Sobibor, Jean Molla

Sobibor, Jean Molla

Emme éprouve une profonde admiration pour ses grands- parents ; ils sont, tous les trois, très proches. Un soir, ‘vipère nixe page ‘adolescente passe mammouths. Dans s mots étranges comme S « jacquet À partir d fille, d’autant plus qua ce sa grand-mère, va prononcer des parler d’un certain vont hanter la jeune ses questions. À la mort de sa grand-mère, Emme découvre dans les affaires de celle-ci le journal intime d’un certain jacquet desséchés. Cette découverte va chambouler la vie d’Emme.

Que va-t-elle apprendre en lisant ce journal ? Qui est ce swaps toi page ce jacquet desséchés ? Qu’est-ce que sobre ? Aura-t-elle enfin des réponses à ses questions ? J’ai vraiment beaucoup apprécié ce roman et en particuliers retrait aspects du livre m’ont « accrochée seule, la fin ma un peu désarçonnée. Le livre ma beaucoup plu car l’histoire est un récit de vie. En effet, Emme parle en « Je » et il est assez facile de se mettre dans la peau du personnage. On parvient à s’identifier à elle.

En effet, elle parle par exemple de son anormale avec tellement de détails que l’on imagine toute la souffrance qui est enfouie en elle. J’ai aussi

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
beaucoup aimé le livre parce qu’il y a deux narrateurs. La narratrice-héroïne, Emme, nous parle de son mal-être, de sa maladie, de ses secrets familiaux mais, à certains moments, Jean desséchés, sous forme de journal intime, raconte sa vie au camp de sobre. Le fait d’avoir deux narrateurs dynamise le livre et la façon dont nous allons le lire, d’autant plus que les récits se passent à deux époques différentes.

Cependant cela peut également porter à confusion parce que l’auteur ne suit pas totalement le schéma temporel. En effet, l’auteur commence le journal intime de jacquet desséchés au chapitre 3 puis l’interrompt et finit par remettre le même début de ce Journal quelques chapitres plus loin. Ces r 2 l’interrompt et finit par remettre le même début de ce journal laques chapitres plus loin. Ces rétrospectives ne facilitent pas toujours la compréhension de la chronologie et peuvent troubler le (jeune) lecteur.

Un des thèmes de sobre ma aussi vivement intéressée : ce livre aborde aussi certains aspects de la seconde guerre mondiale. C’est une chose très importante car cela nous permet de ne pas oublier le passé. Il évoque la vie après la guerre de ces nazis qui ont travaillé dans les camps de la mort. Ce sujet est rarement abordé dans un roman, c’est tailleurs ce qui rend ce livre différent des autres. Sa thèmes abordés dans ce livre sont difficiles à évoquer pour la jeunesse. Pourtant ils sont essentiels.

l’anormale, les camps de concentration et les secrets familiaux sont des sujets malaisés à aborder mais je trouve que l’auteur le fait avec beaucoup de justesse. Ce roman ma donc vraiment plu dans son ensemble, et par ses thèmes et par la façon dont Jean molle la écrit. Néanmoins, la fin de l’histoire est un peu brutal voire trop dramatique à mon goût, peut-être trop extrême ? L’auteur exclut toute possibilité d’en apprendre plus sur le repentir, le mensonge et le secret.