Senghor

Senghor

La femme noire = chants d’ombre. Chez senior, l’évocation de la femme revient au clair obscur. La femme noire est à la fois obscurité et lumière. Jeux de lumière : « A l’ombre s’éclaire ».. ? champs lexicaux de l’ombre et de la lumière dans tout le poème soulignant la complexité de la femme. ) Amour et élévation spirituelle L’image biblique : « Terre promise » moisie découvre la terre promise. Milieu aride pourtant plein de promesses. La femme donne apaisement et sérénité. La femme est un sujet maternel et de séduction. Elle protège l’enfant qui deviendra un homme ou une femme. Le cycle naturel est présent. L’élévation : extase du aux rapports amoureux. Le désir et diviniser. Le couple est une métaphore de la savane allié aux « horizons purs Spiritualité dans les attaches « célestes des gazelles b. Par choix des mots, l’amour relève de la grâce, la force, la retenue, la fusion. Les métaphores astrales, mystiques ont un rendu émotionnel.

Pour senior, la construction de l’homme et de la femme et la représentation du monde sens. De plus l’univers et 3 monde d’ici et au-delà. Donc pas de limites entre le rêve et la réalité. Les espaces

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
ne sont pas cloisonnés. Il- Femmes et terres africaines a) Le poème dépasse le lyrisme personnel Comme dans « A une passante » de baudrier, la femme est la féminité. Toutes les femmes noires représentées n’ont pas d’articles définis, indéfinis et pas de possessifs. C’est donc une généralisation. Une construction simple de l’éloge faite à la femme. Pas de « » car prière fervente, poésie incantatoire. La femme noire est bifurque : « nue ; belle ; obscure, mystérieuse b.

Registre de langue saint, car être au plus près possible de la autre renforce l’éloge. Bu) Paysage et rythmes magnifiés La couleur jaune du soleil renforce la chaleur. Les savanes ont une végétation pauvre. La « gazelle » et P« aigle » représentent la beauté terrestre et aérienne ? la vie. Cette poésie évoque des sonorités africaines : – tam-tam « tam-tam sculpté, tam-tam tendu » : allitération en [tel rappelant le son du tam-tam – Charme de la voix grave de contre-alto – Rythme binaire Les objets du quotidien et des cérémonies sont présents. Le tam-tam est symbole de ralliement, de cohésion sociale entre vivants et entre esprits et vivants.