Sociologie de l’ecole

Sociologie de l’ecole

? PLAN : I – Reperes historiques II – Sociologie des inegalites d’education 1) L’enquete INED (Institut National d’Etudes Demographiques) 2) Reproduction socioculturelle – P. Bourdieu – J. C. Passeron 3) L’ecole capitaliste – Baudelot – Establet 4) Ecole et strategie individuelle – R. Bourdon (III – Actualites) Bibliographie (a voir sur le cours) Introduction : La sociologie de l’education est une branche majeure de la sociologie francaise mais s’est fortement developpee dans la seconde moitie di XXeme siecle.

On parle veritablement d‘« ecole » a partir des annees 1960. E. Durkheim (1887-1917) est au c? ur des preoccupations de l’ecole. Cette grande interruption est due : – successeurs de Durkheim qui avaient d‘autres domaines d‘investigation (Mauss et Halbwachs) – guerres => Trou demographique Emile Durkheim (1887-1917) 1902 : Sorbonne – science de l’education La IIIeme Republique (1870-1940) met en place un enseignement centralise. Cohesion sociale et politique : projet republicain. L’education consiste en une socialisation methodique de la jeune generation.

L’education va au-dela de l’apprentissage des methodes => plus vers une socialisation (normes, valeurs, pratiques… transmises d’une generation a une autre) Le role de la sociologie pour Durkheim est de s‘interesser a l’education au sens large, plus l’education scolaire, fonction d’integration sociale devolue a

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
l’ecole. I – Reperes historiques Vision de continuite fausse. On ne parle pas de la meme chose qu’au Moyen Age malgre les transmissions des savoirs. (=> imperatifs de socialisation) Socialisation : Ensemble des moyens qu’une societe se donne pour fabriquer un individu qui soit capable de participer a une maniere d’etre ensembles.

Avant, il n’y avait pas d’enseignement homogene et pas de lieux circonscrits d’enseignements (places…). Or la relation pedagogique est differente de la relation apprenti/maitre => Une forme particuliere de transmission des savoirs. L’ecole a des origines urbaines car concentration des populations et classes bourgeoises. Pour former des citoyens « il faut donner a tous une necessite d’education » : projet republicain, coherence politique. Mise en place des institutions + Etat centralise. Etat, objectifs : Produire une cohesion sociale Controle social

Ex : Roms (l’integration des Roms doit se faire tout d’abord par l’obligation de scolarisation pour un socle commun) Il n’y a l’ecole qu’a partir du developpement de la notion d’ « enfance », categorie d’age specifique (=> idee recente) Avant, on considerait les enfants comme des adultes miniatures, sans besoins specifiques. Mais est apparue l’idee que l’enfance n’est pas a confondre avec une autre periode. XVIeme siecle : apparition de l’enfance dans les milieux urbains. Il a fallut II siecles pour repartir la notion d’enfance partout en France. (ere culturelle)

Emergences de caracteristiques contemporaines au tournant su XIXeme/XXeme siecle. Opposition prive/public Unification de l’enseignement primaire et secondaire Extension de la scolarite Opposition prive/public : XIXeme siecle : pas de secteurs publics d’education, strictement prive et confessionnel. Petit a petit un reseau d’education publique se met en place. 1833 : Loi Guizot Obligation aux communes de plus de 6000 habitants d’ouvrir une ecole primaire. 1850 : Loi Falloux Deux secteurs d’educations : prive/public. 1870-1940 : IIIeme Republique L’ecole s’ameliore. Lois Ferry 16 juin 1881 : gratuite absolue de l’enseignement dans les ecoles primaires. – 28 mars 1882 enseignement primaire obligatoire. – 30 octobre 1886 : Laicisation des contenus. – Formation d’un corps d’enseignants (hussard(e)s de la Republique). – Interdiction aux religieux d’enseigner dans l’ecole publique. – Batailles fortes entre secteurs prives et publiques. 1959 : Loi Debret L’etait, arbitre de la liberte d’expression, reconnait un role d’interet general pour les secteurs prives. Il accorde le financement d’enseignants en echange de contrat d’association (subsides emanent des pouvoirs publiques) = memes contenus.

Unification du primaire et du secondaire : Lors de la IIIeme Republique, l’enseignement primaire s’organise : programmes, diplome de fin d’etudes… Seuls les bourgeois integraient l’enseignement secondaire. Extension de la scolarite, unification. 1959 : Loi Berthoin Scolarite obligatoire jusqu’a 16 ans. 1975 : Reforme Habby College unique, meme contenu. Car avant suite au primaire on allait soit au College d’Enseignement General (CEG), soit au College d’Enseignement Superieur (CES). Effet de la connaissance scientifique sur le social. Extension de la scolarite :

Allongement temporel et augmentation du nombre de diplomes, allongement en amont et aval. On se voit donc d’introduire une socialisation a deux vitesses. La maternelle favorise la reussite au primaire. 80% d’une classe d’age qui atteint le niveau bac. =; Situation la plus courante. Tendance depuis le debut du XXeme : massification dans l’obtention du diplome. 1970 : 20% de bacheliers 1990 : 43% de bacheliers 1995 : 63 % de bacheliers IIIeme Republique : multiplication massive de creation d’ecoles + obligation =; niveau general qui augmente.

Efforts de la IIIeme Republique prolonges aujourd’hui, malgre les tendances politiques. Explosion scolaire dans la deuxieme partie du XXeme siecle. Socialistes, objectif : 80% de bacheliers. Il fallait donc ouvrir les bacs =; creation de bac pros. Mais egalement la volonte des familles et enseignants qui ont ? uvre dans l’enseignement. Democratisation de l’ecole oui mais en meme temps que se generalise l’ecole il y a une differenciation sociale a l’interieur du systeme scolaire. Elle se joue maintenant a l’entree des filieres.

On devrait parler de demographisation = extension quantitative. Les enfants des categories sociales superieures accedent plus facilement en haut. Etude menee dans les annees 1960 sur la question des inegalites scolaires. II – Sociologie des inegalites d’education Carrieres scolaires (trajectoires) differentes, liees a l’origine sociale. Mecanismes, interpretations differentes. 1960-1980 : theorie globale faite par les sociologues =; il y a des inegalites, tout le monde est d’accord mais des causes differentes pour chacun. Deux tendances : ) – Bourdieu/Passeron : L’ecole favorise la reproduction sociale (dissimule les inegalites, naturalise les differences sociales, faire comme si elles etaient naturelles. =; « Les doues et les pas doues » – Baudelot/Establet : L’ecole est concue pour les classes aisees. 2) Bourdon : Multitude de choix individuels =; inegalites dans la reussite. 1 – L’enquete INED (1972) Bastide et Girard, enquete sur les trajectoires scolaires (20000 eleves) Enquete longitudinale, sur plusieurs annees. Sur des eleves etant en CM2 en 1962, en les suivant jusqu’en 1972.

Quelles sont les variables les plus determinantes dans la vie des eleves ? Age Sexe Niveau des resultats en CM2 Appartenance sociale Residence familiale Avis des enseignants =; Le facteur le plus determinant est l’origine sociale puisque les enfants issus des categories sociales superieures sont ceux qui reussissent le mieux. Pour des eleves de meme age et de niveau identique au CM2 les inegalites de passage vont etres importantes. La probabilite est 2,5 fois superieure qu’ils accedent au secondaire et au-dela par rapport aux enfants d’ouvriers.

Le niveau secondaire Les inegalites se marquent au niveau du secondaire. Depuis 1985, la proportion des eleves qui realisent une scolarite complete a largement augmente. 1980 : 96% des enfants de cadres et d’enseignants etaient en 6eme contre seulement 58% des enfants d’ouvriers. Etudes superieures Acces inegal : les enfants de cadres et d’enseignants des representent 16% dans le premier cycle, 32% dans le second cycle et plus de 40% en prepa des grandes ecoles allant jusqu’a plus de 81% en polytechnique, ENA, HEC …

La demande de scolarisation n’est pas la meme suivant les milieux. (Les attentes des enseignants vis-a-vis de leurs enfants sont tres importantes) A l’interieur du systeme scolaire, les handicaps se cumulent et les reussites se dispersent. ??? Double processus selectif : Acces aux etudes reparti inegalement =; Aggravation de cette inegalite au fur et a mesure de la progression dans le cursus. =; Quels sont les facteurs qui permettent de comprendre la reussite du systeme scolaire ? La reussite scolaire depend moins du point de vue economique que culturel.

Ex : Les enfants d’enseignants ont largement l’avantage sur les enfant de patrons de l’industrie et du commerce a des ressources comparables, grace au facteur culturel. Enquetes capitales car on pensait qu’il y allait avoir une democratisation de l’enseignement suite a la massification de l’ecole. Ont mit en evidence le facteur culturel, choix d’orientation, importance sociale et la responsabilite des enseignants dans le role d’aiguillage des enfants. 2 – Reproduction socioculturelle Bourdieu et Passeron interrogent les fonctions sociales du systeme educatif sous l’angle culturel.

These : L’ecole contribue a etablir la domination d’une classe sociale sous le reste de la societe et participe a la reproduction de cette domination culturelle. Illusion indispensable d’une hierarchie sociale fondee sur des classes superieures. La selection sociale se fonde sur l’imposition d’un arbitraire culturel. L’ecole valorise un certain type de resonnement, valeurs, comportement, le savoir naturel au savoir concret. =; Constituent le modele de socialisation des categories superieures. La socialisation familiale les y prepare. L’ecole valorise le savoir faire et le savoir etre.

Ecole = produit de rapport de domination, elle perpetue la differenciation sociale. Interactions entre facteurs externes et internes donnent a chacun des chances inegales de reussites. Bourdieu : « L’ecole enregistre les differences et transforme les inegalites sociales en inegalites scolaires. » =; Donnent lieu a des inegalites sociales identiques. Culture scolaire neutre, alors que c’est un prealable a sa legitimite selon P. Bourdieu. Les dons ne sont pas naturels mais sociaux. « Il est doue » – Ideologie du don. Violence symbolique que l’ecole impose. Violence mise en ? uvre par l’autorite pedagogique.

C’est cet ensemble de ressources que Bourdieu et Passeron appellent le capital culturel. (mesure a l’aide des diplomes…) Capital culturel : Ensemble des connaissances relatives aux usages legitimes de la culture dominante. Apparait comme l’expression d’aptitudes strictement individuelles. Evalue les eleves selon les memes modalites de competences. 3 – L’ecole capitaliste Baudelot et Establet (sociologues marxistes) 1971 : L’ecole capitaliste en France These : L’ecole est un instrument de domination aux services de la bourgeoisie, ils reprennent le concept d’un sociologue marxiste : Althusser.

Il analysent l’ecole dans ses rapports de productions de mode capitaliste, disent que l’ecole est pensee pour assoir la domination de la bourgeoisie =; appareil ideologiste. Le capitalisme est caracterise par la preminance des grandes entreprises familiales ou adossees a l’Etat. Separation du traval manuel et intellectuel. =; Determine les finalites, les objectifs du systeme educatif. Ex : Deux reseaux distincts : Reseau secondaire superieur qui prepare au poste de conception. (Enfants de petite et moyenne bourgeoisie) Reseau primaire professionnel qui prepare aux emplois d’ouvriers et d’employes. Enfants des classes populaires) L’appareil scolaire remplit une production de la societe capitaliste et impose les conditions ideologiques de rapport de domination et une ideologie de la soumission pour les futurs proletaires. Le systeme educatif a ete modifie, report du tri au lycee. Critique generale de cette opinion : Si l’on dit que l’ecole n’est qu’un instrument des rapports sociaux existants, c’est dire que l’economie n’a aucune autorite par rapport a la politique et que les enseignants sont les complices objectifs de ces rapports de domination. – Ecole et strategie individuelle Raymond Bourdon critique les theses precedentes, il declare que cette sociologie fonde son resonnement sur des individus passifs. Explications de Boudon : La repartition inegale du niveau d’instruction resulte de l’agregation de conduites individuelles, et si on veut expliquer les faits sociaux il suffit de regarder les actions individuelles. Ensembles des choix individuels qui aboutissent a des inegalites dans la repartition du niveau d’instruction.

Raymond Boudon : Chef de file de l’individualisme methodologique. Rupture avec le fonctionnalisme. L’inegalite de reussite scolaire est moins l’expression d’une logique de fonctionnement educatif que le resultat des acteurs concernes, acteurs avec des conduites rationnelles (pesent le pour et le contre, elaborent des strategies…) Exemple des bouchons. A chaque carrefour l’eleve et sa famille vont choisir ce qui leur semble le plus interessant pour eux. Cout impose/gain espere.

Le modele economique nourrit la reflexion de Boudon Un individu d’un groupe social populaire va accorder une valeur plus faible a l’enseignement comme moyen de reussite et surestime les risques d’un investissent scolaire. Boudon se demarque de la theorie d’interpretation. Effet multiplicateur des choix successifs dans le parcours scolaire. Inegalites de parcours et de reussite crees par les choix individuels. =; Constat pessimiste sur l’egalisation des chances sociales qu‘on avait assignees a l’ecole.

Inegalites sociales de culture : Precoces Cumulatives =; A chaque carrefour les inegalites de reussite sont accentuees par les inegalites de demandes. Les inegalites sociales ne s’estompent pas mais se cumulent. Plus on s’eleve dans la scolarite, plus les inegalites de reussites vont s’effacer devant les inegalites d’orientation. L’anticipation des debouches recree constamment de la distinction. SOCIOLOGIE DE L’ECOLE Professions liberales, cadres superieurs, cadres Employes, artisans, commercants Agriculteurs, ouvriers