Source et limites de la croissance eco

Source et limites de la croissance eco

Sources & limites de la croissance ? co. Ptd les 30glorieuses la France & L’Europe ont connu une croissance ? co exceptionnelle, depuis les phases de forte croissance ont ? t? plus limit?. Sans croissance le dvlp est impossible, on ne peut pas am? liorer les conditions de vie de la pop. Il faut dc s’interroger sur? les sources de la crois, d’en cprdr le m? canisme notament le r? le jou? par la pt? du T et le r? le de l’Etat qui par ces act? favorise les innovations, & aussi le r? le jou? par l’environnemt sociaux, culturel. Cpt la crois ce n’est pas une fin en soit, sa mesure est difficile et ces effets sur l’environnemt peuvent ? ourd pr le dvlp futur des pays. I. Les facteurs de la croissance. Sources de la croissance? : La main d’? uvre? : La qualification & la qt? qu’on mesure par l’offre de travail. Format? du capital? : L’invts. La technologie? : Innovations. Les ressources naturelles? : Les mati? res premi? res. L’? ducation, la discipline ou encore la motivat? favorise la croissance de la P?. L’? ducation permet d’? lever le niveau de qualificat?. On a dc une main

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
d’? uvre plus efficace, plus productives, plus apte a int? grer les innovat? technologique. La discipline permet d’accroitre la pt? et la qualit? es produits, un rythme ? lever de p? , peu de produit d’effectues. La motivation d? termine l’efficacit?. A. Le r? le primordial de la pt?. La pt?? : Rapport entre la P? et la qt? de travail n? cessaire pr l’obtenir. Celle-ci mesure l’efficacit? de la P? , + la pt? augmentera plus la P? sera efficace. Une augmentat? de la pt? se traduit par une augmentat? du niveau de vie. 1. Capital physique et capital humain. Deux fact de p?? : Capital – Travail Capital humain? : ensemble des capacit? s intellectuelles et professionnelle d’un ind qui lui assure des revenus mon? taire futur. Forme ses salari? aujourd’hui pr augmenter son capital plus tard. Capital technique (r? le sur le niveau de pt? du travail. )? : ensemble des biens mat? riels (machines) ou immat? riels (logiciel), permettant de cr? er de nvx biens. L’utilisation de machine permet de produire plus rapidement. L’invt permet? : D’augmenter sa capacit? de P?. Moderniser son mat? riel de P? (p? a moindre cout). Remplacement des machines obsol? te. 2. La pt? globale des facteurs. (Mesure le PT). PT? : processus cumulatif qui est engendr? par les recherches (invt, format? ) qui permet de nelle d? couverte, qui elles m? me augmentent le PT.

Une fois que l’ont a prit en compte la contribut? qualitative et quantitative du fact de T, il reste une grde partit de la croissance qui demeure inexpliqu? qu’on attribut au PT. P? intensive? : R? sulte de gain de pt?. On produit plus en utilisant la qt? de facteur de p? (impacte n? gatif sur l’emploi). P? extensive? : L’augmentat? de la p? r? sulte de l’augmentat? des facteurs de p? (+ de travailleur, + de machines). B. L’origine des gains de pt?. 1. Le r? le de l’accumulat? du capital & des progr? s organisations. Les gains de pt? proviennent de l’accroissement du capital disponible par travailleur.

Les progr? s en mati? re d’organisation du T st ? l’ origine des gains de pt?. Les etps modifient les moyens les + efficaces ? produire. Il y a eu d’abord la division du T puis la mise en place du travail a la chaine. 2. Le PT. Toute fois quand on augmente le capital par t? te, certes la p? augmente mais pas de fa? on proportionnelle. L’augmentat? du capital permet d’accroitre la pt? du T. Le rendemt d’? chelle peut ? constant (lorsqu’il faut produire deux fois + & dc utiliser deux fois + de fact de p? ), croissante et d? croissante (lorsque la p? augmente plus vite que l’augmentat? des fact de p? . Il y a dc un rattrapage des pays en dvlt vis-? -vis des pays dvlp?. Les pays en dvlpt en r? alisant des invt peuvent augmenter le capital par t? te et conna? tre une croissance ? co forte. Le PT permet de rendre les rendements croissant. La ? augmente ds une proportion plus grde. Le PT permet la diffusion des gains de pt? ds l’eco tte enti? re. Origine a la pt? du travail? : l’accroissement. Organisation du T. Le PT. II. Un environnemt social et politique favorable ? la croissance. A. Le r? le de l’Etat. 1. Les th? ories de la croissance endog? ne. Ces th? ories r? habilitent le r? e de l’Etat pr impulser la crois ? co. Endog? ne? : ph? nom? ne exog? ne -; ext? rieur au syst? me. Augmentat? de l’? ducation? : augmentat? MO mieux qualifi? , efficacit?? ; technologie. Formation de chercheurs a l’origine de technologie, innovat?. Consommateur mieux form? , qui vt acheter et utiliser les nelles technologies. 1. Le poids de l’Etat ds le financemt de la R&D. L’Etat apport ? galement sa contribut? a l’effort de recherche & dvlp? : Recherche fondamentale? : Augmentat? des savoirs th? orique, des connaissances. Elle est incertaine et la rentabilit? est lointaine. Les r? ultats se diffuse ds la pop, dc les etp n’ont pas de raison de financer. Recherche appliqu? e? : invent? , applicat? des d? couvertes scientifiques, l’ind va permettre de trouver de nvx proc? d?. Elle d? bouche sur l’exploitat? ?co d’invent? pr que l’exploitat? soit rentable il faut qu’elle soit prot? g? pdt un certain tps, droit de propri? t? intellectuel? -> brevet qui garantit un monopole. B. L’importance de l’environnement socioculturel. 1. L’importance des fact historique en France. Facteurs? : Mise en place d’un appareil administratif rigoureux. L’Etat a cr? e peu a peu le cadre n? essaire au dvlp et a l’expansion du capitaliste. La volont? de construire un Etat nation, li? l’Etat a la dimension culturelle. Les ind on le sentiment d’appartenance a une sct? , ce qui entraine la solidarit? entre eux. 2. Le protestantisme et l’esprit du capitalisme. La culture, le syst? me de valeur ds une sct? peut avoir une influence sur la crois et le dvlp. Ds certain pays, le systeme de valeur p-e un frein a la croissance. Max weber, va montrer que le protestantisme (mvt religieux apparut sous l’influence de Lutter) peut expliquer une partie du capitalisme (repose sur la pr? destination).

Il va montrer que le capitalisme d? signe le sort de chacun qui est cell?. Les ind recherchent la r? ussite & la richesse et ? cela s’ajoute le renoncement au plaisir. Cette conception am? ne les ind ? peu consommer a bcp ? pargn? , ce qui permet le financement des invts et dc d’accumuler du capital. III. Les limites de la croissance. A. Les csq environnementales de la croissance. L’effet de serre? : ph? nom? ne naturel indispensable pr assurer la vie sur terre. C’est la combinaison de 3gazs? (Vapeur d eaux, ozone, dioxyde de Carbonne) qui pi? ge ds l’atmosph? re une partie du rayonnemt du soleil, qui permet de r? hauffer l’atmosph? re. L’industrialisation est responsable du rechauffement plan? taire car il y a un relachemt excessif de Carbonne. Csq du r? chauffement plan? taire? : fonte des glaciers? : Mont? e des eaux. D? sertification, multiplication des temp? tes. L’aire ambien? : maladie. Solutions? : R? duire l’? mission de gaz a effet de serre (protocole de Kyoto). Innovation ds de l’? nergie renouvelable, propre. Augmentat? de la pt? ?nerg? tique, produire + av un Baril de p? trole. Int? grer les pays du sud. Probl? me? : Cout financier, technologie plus difficile pr les pays qui se dvlp.

Arriver a un accord entre les pays. In? galit? entre les pays. La croissance peut repr? senter une menace pr la biodiversit? , la disparation de certain espace ainsi que les r? serves de p? ches. Cela contribue ? modifier la fa? on de vivre d’un grd nbr d’ind. Il y a un ? cart de + en + grd entre la progression de l’offre et celle de la demande, ce qui entraine des tensions sur les prix cas la hausse du prix du baril de p? trole. L’effet positif c’est que le prix du p? trole conduit ? modifier les comportements des ind. La crois poss? de de nbrx pb concernant l’environnement, le rechauffemt climatiq, augmentat? es d? chets? La crois permet ? la fois de produire plus et de mieux satisfaire les besoins et aussi elle rejet? plus et donc cr?? e de la pollution. B. La longue marche vers le dvlp durable En 1787, le dvlp durable apparut. Dvlp durable? : dvlp qui permet la satisfact? des besoins pr? sent sans compromettre la capacit? des g? n? rations futures ? satisfaire les leurs. Deux aspect ds cette notion? : Sociale -> prd en compte la lutte contre les in? galit? s. Environnemental -> qui s’inscrit ds le respect de l’environnemt. Ce concept met en ?vidence les limites d’un certain mode de dvlp qui d? rade imm? diatement le patrimoine naturel de l’humanit?. 1. La d? croissance est-elle une solution?? La loi d’entropie? : extraire les mati? res premi? re, les transformer en produit fini et les acheminer au pr? s des acheteurs cela n? cessite de l’? nergie qui va se disperser et de ce faite n’est plus r? cup? rable. La multiplicat? des p? va acc? l? rer la loi d’entropie. Les hommes vivent au dessus de leur moyen et compromette la capacit? future. La croissance tr? s productivisme va entrainer une d? gradation sociale, environnementale. La d? croissance (reduct? de la consomat? des mati? es non renouvelable) sera une solut?. Or les csq sont tr? s lourde pr les pays du nord, renoncer a de nbr bien & service que l’on consomme depuis de nbr ann? es. Pr les pays du sud, renoncer a un mode de dvpt qu’ils essayent d’atteindre depuis des ann? es. Th? orie pas r? alisable car coute tp ch? re et accentuerai les in? galit? s entre les pays, pourrait mettre en p? ril la d? mocratie. 2. Les enjeux du dvlp durable. Obstacles ? la mise en place de mesure de l’environnement? : Politiq? : manq des organisations internationale. Economiq? : les etps ont pas int? r? t ? adopter des modes de p? ropre car elles sont plus couteuse, ca l’handicapera, en supposant qu’elles soient efficace, elles profiteront au autre pays -> baisse de leurs comp? titivit?. Social? : pop retissant a l’adopt? de certaine mesure (recyclage, ? nergie, consomat? d’eau ? ) Il est urgent de prendre des mesures mais la prise de d? cision est tr? s difficile. Le dvlp et le PT, offrent des moyens pr pr? serv? l’environnemt. Les pays les plus dvlp? st a m? me de preserver l’environnemt. Pr preserver l’environnemt il ne suffit pas de renoncer a la croissance mais mettre en place des mesures technologique propre ou de r? lementer. Le protocole de Kyoto? : sign? en 97. Les pays qui l’ont sign? (la plupart des pays industrialis? sauf les EU) s’engagent ? r? duire leur ? mission de gaz a effet de serre. Il y a 3 m? canismes pr? vus? : Mise en place de march? des droits a polluer? : vise ? internaliser des effets externes. Ceux qui polluent bcp payent et ceux qui polluent peu gagne de l’argent. L’id? e c’est que chaq pays fixe un plafond max d’? mission. Chaq acteur ? co peut utiliser l’int? gralit? de ce quota ou en vendre une partie ou si il ne suffit pas en acheter d’autre? : march? de permis n? gociable.

Mise en ? uvre conjointe qui permet de r? aliser des invt entre pays en dvlp et peu dvlp?. Cette mesure vise ? insister les pays dvlp? ? r? aliser des invt direct ? tranger ds pays en dvlp. Cela va leur rapport des cr? dits d’? mission de pollut?. Le m? canisme de dvlp propre en ce qui concerne les pays en dvlpt pr favoriser la mise en place de techniques de p? propre. La limite de ce protocole c’est la non signature des EU. Le dvlpt de ts est il envisageable?? La triade pays les + riches, + dvlp?. C’est les 20% les plus riches qui consomment 80% des ressources de la plan? te. Les + dvlp? tilise la plus grde partie des ressource pr produire. Si les 80% des pays atteignent le m? me dvlpt les ressources seraient insuffisantes. Limite ? cologiste. Socialement & ? co on ne peut pas bloquer le dvlpt des sud. L’intensit? de la p? diminue av le dvlpt. Plus un pays est dvlp? moins il consomme d’? nergie car la part de service augment? est celle des produit manufactur?. De plus la p? sera moin polluante. La crois conna? t des limites environnementale? : car si les pays ? mergeant puis en dvlpt s’industrialisent av le m? me rythme et sur le m? me mode de crois que les pays dvlp? , la catastrophe ? ologique est in? luctable, & scle? : car la crois n’a pas permis de baisser significativemt les in? galit? s entre pays riche et pays pauvre, ni m? me a l’int? rieur des pays. Faut-il des lors remettre en cause le principe m? me de la crois et songer a la d? croissance?? cette alternative ne semble pas permettre le progr? s de l’humanit?. La r? flexion s’oriente d’avantage vers la mise en place d’un dvlpt durable cad qui respect l’environnemt et am? liore le bien-? des pop. Cela suppose la mise en place de solution parfois difficile ? prdr, mais n? cessaire de la part des diff? rents gvt.