Seconde guerre

Seconde guerre

La France expérimente ce type de réforme dans ses colonies, d’abord en algérien où le sentant-consulte de 1865 accorde à tous les indigènes, sujets français musulmans ou juifs, la possibilité de toi en « est OUF d’adopter le statut et d’en accepter suite, toujours ‘vipère vie nées page nés juifs. Ceux- ) dans leur propre pays par la conquête musulmane, accueillent en 1830 les Français en libérateurs et adoptent d’emblée la langue et la culture française.

C’est pourquoi, lorsque, en 1870, le décret crémeux u gouvernement de Défense nationale attribue d’office la citoyenneté française aux Indigènes juifs, « mais en supprimant leur statut civil religieux mosaïque ceux-ci n’en ont pas moins bien accueilli la réforme et les devoirs nouveaux qui en découlent. Cela se vérifie largement sur les champs de bataille de 1914-1918 et de 1939-1945. Ce décret crémeux est certes un premier acte de décolonisation, mais il demeure partiel.

Il aurait fallu l’étendre ultérieurement aux musulmans, comme le réclament notamment plusieurs dirigeants juifs, tels que le professeur hennir abouler et e docteur olifant et surtout comme le revendiquent plusieurs grands patriotes musulmans comme l’Émir châles, descendant daube le cadre en 1920 et ferait basa jusqu’ 1943. Ces pourquoi les milieux

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
colonialistes n’ont de cesse de demander la suppression du décret crémeux, et d’attaquer les patriotes musulmans qui demandent un texte semblable, c’est-à-dire l’accès à l’égalité et au droit de vote pour leurs coreligionnaires.

Article détaillé : Situation politique en affaire libérée (1942-1943). En 1936, le gouvernement de Front populaire propose une sure d’assimilation partielle limitée en faveur des musulmans : le projet bleu-violette ; selon lequel les indigènes, titulaires dune citation militaire, ou d’un diplôme français, tel que le certificat d’études, soit quelque 25 000 individus s 2 militaire, ou d’un diplôme français, tel que le certificat d’études, soit quelque 25 000 individus sur 6 millions, pourraient devenir citoyens sans renonciation à leur statut.

Les colonialistes et leurs accusations réussissent à faire échouer cette mesure en réalité insuffisante. En 1940, le gouvernement du maréchal piétina donne attestation aux colonialistes en abrogeant rétrospectivement le décret crémeux et en retirant leur citoyenneté française aux juifs d’algérien, sans tenir compte du sang qu’ils ont versé pour la France depuis 1870. Quant aux musulmans algériens, il ne fait rien pour eux.

Aussi, après le débarquement allié, le retrait de citoyenneté infligé aux juifs algériens est maintenu par français darne et hennir agirai. ferait basa estime alors que cette assimilation, qui peut être retirée par un simple décret, est sans avenir. Aussi opte-t-il, en 1943, pour l’autonomie interne, en oubliant son Manifeste du Peuple algérien dans les arguments duquel, il cite le retrait du décret crémeux, parmi les raisons qui l’ont fait renoncer à revendiquer la citoyenneté française.

Par la suite, en 1943, le Comité français de la Libération nationale présidé par le général de gaule rétablit le décret crémeux puis adopte, le 7 mars 1944, une ordonnance qui reprend les dispositions du projet bleu-viol 3 crémeux puis adopte, le 7 mars 1944, une ordonnance que reprend les dispositions du projet bleu-violette en les élargissant en faveur des musulmans. partir de 1946, les colonies françaises deviennent des départements ou des territoires douter-mer. Tous leurs habitants sont réputés être citoyens mais cette réforme n’est réalisée pleinement qu’aux entailles et la Réunion.

Dans les autres colonies, en effet, les anciens sujets, tout en recevant la qualité de citoyens français, sont faits citoyens du eu collège, de sorte qu’un statut inégalitaire est perpétué leur détriment : en algérien, en 1947, le million de citoyens du er collège (à statut civil de droit commun) bénéficie d’autant de pressentant à l’Assemblée algérienne (60) que les 8 millions de citoyens du eu collège (à statut civil coranique) et ce après 117 ans de présence française.