Synthese Toussaint

Synthese Toussaint

En voyant tout ce qui existe, l’homme s’etonne, c’est ainsi qu’est né la Philosophie qui a pour objectif d’aller à la recherche de toutes choses, de leurs compréhensions afin de trouver la vérité. C’est une discipline qui veut expliquer la totalité des choses, c’est- à-dire toute la réalité et non une partie, mais une explication purement rationnelle selon l’argument de la raison. Comme dit Aristote, son origine se trouve dans l’étonnement face à ce qu’on ne connait pas et elle est reffort pour se libérer de l’ignorance.

Il y a aussi la théologie, une science qui étudie Dieu, elle est né de ‘étonnement du croyant en constatant d’être capable de croire dans la révélation de Dieu, elle est l’initiative de la foi qui se met à la recherche de la raison. Elle est aussi un effort rationnel de Swipe Lo nexL page l’homme qui nait de Il est extrêmement i o or26 de la raison dans la T • la révélation de Dieu aussi nécessaire d’uti pensée de l’homme. ‘utiliser les yeux jeux comprendre De même, il est ns la philosophie pour que nos raisonnements soient bien fondés.

En nous appuyant sur ces approches, comment pouvons-nous analyser et commenter cette affirmation ci-dessous entre

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
la réciprocité ou ‘interdépendance de la Philosophie et de la Théologie? « La Philosophie doit rendre un peu de raison à la Théologie et la Théologie doit rendre un peu de foi ? à la Philosophie Une telle analyse en profondeur de ces deux termes (philosophiques et théologiques) nous permettra d’exposer notre approbation sur la question posée. A. Définition et objet de la philosophie. A. 1. – Sa naissance avec les pionniers comme Thales, Anaximandre, Anaximène et Socrate.

La Philosophie comme étant la mère de toutes les sciences, vient de deux mots grecs : philos qui signifie ami ou amour et logos qu signifie étude, discours. Elle se définit comme l’ami ou l’amour de la sagesse. Cette définition n’est pas toujours valable pour beaucoup de philosophes, tout dépend de leurs conceptions, de leurs appartenances et de leurs expériences vis-à-vis de la réalité. C’est dans ce sens que chaque philosophe tente de donner sa propre définition à la Philosophie. pour plus d’un, la Philosophie commence en Ionie, avec Thalès de Millet, Anaximandre, Anaximène… onnus sous le nom des philosophes naturalistes parce qu’ils utilisèrent les éléments de la nature pour faire véhiculer leurs pensées, on les appelle aussi des hilosophes présocratiques par ce qu’ils existent avant Socrate, celui avec qui, la Philosophie a atteint une certaine apogée, une certaine maturité et une certaine extension. Il est l’un des flgures de la philosophie de tous les temps. pour lui, la recherche Philosophique doit-être un état de vie, une pratique de vie et la vérité ne doit pas être bafoué.

Platon le considère comme une sagesse énorme, il lui campe comme le plus sage des hommes. Aristippe de la Grèce voit en lui un vrai humaniste. Il PAGF OF lui campe comme le plus sage des hommes. Aristippe de la Grèce voit en lui un vrai humaniste. Il est quelqu’un qui a su imprimer la philosophie athénienne à une nouvelle direction, il se différencie de ses prédécesseurs, parce qu’il n’enseigne pas la Philosophie de manière dogmatique et il place l’homme au centre de la réflexion philosophique. our lui l’homme ne peut pas mener une vie juste et heureuse s’il ne se connait pas. Et par opposition aux sophistes qui se targuaient de tout savoir, il affiche son ignorance pour que tous les sophistes et leurs partisans ne se vantent plus. En se basant sur sa conception, nous pouvons dire que tout homme est ignorant, seul lui possède la sagesse (connaissance) arce qu’il est conscient de sa propre ignorance, c’est en ce sens qu’il dit : connais-toi toi-même s.

La Philosophie c’est un savoir qui se différencie des autres, elle est un savoir qui ouvre une certaine manière d’aimer le savoir (connaissance) en tant que tel et de le vivre. Donc, dit « je sais » est un acte de prétention qui bloque le progrès du savoir. Pour Socrate, un sage est celui qui vit en pensant qu’il a tout pour apprendre : « la seule chose que je sache, ce que je sais rien »1 . A. 2. – Platon et sa conception Philosophique. our Platon le phllosophe doit être un éclalreur qui amène ? omprendre les causes du désordre social, sa philosophie est identifiée à la dialectique comprise comme « fart de raisonner permettant de s’élever des connaissances et des réalités sensibles jusqu’aux idées ou de progresser depuis les p s’élever des connaissances et des réalités sensibles jusqu’aux idées ou de progresser depuis les principes jusqu’aux réalités concrètes »2. pour lui, comme Socrate, l’opinion est vide de sens, elle ne traduit que l’intérêt, le désir, le caprice.

Sa pensée ou sa parole est l’outil de justesse dont on mesure en faisant l’outil de l’opinion. En fait, l fait de sa parole, le seul usage qui soit conformé, ordonné et harmonisé les rapports entre les hommes tout en la rendant intelligibles puisé dans le sensible. A. 3. – Aristote et sa métaphysique. Il est un disciple de Platon, il fit siennes de nombreuses idées de son maitre. Il enseigne que la science ne peut étudier que les réalités stables, que les réalités changeantes et corruptibles constituent seulement des objets d’opinion.

Pourtant, dans sa métaphysique, il a pris ses distances par rapport aux thèses platoniciennes : « Rien n’est plus absurde que de prétendre qu’il xiste des réalités déterminés en dehors de celles que nous voyons dans l’univers sensibles »3. En constatant la façon d’être la production des êtres, il distingue quatre causes : la cause matérielle c’est-à-dire la matière dont la chose est faite, la cause formelle ou encore la forme qui représente l’idéal, la cause finale qui est la statue d’elle-même placée à tel endroit, assumant aussi sa fonction et la cause motrice ou efficiente qui est la cause même de ce qui est fait. our Aristote, le monde est composé de substance, tout est substance et la substance possède en elle- même sa raison d’être. Est substance soit out est substance et la substance possède en elle-même sa raison d’être. Est substance soit la matière soit la forme, soit un composé des deux. La forme est présentée par lui comme l’essence de la matière. Ce qui détermine son être. Toute la réalité pour lui vise la réalisation du souverain bien pour faciliter le bonheur de l’homme, parce que son but c’est de bien vivre. A. 4. l’importance de la Philosophie avec Descartes Descartes lui-même de son côté fait penser à Nicolas de Cues, un penseur de la renaissance qui est l’un des défenseurs d’un docte ignorance, par ce que ‘homme par Flgnorance savante, un des ?uvres de Nicolas de Cues, prend conscience de son incapacité d’atteindre l’infini, découvre les falblesses de son savoir et cherche à en tirer des conséquences, puisque le savoir est limité par rapport à la réalité divine « le Maximin absolument infini est négativement infini Par ailleurs, la philosophie est un apprentissage, bien qu’insuffisant en soi-même, elle est indispensable à la connaissance de tout, cela n’est pas seulement valable pour la philosophie, mais aussi pour toutes les sciences et pour toutes les activités de l’homme. Le mot philosophie signifie de même echerche la culture, étude profonde. Non seulement, elle concerne la connaissance, mais d’abord une activité intellectuelle, c’est-à-dire une activité de l’esprit et non une réception passive d’un savoir déjà constitué.

Cependant, celui qui dit qu’il est philosophe, il n’accepterait pas d’interroger tous les dogmes et tous les préjugés n’est sans dou PAGF s OF est philosophe, il n’accepterait pas d’interroger tous les dogmes et tous les préjugés n’est sans doute pas digne de ce nom. Puisque la Philosophie possède aussi une finalité morale et pratique, elle est un art de vivre, et le philosophe qui vit selon a raison s’efforce de vivre en sage et de le suivre bien pour atteindre le bonheur. La Philosophie consiste à cultiver nos facultés morales et spirituelles, elle est aussi une attitude intellectuelle, par ce qu’elle s’efforce de comprendre le monde où nous vivons et de s’interroger sur la destinée humaine.

Pour cela, il faut qu’an ait l’esprit critique des opinions et des croyances, la Philosophie construit une vision rationnelle de l’action humaine et de la connaissance de la nature. D’où viennent les questions qui résument l’ensemble de la philosophie • Que dois-je faire ? Que puis-je savoir? Que puis-je espérer? Qu’est ce que l’homme? L’ultime but de la Philosophie c’est d’apprendre à penser, par ce qu’on ne peut pas ne pas penser et l’acte de penser c’est philosopher, c’est en sens que je tiens à dire que vivre sans philosopher c’est vivre sans réflexion sur nos actes et sur nos valeurs, et ainsi ce n’est pas vivre réellement. Pour Descartes, c’est proprement avoir les yeux fermés sans tacher jamais de les ouvrir que de vivre sans Philosopher.

Donc, Le refus où l’essence de la Philosophie entraine une vie d’ignorance, c’est-à-dire une vie que l’on passe sans en prendre conscience. En cette même lancée, vivre sans penser pour le hilosophe, ce n’est pas vivre. A. 5. – L’indi OF A. 5. – L’indispensabilité de la Philosophie avec Epicure. L’Epicure nous relate l’importance de la philosophie tout en nous disant : « Quand on est jeune, il ne faut pas hésiter de Philosopher. Il n’est jamais ni trop tôt ni trop tard pour prendre soin de son âme. Celui qui dit qu’il n’a pas le temps de philosopher, ressemble à celui qui dit qu’il n’est pas encore ou qu’il n’est plus le temps d’atteindre le bonheur ».

Juger que la vie vaut ou ne vaut pas la peine d’être vécue c’est répondre à la question fondamentale de la Philosophie4. A. 6. Karl Marx et sa vision Philosophique. Avec Karl Marx, la philosophie est considérée comme transformation de la société, la lutte politique occupe une grande part de son temps et de son énergie. Il est entièrement dévoué à la cause des travailleurs, il œuvre à la fondation des travailleurs internationales et il écrit près de cinq cent articles pour le New York Daily tribune et le Peoples pater. II prépare aussi de nombreux travaux sérieux en histoire et en économie (Capital, tome 1, Publié en 1867).

II est l’un des philosophes qui laisse à l’humanité une œuvre capitale dont la pensée et l’action ont arqué d’une manière décisive la fin du XIXe slècle et la majeure partie du XXe siècle. Mais, il ne faut pas oublier que presque toute la moitié de rhumanité a vécu au XXe Siècle sous l’hégémonie du régime politique qui se réclamaient (souvent injustement) de la Philosophie. Marx transpose la Phi 7 OF se réclamaient (souvent injustement) de la Philosophie. Marx transpose la Philosophie de l’histoire de Hegel en proposant une lecture de la marche de l’histoire de l’humanité fondée sur les rapports sociaux concrets qui découlent du développement des deux classes antagonistes mise en présence à une époque donnée.

Sa conception de l’être humain se fonde sur la croyance implicite en la bonté naturelle de l’homme. La Philosophie marxienne propose des solutions où il accorde à la classe prolétarienne un rôle messianique, avec lui, le collectif l’emporte sur Pindividuel. Sa Philosophie accorde une importance cap tale au travail, qui devient en quelque sorte l’essence de l’être humain. Le point de vue général de l’histoire de la Philosophie n’est pas abstraitement général, mais concrètement et éminemment actuel par ce qu’il est l’esprit qui demeure éternellement au près de lui-même, on ignore le passé… L’idée est en vérité ce qui mène es peuples et Le monde.

Pourtant, pour Vladimir la Philosophie vient toujours trop tard, en tant que pensée du monde, elle apparait seulement lorsque la réalité a accomplie et terminé son processus de formation5. A. 7. – Brève Idée philossophique avec Emile Chrétien. Pour Emile Chrétien, la philosophie est un discours rationnel et critique, portant principalement sur les problèmes humains fondamentaux, sur la société, sur le savoir, cela afin de mieux orienté l’action individuelle et collective6_ A. 8. – La foi et la raison chez Saint Thomas. Saint Thomas d’Aquin est considéré comme le grand maitre à pen 8 OF t la raison chez Saint Thomas. Saint Thomas d’Aquin est considéré comme le grand maitre ? penser de la philosophie scolastique caractérisée par l’union étroite de la philosophie et de la Théologie.

D’une manière particulière, il a subi l’influence d’Aristote dont la pensée a dominé le moyen-âge. Il a tenté de concilier la foi et la raison, d’adopter l’aristotélisme à la doctrine chrétienne. « La vérité étant une, la raison ne peut contredire la foi, et même la foi sert de la raison en lui montrant les buts vers lesquels elle doit tendre. Mais la raison doit développer son contenu en toute liberté et selon la rigueur e ses exigences propres 7». Avec Saint Thomas, il n’y a pas de séparation entre foi et raison, la foi doit toujours en quête de l’intelligence, il comprend Dieu comme cause de tout ce qui existe, il le présente comme le « Disein c’est-à-dire l’acte d’exister (être là). our lui, il est possible d’établir l’existence de Dieu à partir de ce que nous percevons, en remontant la série de causes de toute la réalité jusqu’à la première cause qui est Dieu. Dans l’ensemble, la Philosophie se définit comme une appréciation par la pensée, sa particularité est de chercher ? expliquer le monde par la médiation de la pensée de l’homme out en portant des jugements et en faisant des nobles raisonnements vis-à-vis de la réalité. Elle n’est pas une touche ? tout, mais on peut philosopher sur tout et elle est en quête d’un savoir, mais un savoir être pour le savoir. B. Les différentes fonctions de la raison. B. l . -La raison rend pos PAGF q OF un savoir être pour le savoir. B. 1 . -La raison rend possible le dialogue logique entre les humains.

En effet, la raison permet d’organiser le discours selon des lois logiques universelles, c’est-à-dire accessible à tous. Elle habilite l’être humain à dépasser le cadre de son expérience subjective our communiquer avec ses semblables sur la base des règles communes qui permettent de prouver, de démontrer ou de justifier et, éventuellement de convaincre. On peut appeler fonction ce rôle de la raison. B. 2. – La raison permet de connaitre le monde. La raison organise dans un ensemble cohérent des analyses, des observations et des données accessibles à l’appréciation ou à la vérification. Elle produit des explications des phénomènes naturels qui sont objectives et valables pour tous.

Elle rend aussi possible l’élaboration d’un savoir universel sur le monde qui nous entoure. C’est la fonction cognitive de la raison. B. 3. -La raison permet de juger en vue de l’action. Elle habilite à distinguer le bon et le mauvais dans l’ordre pratique. Elle juge ce qui peut être fait et ce qui peut l’être, elle justifie les lois dans l’ordre de l’action. Elle s’agit de la fonction pratique de la raison. L’être humain est donc doué d’une faculté, la raison qui lui permet de dialoguer, de connaitre, de juger et de choisi . Elle comporte aussi la possibilité d’erreur, parce que dans l’ordre de la connaissance l’être humain peut confondre le vrai et le faux dans l’ordre pratique, il peut confondre aussi I