30) Dans un magasin, un commerçant dispose d’un système de gestion de son stock d’articles, dont les fonctionnalités sont les suivantes : – Edition de la fiche d’un fournisseur – Possibilité d’ajouter un nouvel article (dans ce cas, la fiche fournisseur est automatiquement éditée. Si le fournisseur n’existe pas, on peut alors le créer) – Edition de l’inventaire. Depuis cet écran, on a le choix d’imprimer ‘inventaire, d’effacer un article ou d’éditer la fiche d’un article). 0) Une entreprise souhaite modéliser avec LIML le processus de formation de ses employés afin d’informatiser certaines tâches. Le processus de formation est initialisé quand le responsable formation reçoit une demande de formation d’un employé. Cet employé peut éventuellement consulter le catalogue des formations offertes par les organismes agréés par l’entreprise. Cette demande est instruite par le responsable qui transmet son accord ou son refus à l’employé. En cas d’accord, le responsable cherche la formation adéquate ans le catalogue des formations agréées qu’il tient à jour.

Il informe l’employé du contenu de la formation des formations agréées qu’il tient à jour. Il informe l’employé du contenu de la formation et lui soumet le liste des prochaines sessions prévues. Lorsque l’employé à fait son choix il inscrit l’employé à la session retenue auprès de l’organisme de formation concerné. En cas d’empêchement l’employé doit avertir au plus vite le responsable formation pour que celui-ci demande l’annulation de l’inscription A la fin de la formation l’employé transmet une appréciation sur le tage suivi et un document attestant sa présence.

Le responsable formation contrôle la facture envoyée par l’organisme de formation. Dessiner le diagramme des cas d’utilisation. 50) Distributeur automatique de cassettes vidéo Une personne qui souhaite utiliser le distributeur doit posséder une carte magnétique. Les cartes sont disponibles au magasin qui gère le distributeur. Elles sont créditées d’un certain montant et rechargeables en magasin. Le prix de la location est fixé par tranches de 6h (1 Euro par tranche). Le fonctionnement du distributeur est le suivant. Le client introdult sa carte.

SI sa carte st valide et que son crédit est supérieur ou égal à un euro, le client est autorisé à louer une cassette. Dans le cas contraire, il est invité à aller recharger sa carte au magasin. Le client choisit une cassette et la ramène chez lui. Quand il l’a visualisée, il la ramène, l’introduit dans le distributeur et introduit sa carte. Celle- ci est alors débitée. Si le montant du débit excède le montant du crédit de la carte, le client est invité à venir régulariser la situation au magasin et le système mémorise le fait que le client est débiteur.

La régulariser la situation au magasin et le système mémorise le fait ue le client est débiteur. La gestion des comptes débiteurs est prise en charge par le personnel du magasin. Si le client n’a pas prlS la cassette déllvrée au bout de 15 secondes, le distributeur ravale la cassette et le distributeur éjecte la carte. Quand une carte n’est pas récupérée au bout de 15 secondes, le système la reprend. On ne gère pas l’entretien du distributeur et son alimentation en cassettes. Réalisez le diagramme de cas d’utilisation du système de distribution de cassettes. 0) Adaptez la figure pour qu’elle intègre les détails suivants. Réalisez un diagramme par lettre. 0) On souhaite informatiser une bibliothèque un universitaire. Cette bibliothèque propose aux étudiants et aux enseignants de l’université des livres et des revues. Ces livres comme ces revues sont acquis auprès d’éditeurs qui proposent leurs nouveautés par l’intermédiaire de catalogues. Les choix d’acquisition ou d’abonnement sont pris en fonction du budget de la bibliothèque et des demandes des enseignants des différents départements de l’université.

Chaque document est identifié par un numéro unique. Un livre est caractérisé par un titre, un nom d’éditeur et un ou plusieurs auteur(s). Les revues sont caractérisées par un titre et la périodicité de leur parution. Sil existe plusieurs exemplaires d’un livre, chaque exemplaire a une cote qui lui est propre. Les revues sont consultables sur place uniquement et la bibliothèque ne dispose que d’un seul exem laire de chacun des numéros de revue. Un livre peut être e onsulté sur place ; chacun des numéros de revue.

Un livre peut être emprunté ou consulté sur place ; Les numéros de revue sont consultables sur place uniquement. Les étudiants et enseignants qui souhaitent emprunter des livres sont identifiés par un numéro, un nom et une adresse département d’appartenance pour les enseignants). Ils peuvent consulter sur place, effectuer des recherches de document s par titre ou nom d’auteur en utilisant le système d’information de la bibliothèque. Lorsque le résultat de la requête porte sur un numéro de revue, son sommaire (liste des titres des principaux articles) est affiché.

On ne peut pas emprunter plus de 3 livres en même temps, et la durée maximum d’un prêt est de 15 jours pour un étudiant et de 1 mois pour un enseignant. Si un livre n’est pas disponible, il peut le réserver. Les enseignants sont relancés par courrier ?lectronique lorsqu’ils ne rendent pas leurs livres dans les délais. Les étudiants (relancés par courrier) qui n’ont pas rendu les livres qu’ils ont empruntés dans les délais ne peuvent pas emprunter de livres pour une durée égale au dépassement du délai, et cela ? partir de la date de restitution des livres.

Décrire les différents cas d’utilisation liés à la gestion de la bibliothèque. 80) Les administrations françaises décident de créer un groupement d’intérêt économique (GIF) pour mettre en place des sen,’ices dématérialisés au sein d’un système mutualisé (SDAF: Services Dématerialisés des Administration Françaises). Un de ces services permet aux professionnels équipés d’un logiciel adéquat de déposer des formulaires dématérialisés à destination des administrations. ogiciel adéquat de déposer des formulaires dématérialisés ? destination des administrations. Par exemple, un architecte peut déposer un permis de construire auprès du service d’urbanisme d’une mairie. Les éditeurs de logiciel pour professionnels intègrent ce service, baptisé e-CERFA, dans leur logiciel. Les web services proposés dans ce cadre sont les suivants : Transmettre un formulaire, Lister les formulaires d’un professionnel, Consulter un formulaire, Télécharger un modèle de formulaire.

Le logiciel doit fournir l’identité du professionnel (nom, prénom, type d’identifiant et identifiant) lors de l’acces à ces servlces. Le professionnel remplit un formulaire électronique à l’aide de son logiciel. Il peut également fournir des pièces jointes au format PDF à son formulaire. Il doit indiquer auprès de quelle administration il dépose son formulaire (type d’administration + identifiant). Les modèles de formulaire électronique mis à disposition par le

SDAF sont caractérisés par une référence (CERFA 13404*02, un nom, et une liste de rubriques comportant chacune : un identifiant unique au sein du formulaire et un libellé, la valeur saisie par le professionnel pour cette rubrique (donnée généralement vide dans le modèle et pouvant être pré renseignée avec une valeur par défaut), un type : texte, date, nombre avec unité, booléen, information (z pas de saisie), début de zone, fin de zone (une zone regroupe plusieurs rubriques autour d’un même thème, par exemple : la zone « identité » regroupe un nom, un prénom… un texte indiquant si la saisie est obligatoire, et éventuellement sous quelle conditlon e texte indiquant si la saisie est obligatoire, et éventuellement sous quelle condition et éventuellement une longueur maximale. Chaque modèle contient également une durée de conservation et des mots-clés qui pourront être saisls par le professionnel afin de faciliter les recherches d’un formulaire. Ces modèles de formulaire sont mis en œuvre par les logiciels des professionnels de manière générique : l’ajout d’un nouveau modèle de formulaire ou la modification d’un modèle de ormulaire ne doit pas nécessiter une évolution du logiciel.

L’administration peut donner son avis sur chaque formulaire. Par exemple, le service urbanisme peut accepter ou refuser un permis de construire. Une administration peut également demander des compléments d’Information au professionnel. Vous êtes éditeur de logiciel pour professionnels 1) Identifier le système à modéliser, les acteurs et les cas d’utilisation. 2) Documenter les cas d’utilisation. 3) Dessiner un diagramme de cas d’utilisation. 90) Nous voulons informatiser une galerie d’art, par laquelle nous ouhaitons vendre des œuvres d’arts à des clients.

Les paiements doivent être sécurisés en utilisant le système de paiement externe « chaimoinscheif’. (2) Les œuvres et les artistes sont gérés par les administrateurs via des interfaces adaptées. (3) Un internaute doit pouvoir s’inscrire sur le site pour devenir client. (4) un internaute peut naviguer sur le site : retrouver un artiste par son nom, visualiser les œuvres par artiste ou par catégorie). (5) Les clients peuvent voter pour les œuvres ou les artistes qu’ils préfèrent. (6) une fois par jour, un super-administrate