Sentiment de l’absurdité ( A l’ouest rien de nouveau)

Sentiment de l’absurdité ( A l’ouest rien de nouveau)

version de journal da le 29 Janvier 1929, da à Berlin il a été publi environ un million et roman ta été publié Sentiment de l’absurdité ( A l’ouest rien de nouveau) Premium By riri777 1 ag, 2015 5 pages Introduction : Notre exposé porte sur le livre « A l’ouest rien de nouveau », écrit par de E. M Remarque . EM Remarque est connu dans la littérature principalement comme un romancier, il a aussi écrit de la poésie. Mais surtout dans sa prose il ya beaucoup des éléments lyrique, qui, dans ce roman sont étroitement liée à début de l’absurde. a next page Le roman «À IOuest rien de nouveau. été publié en 1928 en la mme io En un peu plus tard ropileen-Verlag» al pour l’année ivre a été vendu. Le raduit en 36 langues. L’un des principaux thèmes qui émergent dans les œuvres de Remarque, y compris dans ce roman est le thème dune génération perdue. Le terme «génération perdue» est attribué à l’écrivain américaine et théoricienne de la littérature Gertrude Stein. Après il a été mentionné par un autre représentant éminent de la «génération perdue» Ernest Hemingway dans « Paris est une fête. « La generation perdue »

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
est les jeunes soldats qui ont combattu ‘Ouest entre 1914 et 1918, indépendamment du pays pour lequel ils ont combattu et sont rentrés chez eux mentalement ou physiquement handicapés. Le thème de notre exposé est le sentiment de l’absurdité, pourquoi il est Important de donner la definition de l’absurdité L’absurde est un décalage entre l’attente de l’homme et l’expérience qu’il fait du monde, dans quelque domaine de l’activité humaine qu’il s’exprime. Il résulte donc de la contradiction d’un système par le fait. a définition « classique » de la notion d’absurde renvoi à son étymologie : « EN latin absurdes, qui a un son faux, qui détonne , bsurde, saugrenu » . Encore aujourd’hui, la littérature sur le thème de l’absurdité continue d’attirer l’attention des lecteurs et des écrivains. D’abord dans son versant poétique mais également comme fondement idéologique de ce qu’on nomme en littérature, l’absurdité. De manière concomitante, Phistoire de l’absurdité littéraire est victime de son succès.

En effet, par le croisement des expériences artistiques de l’absurdité littéraire en provenance de l’Europe occidentale, des Etats-Unis mais également de la Russie, il est difficile de faire émerger une dénomination idéologique ommune. Il n’en demeure pas moins que les œuvres littéraires relatives au thème de l’absurdité sont multiples, mais ces œuvres concours uniquement à un phénomène culturelle en dépit d’un rassemblement artistique et stylistique. Nous pouvons situer l’arrivée de nouveaux arts poétiques au moment de l’émergence de la pensée philosophique.

Concernant son utilisation, nous pouvons souligner le fait que l’absurdité est utilisée à des fins artistiques (dans le sens œuvre d’art) et littéraire. 2 OF s que l’absurdité est utilisée à des fins artistiques (dans le sens œuvre d’art) et littéraire. A titre d’exemple, il est aisé de retrouver des éléments faisant référence à l’absurdité dans plusieurs œuvres du début du XXè siècle. D’une manière assez générale, l’objectif sera de démontrer et de faire ressortir les caractéristiques de l’absurdité.

Dans un premier temps, il conviendra de se concentrer sur les caractéristiques de l’absurdité en ARRIERE ,c’est a dire l’image de la guerre en arrière et dans un second temps le changement de l’image de la guerre pendant la guerre 1 -Image illusoir de la guerre 1. 1 L’idéalisation de la guerre 1. 2 L’image de la guerre en arrière . Changement de l’image de la guerre pendant la guerre 2. 1 La tragedie de la guerre 2. 2 La rupture des valeurs perdues l. lmage illusoir de la guerre 1. L’idéalisation de la guerre en arrière Paul Bàumer est un jeune Allemand de 19 ans. Après avoir été soumis à un « bourrage de crâne » patriotique, tous ses camarades de classe et lui-même s’engagent volontairement dans l’armée allemande. Ils partent en guerre presque heureux et fiers de servir leur pays. Mais après dix semaines d’entraînement, les jeunes soldats découvrent la brutalité de la vie au front et les orreurs de la guerre. Les jeunes hommes perdent leur idéal patriotique et ne croient plus dans le nationalisme prôné par leur maître d’école.

Ce qui se passe au front et ce les matres apprenent aux eleves en arrière 3 OF s leur maitre d’école. Ce qui se passe au front et ce les matres apprenent aux eleves en arrière c’est tout a fais different . Ces soldat qui ont seulement 18 , 19, 20 ans avant d’aller au front ont un autre image de la guerre . P. 25 « Nous étions bourrés de pensées Incertaines qui, à nos yeux, conféraient à la vie et aussi à la guerre un caractère déalisé et presque romantique » Ces jeunes au front deviennent vieux avant l’heure alors qu’ils n’ont rien connus.

P 69 « La guerre a fait de nous des propres ? rien ». ll a raison, nous ne faisons plus partie de la jeunesse Nous avions dix-huit ans et nous commencions à aimer le monde et l’existence; voilà qu’il nous a fallu faire feu là-dessus. » Ces jeunes soldats , quand ont été envoyé au front, n’avalent pas de projets pour avenir (citation : p. 25 « Nous n’avons pas de projets d’avenir détermines , très peu nombreux étaient ceux hez qui des idées de carrière et de profession orienter une existence » .

Ils ont été envoyé si jeune et ont pris Fhabitude de la vie des tranchées et seraient incapable de faire d’autre . p. 1 11 « Et même si on nous le rendait , ce paysage de notre jeunesse, nous ne saurions en faire grand-chose. » Non seulemement les jeunes avaient une image idéaliste de la guerre avant d’aller au front mais aussi les hommes en arriere . ly a un décalage entre ce qu’il se passe réellement au front et ce que les gens pensent de la guerre en arrière . Personne 4 OF S