Systeme management integre

Systeme management integre

Sommaire Mise en ? uvre de la demarche de type QSE ou HSEQ 3 Les referentiels possibles 4 Les principales etapes d’une demarche de construction d’un systeme de management integre 5 Les acteurs 7 La direction 7 Les responsables qualite, environnement et securite 7 Le personnel 7 Les clients 7 Les actionnaires 7 Les fournisseurs 7 La societe et ses interlocuteurs 7 La medecine du travail 7 L’inspection du travail 8 Les instances representatives du personnel (Comite d’Entreprise, CHSCT…) 8 La CRAM 8 L’ARACT, l’ANACT 8 Retour d’experiences ayant genere des resultats positifs 9 ADA : Acieres de l’Atlantique 9

Historique de la demarche de management 9 L’etendue de l’integration QSE 9 Le systeme documentaire 10 Les audits internes 10 Les revues de direction 10 La « labellisation » des entreprises exterieures 11 Le document DT 78 de l’UIC (Union des Industries Chimiques) 11 Le MASE : Manuel d’Assurance Securite des Entreprises 11 Developpement durable 11 Mise en ? uvre de la demarche de type QSE ou HSEQ Lorsque nous parlons de « systeme integre » nous ne voulons pas dire « systeme unique » avec un seul manuel, un seul jeu de procedures et d’instructions,… Nous voulons dire que les sous-ensembles qualite, securite, environnement  : peuvent avoir des parties communes et des parties distinctes, specifiques, – peuvent comporter des elements simplement imbriques, c’est-a-dire absolument identiques, mais que l’on retrouve dans l’un et l’autre des sous-ensembles, –

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
doivent etre coordonnees et faire partie d’un ensemble, le « systeme global qualite, securite, environnement », ou d’un systeme de management global plus large. L’entreprise SIGMADEP compte tenu de l’existant souhaite arriver a l’automne 2009 a une certification de type QSE ou HSEQ. Ce concept de Management integre consistera donc a: Fusionner les outils de gestions communs des differents systemes de management – Integrer, autant que possible, les reponses aux exigences des differents aspects Qualite, Securite, Environnement au sein des dispositifs operationnels – Piloter de concert les trois aspects et leurs interactions Trois formes d’integration sont possibles : – Systemes « fusionnes » : systemes distincts, fusionnes par l’entreprise en un systeme unique, – Systeme « pivot » : l’entreprise a choisi de s’appuyer sur une approche deja maitrisee (approche processus le plus souvent) dans un systeme pour l’appliquer aux autres Systemes « ouverts» : l’entreprise a considere que le management n’etait rien d’autre qu’une maitrise des parties concernees (client, partie interessee, partie prenante,…) La societe SIGMADEP a ete certifie ISO 9001 version 2000 depuis fin 2003 et l’ingenieur qualite a bati un systeme qualite. Une integration selon le systeme « pivot » semble la plus appropriee pour la mise en ? uvre du systeme de management integre de la societe SIGMADEP. L’ingenieur qualite de l’entreprise a, en effet, bati le systeme qualite.

L’approche processus est donc maitrisee pour la Qualite, celle-ci sera a appliquer pour les dimensions Environnement et Securite. La societe SIGMADEP en etablissant ce systeme de management, aura interet a identifier ses processus et a les prendre pour point de depart. Pour chaque processus-cle de l’activite, les exigences relatives a leurs elements d’entree et de sortie peuvent etre defini ainsi que l’evaluation des risques, la prevention des modes de pilotage, les mesures des performances et l’analyse des resultats ; tout cela dans un but d’amelioration.

Les referentiels possibles L’utilisation des normes ISO 9001 pour la Qualite, ISO 14001 pour l’Environnement et l’OHSAS 18001 pour la Securite semble etre la solution la plus appropriee afin de mettre en ? uvre le systeme de management integre QSE au sein de la societe SIGMADEP. Ces differentes normes fonctionnant selon le meme principe PDCA (Plan-Do-Check-Act), l’elaboration de systemes ? uvrant en parallele est a eviter cependant on peut privilegier l’integration des differentes thematiques au sein d’un seul et meme systeme de management.

L’objectif final de la mise en place d’un Systeme de Management Integre est donc de garantir l’integration harmonieuse et durable des differentes thematiques choisies par l’entreprise (accroitre la satisfaction des clients et autres parties interessees, reduire les couts) pour developper sa strategie et son management. Les referentiels de systemes de management sont, en effet, caracterises par leur caractere generique. Les zones de recouvrement des referentiels QSE sont nombreuses. |Referentiel |ISO 9001 : 2000 |OHSAS 18001 : 1999 |ISO 14001 : 1996 | PLANIFIER |5. 3 Politique qualite |4. 2 Politique S&ST |4. 2 Politique environnement | | |5. 4 Planification des objectifs |4. 3 Planification des objectifs |4. 3 Planification des objectifs | | |qualite |S&ST |en environnement | |FAIRE |7 Realisation du produit |4. 4 Mise en ? uvre et |4. 4 Mise en ? uvre et | | |fonctionnement |fonctionnement | |VERIFIER |8 Mesures, analyse et |4.. 5 Verification et action |4. 5 Controle et action corrective| | |amelioration |corrective | | |REAGIR |5. 6 Revue de direction |4. 6 Revue de direction |4. 6 Revue de direction |

Le recouvrement est facilite du fait de l’alignement des trois normes QSE autour d’une structuration identique en quatre sections: Plan, Do, Check, Act (PDCA). L’amelioration continue du systeme de management est permis par une grande coherence et la logique de la construction de ces referentiels structures identiquement. Ces referentiels reposent donc sur des principes permettant d’orienter le management vers la satisfaction, la conformite ainsi que la maitrise des risques. Par ailleurs, ces referentiels mettent en evidence de multiples similitudes : La necessite d’un engagement de la direction, – La planification et l’elaboration d’un programme, – L’identification des risques et la prevention des dysfonctionnements, – L’identification des exigences legales, – La definition d’une organisation, des autorites et des responsabilites, – La necessite de former et sensibiliser le personnel, – La communication interne et externe, – Les exigences en matiere de gestion des documents et des enregistrements, – La gestion des non-conformites, la definition et la mise en ? uvre d’actions correctives et preventives, – La mise en ? vre d’un processus d’audit, – La diminution des couts des relations clients-fournisseurs. Les principales etapes d’une demarche de construction d’un systeme de management integre |Etapes | |Diagnostic initial | | | Diagnostic global de l’entreprise en regard des objectifs globaux de l’entreprise pour obtenir un etat des lieux (marche, etat des | |formalisations existantes, evaluation des besoins et des enjeux, resultats escomptes…) : | |-Points forts Q, S et E | |-Axes d’amelioration Q, S et E | |Planification | | |-Definir les modalites d’accompagnement des Responsables Qualite, Environnement et Securite. | |Prise de decision | | | |-Validation du projet | -Prise de decision de principe, fixation des grandes lignes et des objectifs prioritaires de la demarche | |-Information et explication aupres du personnel | |Preparation | | | -Designation et installation de l’equipe projet | |-Hierarchisation des objectifs | |-Elaboration du projet de programme d’integration (pluriannuel) | |-Communication, explication, appropriation par le personnel et programme definitif | |Choix de la direction et revues de direction | | |-Politique Q, S et E en fonction de l’etat des lieux | |-Designation d’un comite de pilotage et d’une equipe de projet | |-Choix des referentiels de management | -Definition des objectifs et des exigences (internes, externes, reglementaires, relatives aux parties concernees) | |-Organisation (responsabilites, fonctions, ressources) | |-Plan d’action | |Identification des processus et cartographie | | |-Identification des processus necessaires a la realisation des objectifs | |-Cartographie du reseau des processus : | |Processus de realisation | Processus de support | |Processus de direction | |Identification et hierarchisation des risques | | | |-Identification des dangers ou des evenements redoutes lies aux processus : | De realisation (poste de travail…) | |De support (installations, transport…) | |-Evaluation des risques potentiels correspondants en fonction : | |De la gravite du dommage | De la probabilite d’occurrence | |Definir l’organisation fonctionnelle du SMI | | | |-Definir les fonctions et responsabilites | -Identifier les competences requises et disponibles | |-Recenser les ressources necessaires | |-Organiser la gestion des ressources humaines (formations) | |Reprise des processus | | |Revue des processus et des procedures correspondantes pour : | |-integrer systematiquement la satisfaction aux exigences Q, S et E concernees | |-simplifier ou completer les processus pour augmenter leur efficacite | | | Determiner les parametres de maitrise des processus (procedures organisationnelles et techniques necessaire a la maitrise…) | |Formalisation | | | |Formalisation du systeme documentaire et redaction ou refonte d’un manuel de management | -Construire la charpente documentaire et les elements constitutifs | |-Reflechir sur le contenu du Manuel de Management Integre | |-Rediger, valider et diffuser | |Instaurer une dynamique d’amelioration continue | | |-Organisation des audits internes | |-Organisation des revues de Direction | |-Traitement des dysfonctionnements | |-Mise en place des actions correctives et preventives | -Elaboration des procedures d’alertes et situation d’urgence | |Evaluation | | | |Evaluation de l’efficacite du nouveau systeme (audits internes et externes, certification, etc. ) | Les acteurs

Pour reussir une demarche de management integre, il faut mobiliser les acteurs interesses de l’organisme, afin de batir le systeme de management et le faire fonctionner. La direction Le dirigeant s’engage a mettre en ? uvre une demarche en definissant une politique et en allouant des ressources humaines et materielles. C’est l’implication de la direction dans la boucle de progres des processus qui assure la reussite de la demarche. Les responsables qualite, environnement et securite Ils sont les garants de la mise en place du SMI. Le personnel

Le personnel de l’organisme est un acteur concourant a la reussite ou a l’echec de la demarche. Il a egalement ce role, mais il a egalement le role de partie interessee, comme le client en qualite, dont les exigences doivent etre prises en compte et satisfaire la demarche. Les clients Avec le developpement actuel des attentes de toutes personnes en matiere de securite et de protection de l’environnement, il convient d’identifier les exigences des clients non seulement pour la qualite, mais aussi pour la sante, la securite et l’environnement. Les actionnaires Les proprietaires ont une responsabilite dans le hoix des politiques de management mais ils ont egalement un pouvoir de decision concernant les investissements. Or, ceux-ci conditionnent les performances de l’entreprise en matiere de qualite, de securite et de respect de l’environnement. Les fournisseurs o Les fournisseurs de matieres premieres et composants o Les fournisseurs de machines, equipements, installations o Les organismes de certifications o Les assureurs La societe et ses interlocuteurs o Les associations o Les scientifiques o Les medias o Les elus locaux o Le Parlement et les autorites europeennes o Les pouvoirs publics Les agences et organismes publics La medecine du travail A travers ses visites d’aptitudes medicales et son tiers-temps consacre a la prevention en sante sur des lieux de travail, il est une partie interessee necessaire au bon fonctionnement d’un systeme de management en sante au travail, qui a des exigences et des satisfactions ou insatisfaction a exprimer dans ce domaine. L’inspection du travail Ses interventions sur sites et ses contacts avec les entreprises et organismes lui permettent egalement d’exprimer des exigences et insatisfactions dont le systeme de management doit tenir compte.

Les instances representatives du personnel (Comite d’Entreprise, CHSCT…) Le CHSCT doit etre consulte lors de la mise en place et au cours du fonctionnement du systeme de management de la sante et la securite au travail. La CRAM Les CRAM assurent un role de conseil qui s’exerce vis-a-vis de l’evaluation et du traitement du risque, etape essentielle du management de la sante et de la securite au travail. L’ARACT, l’ANACT Elles ont pour mission d’appuyer les entreprises et leurs partenaires dans leur demarche visant a promouvoir des actions en vue d’ameliorer les conditions de travail et la performance economique.

Un Comite de Pilotage devra etre cree compose du dirigeant de SIGMADEP, des responsables qualite, securite, environnement. Ce comite de pilotage participera a la definition des objectifs et du premier plan d’action. Il se reunira periodiquement pour suivre la mise en place du systeme. Des groupes de travail seront alors definis comme par exemple groupe d’etude SMI et procedures communes, groupe d’etude AMDEC, groupe d’etude impact et danger… Il convient que la direction au plus haut niveau assume les principales responsabilites de la demarche d’integration.

Les responsables qualite, environnement et securite sont toutefois les personnes competentes pour mener a bien le projet. C’est pourquoi toutes les personnes mentionnees se repartiront cette responsabilite qui sera donc collegiale. Retour d’experiences ayant genere des resultats positifs ADA : Acieres de l’Atlantique Creee fin 1995, la societe ADA Acierie de l’Atlantique est une entreprise de la metallurgie de 260 personnes, situee a Boucau sur les rives de l’Adour. Son activite est la fabrication et l’expedition d’acier sous forme de billettes a partir de ferrailles.

Quant a sa clientele, elle est majoritairement constituee du groupe en Espagne et des clients du marche espagnol et marocain. Elle appartient, depuis novembre 2001, au groupe ARCELOR. Historique de la demarche de management La moyenne d’age du personnel est de 30 ans environ, cadres et operateurs confondus. Rapidement, cette entreprise a ete fortement incitee a aller vers des demarches de management QSE. C’est d’abord le groupe UCIN qui lui a demande d’aller vers une certification ISO 9002 : 1994, qu’elle a obtenue en aout 1998.

Suite a de mauvaises performances en securite lors de son demarrage et des problemes delicats de voisinage, car en zone fortement touristique depourvue d’industrie lourde, l’entreprise s’est lancee rapidement dans des demarches de management de la sante et de la securite au travail et environnemental. Elle a obtenu la certification OHSAS 18001 : 1999 en mars 2001 et ISO 14001 : 1996 en juin 2001. Elle vise maintenant la certification ISO 9001 : 2000 pour juillet 2002. Elle reconnait que des elais aussi courts ont pu etre obtenus grace a l’adhesion et a la jeunesse du personnel, mais aussi grace a l’engagement fort de la direction. Compte tenu de l’ambition des objectifs qu’elle s’etait fixes et de son manque d’experience initial, l’entreprise a dans un premier temps traite de facon separee les trois domaines qualite, securite et environnement et les integre progressivement dans un management commun, sachant que chacun de ces domaines possede son propre animateur. L’etendue de l’integration QSE Certains domaines comme la formation sont totalement integres QSE.

Par contre, le systeme de management comprend trois politiques Q,S,E, trois manuels Q,S,E, des procedures Q,S,E, ou QSE et des instructions QSE. Une reflexion est engagee pour n’ecrire qu’une politique generale incluant l’engagement de la direction, les grandes lignes de l’amelioration continue et la prevention de tous les risques Q,S,E. Par contre, seraient annexes de facon individualisee les objectifs Q,S et E qui seraient harmonises. Les programmes Q,S,E separes aujourd’hui sont en cours d’integration dans un programme commun de management pour chaque departement, ce qui est juge necessaire par la direction et l’encadrement.

Un point juge interessant par l’entreprise est « la demie-heure securite » : reunion periodique, par petits groupes de quatre a six personnes, au poste de travail qui traite d’informations descendantes (bilan des performances en particulier), d’un sujet specifique, et de remontees d’informations. Ce systeme utilise pour S va etre etendu a QSE. Cette demie-heure glisse progressivement vers les chefs d’equipe qui se chargent de l’animer. Le systeme documentaire L’entreprise gere environ 30 procedures qualite, 10 procedures securite et 10 procedures environnement.

Le maitre mot est la simplicite, pour ne pas alourdir le systeme, pour le rendre flexible et durable, et la globalite, pour faciliter l’appropriation de chacun. Par exemple, le nombre d’indicateurs est volontairement limite : 3 en qualite et 1 en securite et 1 en environnement en moyenne. Les audits internes Six auditeurs internes sont QE (Qualite Environnement) et trois sont E (Environnement). Aujourd’hui il n’y a pas d’auditeur interne S, c’est pourquoi l’entreprise fait appel a des auditeurs externes. Pour l’avenir, l’entreprise forme des auditeurs QSE en essayant d’integrer tous les niveaux hierarchiques.

Pour l’avenir, l’entreprise forme des auditeurs QSE en essayant d’integrer tous les niveaux hierarchiques. Les revues de direction Actuellement, il y a trois revues de direction plus un bilan global avec tout l’encadrement. A l’avenir, il n’y aura qu’une seule revue de direction avec une partie commune et des specificites Q,S et E. La « labellisation » des entreprises exterieures La maitrise des entreprises exterieures intervenant sur le site s’avere devenir une imperatif du fait de la survenue des differents accidents industriels graves. Cette demarche permet en effet de renforcer la securite.

C’est pourquoi la societe SIGMADEP devra engager une demarche imposant a ses prestataires exterieurs une labellisation. Ce systeme pourra reposer sur deux referentiels au choix. Le document DT 78 de l’UIC (Union des Industries Chimiques) Issu de l’accord du 4 juillet 2002 entre l’UIC et les organisations de salaries, ce referentiel de management de la sante-securite au travail, compose de 113 questions dont une dizaine sont appelees « questions rouges », est d’application obligatoire pour les entreprises qui interviennent sur des installations classees Seveso – Seuil Haut.

Il prevoit une habilitation tierce partie (par un organisme reconnu par l’UIC) pour une duree de trois ans. Le MASE : Manuel d’Assurance Securite des Entreprises Le MASE est un systeme de management de la securite ayant pour principal objectif l’amelioration continue des performances Securite, Hygiene et Environnement des entreprises sous-traitantes et des donneurs d’ordres du secteur de la petrochimie et peu a peu a d’autres secteurs tel que la siderurgie ou le nucleaire. La certification a pour but de qualifier l’entreprise exterieure vis-a-vis de l’efficacite de son systeme de prevention des accidents.

Celle-ci doit elaborer un manuel de gestion appele PASE (Plan d’Assurance Securite Entreprise). C’est un manuel de gestion elabore par l’entreprise exterieure intervenant sur un site. Il contient la formalisation de la politique de l’entreprise et de sa mise en application dans les 5 axes du MASE, a savoir : 1. Engagement de la Direction 2. Competences et qualifications du personnel 3. Preparation et organisation du travail 4. Mesure des resultats, analyse des ecarts et actions correctives 5. Suivi et engagements permanents Ici, nous choisirons d’utiliser le MASE.

L’entreprise n’est, en effet, pas classee Seveso – Seuil haut, l’utilisation du document DT 78 n’est pas necessaire. La demarche se deroulera donc de la maniere suivante : – L’entreprise sous-traitante s’adressera a son administrateur MASE regional qui lui transmettra un questionnaire simplifie, un protocole de certification et le referentiel ; – Le retour du questionnaire officialisera le lancement du processus ; – L’entreprise sous-traitante elaborera son PASE, l’appliquera sur 9 mois au minimum et evaluera en interne ses engagements permanents, puis confirmera sa demande ; L’administrateur MASE sollicitera un ou des organismes certificateurs habilites ; – Le rapport d’audit sera ensuite examine par le comite de pilotage du MASE qui definira la suite a donner ; – Si le certificat est attribue, l’entreprise devra communiquer trimestriellement a l’administrateur MASE les indicateurs securite et la synthese attestant du suivi d’amelioration de la demarche d’entreprise ; – La certification sera attribuee sous suivi et controle pour une duree de 1 a 3 ans. Developpement durable

Le management integre est un des enjeux du developpement durable et constitue un excellent tremplin pour la prise en compte des principes lies. Le developpement durable est un concept qui vise a « repondre aux besoins des generations actuelles, sans compromettre ceux des generations futures ». Ce principe sous-entend qu’une entreprise ne peut etre reellement evaluee qu’au travers sa triple performance : economique, sociale et environnementale. Les objectifs du developpement durable ne sont pas fondamentalement differents de ceux des normes ISO qui traitent des systemes de management.

Il s’agit, en effet, de faciliter la mise en ? uvre d’un systeme de management qui renforce la perennite et la competitivite de l’entreprise, la maitrise des risques globaux notamment environnementaux et la satisfaction parties interessees. Il permet aussi d’atteindre, pour le produit ou le service, la qualite requise d’une maniere economiquement efficace. Le developpement durable adopte toutefois une ponderation differente vis-a-vis des criteres d’appreciation et accorde une importance particuliere a la communication externe, a l’ethique et au partenariat avec les organismes externes.

Un systeme de management integrer qualite-securite-environnement et, de surcroit certifie par un organisme independant, constitue assurement la partie preponderante de la reponse des entreprises au concept du developpement durable. Cela est certes insuffisant, mais l’entreprise qui obtient cette triple reconnaissance est certainement sur la bonne voie pour renforcer la confiance de parties prenantes, qui acceptent de moins en moins une gestion sequentielle des risques QSE, mais plutot une approche systemique des enjeux.

Cependant, une autre notion est a prendre en compte tel que le volet social et ethique du Developpement Durable. A ce titre, pour repondre a ce critere il faudrait etre en conformite avec les exigences du referentiel SA 8000. Le management integre qualite-securite-environnement se revele etre aujourd’hui le meilleur systeme de management applicable dans le cadre d’une politique qui devra de plus en plus s’inspirer des fondements du developpement durable. ———————– Qualite, Environnement et Securite