Sciences de gestion

Sciences de gestion

Il existe trois composantes de l’attitude affectif : l’attitude repose sue des émotions ou des sentiments. Jointive : l’attitude repose sur un ensemble de connaissance dont dispose l’individu. Conation : l’intention du comportement évoquer par individu, prédispose a entreprendre une action. Vol- Le comportement Une façon d’agir que les autres peuvent observer. La plupart du temps l’attitude définie le comportement de l’individu. Vol- Lien entre attitude et comportement Très souvent il y a adhérence entre l’attitude et le comportement. L’roque le comportement est le reflet de l’attitude on parle de consonance.

Quelque foi l’individu peut adapter un comportement qui est contraire à son attitude, on parle de dissonance. L’attitude ne se voit pas, elle correspond à l’intention d’agir. Le comportement se volt il est constituer d’action de l’individu. VIA- Implication de l’attitude sur le comportement risque deux individus communiquent plusieurs types d’attitude peuvent se manifester. Ces différents types d’attitude engendrent un comportement différent sur l’autre individu. 25 composantes sont nécessaires dans le cadre de la communication : Les acteurs : émetteur et récepteur.

Le message : contenu de l’enfin transmise, il peut être verbal ou non verbal, écrit ou oral. Le canal : vois de transmission du message direct ou

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Indirect. Le support : moyen technique utilisé pour transmettre le message (papier téléphone… ). Le code : langage utilisé pour transmettre le message. Le contexte : l’environnement dans le quel se déroule l’échange. – Les acteurs Dans le cadre de la communication les acteurs on des objectifs : – Influencer l’autre pour dominer. -Se connaître, connaître l’autre. -établir et entretenir des liens avec les autres. -Obtenir radierions d’autrui.

Dans une situation de communication trois enjeux essentiels apparaissent (ce que l’on peut gagner ou perdre dans la relation) : Enjeux itinéraires : chacun doit faire reconnaître sa position, ce ui évite les mal entendu. Enjeux territoriaux : chaque acteur a un espace personnel et aura tendance à défendre sont territoire. Enjeux relationnelle : toutes communications comportent des risques (incompréhension de l’autre, blocage, non réponse… ) d’où l’importance des rituels comme la salutation, le remerciement. AI-Les éléments du contexte A) Le temps. Toutes communications se situent dans une dimension temporelle.

Un enjeu est met en avant car le temps vas influencer le contenu du message et exprime. Les signes verbaux Le registre de langage doit être adapté à la situation, il peut être mailler, courant ou soutenu. Trois fonctions sont liées au langage : instrumentaire (ordre), cognitive (point de vue) et social (prise de contacte). L’interprétation est parfois complexe, elle peut générer des contre-sens, des malentendus ou des incompréhensions. V?Les signes non verbaux Ils sont également appelé signes comportement, ils expriment le langage du corps : apparence, posture, geste, regard… Sa signes non verbaux échappent souvent à la volonté ou la conscience de l’acteur. Leur interprétations est très lié a la situation dans lequel ils se produisent. Ils sont particuliers à chaque individu. De se fait on perçoit de réacteur le comportement qui écoule de son attitude. La signification des signes varient selon la culture. Vol- Les moyens pour améliorer la communication : l’écoute active et l’empâtait. L’écoute active se traduit par : une attitude attentive tournée vers l’interlocuteur, une réaffirmation pour s’assuré de la bonne compréhension du message et facilité l’expression de l’ombre. Écoute active établie un lien de confiance avec son interlocuteur et instaure un climat de compréhension mutuel. ’empâtait est la capacité qua un individu à ressentir les émotions de l’autre. Pour cela il faut faire preuve d’une grande attention à l’expression de ce que l’autre pense. Chapitrer : Les interactions individu groupe inter : Un individu est un être social pour ne pas rester isolé, il sera intégré volontairement ou non a des groupes. I- Les caractéristiques d’un groupe A- Définition 4 25 individus qui construisent des interactions pour atteindre des objectifs commun.

Un rassemblement d’individu ne constitue pas un groupe. Dans une organisation un groupe est une équipe de travail. B- La taille du groupe Le nombre de personnes qui constitue le groupe conditionne ont fonctionnement ainsi un groupe restreint serais plus efficace dans la collaboration pour réaliser une tache difficile. La communication entre les membres du groupe est plus aisée. C- Les fonctions du groupe On parle de groupe formel (organisé) lorsque chaque membre désigné par privatisation rempli une fonction précise.

Un groupe sans reconnaissance officiel qui se crée par la volonté d’individus porte le nom de groupe informel. Dans un groupe formel (organisé) on pourra faire ressortir 3 types de fonctions : -Fonction de production c’est-à-dire qui chaque membre du groupe doit accomplir un travail précis. Fonction de régulation c’est-à-dire les modalités de travail que se donne le groupe pour remplir ses objectifs (planning, répartition tache etc….. ) Fonction de facilitation, elle fait suite à des comportements sociaux affectifs entre les membres du groupe (ex : conflit) La place des individus au sein d’un groupe.

A- L’identité sociale I s’agit de la reconnaissance par les autres de la place occupée au sein du groupe (âge, profession statut social. ) s 5 organisations on voit apparaître des rapports de subordination car souvent il existe une hiérarchie. D- Groupe d’appartenance, groupe de référence Groupe d’appartenance : groupe dont fait partie individu l’ayant choisi ou pas. Groupe de référence : groupe au quel l’individu n’appartient pas mais au quel il s’identifie et dont il aimerait acquérir les règles, on dit que se groupe donne des repères. Il- Les relations des individus au sein du groupe.

Dans une organisation plusieurs groupes coexistent, il y a donc interdépendances et interaction. Non seulement à partir d’individu au sein du groupe mais également entres les groupes. Les interdépendances Les individus dépendent des uns des autres pour atteindre leur objectif. Leur production personnelle conditionne la production des autres. Les interactions Les membres du groupe exercent une influence réciproque les uns sur les autres. Respectent des codes culturels. La culture influence donc la manière de pensé et d’agir d’un individu, c’est un héritage social. Les valeurs sont des idée, des principes moraux qui dominent de grandes orientations du groupe. Les valeurs permettre de distingué le bien ou le mal. -Les normes sont des règles de conduite à respecter par renvider pour maintenir sont intégration dans le groupe. -Les rituels sont des façons habituelles de ce comporté qui espèce les normes social. Il existe 4 types de rituels : de salutation, présentation, remerciement et de séparation. Es rituels sont différents d’une culture à l’autre. Pour que les rituels soient respectés l’individu devra utiliser des codes sociaux. Les codes sont des signes dont la signification est partagée par le groupe (verbaux ou non). Chaque salarié ne doit pas agir selon ses propres intentions mais dans le respect des normes de l’organisation. La culture d’entreprise est la pour unifier le comportement des salariés tout en préservant leur richesse culturel source ‘innovation. – Les conceptions des acteurs influencent leur comportement. La culture impose de façon inconsciente des croyances aux quels les individus adhèrent souvent ces croyance vont avoir un impact sur le comportement des acteurs.

L’attribution, il s’agit d’une attitude qui consiste à expliqué certain événements ou comportement en lui attribuant des causes ou des raisons particulières On distingue deux types d’attribution qui sont toujours subjectives : -attribution interne, on tente d’expliquer un comportement par une cause ro ré a celui qui a émit le comportement (trait de p attribution externe, le comportement ou l’événement sont expliqué par des causes environnements qui déchargent l’acteur du comportement (chance, hasard… ). Représentation, se sont des connaissances non prouvé, partagée par un groupe social.

C’est une image collective qui oriente les conduites des individus. Stéréotypes, se sont des images construites dans notre tête qui sont réductrices ou caricaturales partager par un groupe d’individu. Le stéréotype est une forme de représentation. Logique. Celui qui influence s’appui sur des preuves scientifiques ou une argumentation, il avance des preuves et des illustrations. Attention dans cette dernière stratégie il peut y avoir une vision déformé de la réalité, le but est de permettre un débat résonner.

C-l’influence au sein des groupes restreints. Ici deux types d’influence peuvent s’exercées : majorité, l’individu Influencer adhère et ce conforme aux idées du groupe pour ne pas être isolé. Minorité, elle adopte une position ferme constructive et cohérente. Les avantages et les inconvénients liés à la majorité . Avantage rapidité de prise de décision, pérennité du groupe. Inconvénient = peur de se rallié donc du changement et d’innover. Les avantages et les inconvénients de ce rallié à la minorité -Avantage = innovation dans le groupe. Inconvénient = conflits et lenteur dans la prise de décision. D-L’argumentation pour influencer. Argumenter c’est donné à l’auditoire de bonne raison pour qu’il adhère à une opinion. L’objectif de l’argumentation est de convaincre sans chercher à manipuler. Il existe différents types d’arguments (voir tableau 9 page). – Les différences types de relations. Au sein es organisation les relations sont nécessaires pour créée un climat propices a la réalisation des activités professionnelles. A-Relations formelles et informelles.