Sequence Socialisation Differenciee Selon Le Genre

Sequence Socialisation Differenciee Selon Le Genre

Rappel du Programme es processus de socialisation et la construction des identités sociales 1 . 1. Comment la socialisation de l’enfant s’effectue-t-elle ? Normes, valeurs, rôles, socialisation différentielle On étudiera les processus par lesquels l’enfant construit sa personnalité par l’intériorisation/incorporation de manières de penser et d’agir socialement situées. On s’interrogera sur les effets possiblement instances de socialisa n ( On mettra aussi en é ence socialisation en fonct insistant plus particul rôles associés au sexe. n des différentes , g pe des pairs, média). rocessus de t du genre, en tlon sociale des Il s’agit d’une séquence d’une durée de 1h30 qui permet de traiter la socialisation différentielle selon le genre. Objectifs : -être capable de définir les notions de rôle et socialisation différentielle -être capable d’illustrer les rôles féminins et masculins -être capable d’expliquer comment se construisent les rôles féminins et masculins/être capable d’expliquer les variations du processus de socialisation en fonction du genre problématique : Comment se construisent les rôles sociaux associés au sexe ?

Prérequis : socialisation, identité sociale, norme, valeur sensibilisation – (Doc 4 p 249 Belin) | 0) Quel constat ressort de ce dessin humoristique sur la perception qu’ont les hommes et les femmes de leurs corps

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
? Femmes : une image dévalorisée de leurs corps, au regard des normes esthétiques Hommes : vision idéalisée, plus de confiance en eux. 20) Citez des qualités qui sont souvent valorisées chez l’homme/ chez la femme ? Femmes : sensibilité, souci d’autrui,…

Hommes : ambition, esprit d’initiative, force physique,.. 30) Comment peut-on expliquer ces différences de qualité entre es hommes et les femmes ? Naturelles ? Biologiques ? Le résultat d’un processus de socialisation ? Indications pédagogiques : l’image est projetée et les élèves répondent aux questions sans travail préalable. Objectifs : il s’agit de faire émerger les représentations des élèves sur les rôles féminins et masculins.

Activité 2 : Rôles masculins et féminins, des données naturelles ? Objectifs : -amener les élèves à comprendre, à partir d’exemples divers, que les rôles masculins et féminins ne sont pas innés mais sont le fruit d’une construction propre à chaque société amener les élèves à définir la notion de rôle social à partir de leur compréhension des rôles masculins et féminins.

Chez les Arapesh, tout semble organisé dans la petite enfance pour faire en sorte que le futur Arapesh, homme ou femme, soit un être doux, sensible, sepu’iable. Alors que dans la tribu des Mundueomor, la cons vstème d’éducation point commun : ne faisant pas de distinction entre « psychologie féminine » et « psychologie masculine », elles n’en génèrent pas de personnalité spécifiquement masculine ou féminine.

Selon la onception ordinaire dans notre société, l’Arapesh, homme ou femme, nous semble doté d’une personnalité plutôt féminine et le ou la Mundugomor dune personnalité plutôt masculine, mais présenter ainsi les faits serait un contresens. A l’inverse, les Chambuli, le troisième groupe, pensent comme nous qu’hommes et femmes sont profondément différents dans leur psychologie.

Mais, contrairement à nous, ils sont persuadés que la femme est, par « nature entreprenante, dynamique, solidaire avec les membres de son sexe, extravertie ; et que l’homme est, en revanche, sensible, moins sûr de lui, rès soucieux de son apparence, facilement jaloux de ses semblables. Cest que, chez les Chambuli, ce sont les femmes qul détiennent le pouvoir économique et qui assurent l’essentiel de la subsistance du groupe, alors que les hommes se consacrent principalement à des activités cérémonielles et esthétiques, qui les mettent souvent en compétition les uns avec les autres.

Forte de ces analyses, Margaret Mead peut affirmer que « les traits de caractère que nous qualifions de masculins ou de féminins sont pour bon nombre d’entre eux, slnon en totalité, éterminés par le sexe d’une façon aussi superficielle que le sont les vêtements, les manières et la coiffure qu’une époque assigne à l’un oU Vautre sexe » [(1935) 1963, p. 252].

Denis Coche, La notion de culture dans les sciences sociales, Repères n0205, ca Découverte, 2004, p. 36-37 | 0) Complétez le tableau suivant : Mundugomor Non Rivalité, agressivité proches du rôle masculin dans nos sociétés Chambuli Oui Autonomie, dynamisme, esprit d’initiative, solidarité Sensibilité, manque de confiance, jaloux, soucieux de son apparence Le rôle féminin est proche du rôle masculin propre à nos sociétés et inversement. 0) Qu’est-ce qui justifie dans ce document que la personnalité individuelle ne s’explique pas par des caractéristiques biologiques ? La comparaison de situation où des personnalités différentes correspondent aux différents sexes. Selon les societés une même personnalité peut être associée ? des sexes différents. Ces différences ne sont donc pas naturelles. 30) Comment expliquer que les femmes et les hommes occidentaux paraissent si différents des femmes et des hommes Chambouli ?