Sauver l’obscur

Sauver l’obscur

Dissertation de philosophie Boue TS7 Romain Sujet : « Sauver l’obscur » Mais alors « sauver l’obscur » reviendrait a se poser la question : faut-il privilegier le clair a l’obscur ? Et meme doit-on laisser une place a l’obscur ? Ce sont les deux grandes interrogations que nous choisirons de traiter. Cela signifierait que l’obscur viendrait s’opposer a la verite, il representerait une menace pour celle-ci.

La verite est la concordance entre le reel et la pensee, l’erreur, dit Platon, est une ignorance double, c’est-a-dire une ignorance qui ne se sait pas ignorante, une ignorance doublee d’une illusion. Alessandro Baricco , lui, pretend que « l’obscurite suspend tout. Il ,’ya rien dans l’obscurite qui puisse devenir vrai. » Cela nous amene donc a nous interesser au phenomene de la religion.

La religion au depart a ete une forme inventee par l’homme afin de repondre aux questions sans reponses, une forme non rationnelle pour se satisfaire, forme qui impose la presence d’un Dieu, un etre transcendant qui aurait reponse a tout. De la religion il en ressortirait une croyance devouee c’est-a-dire une adhesion non rationnelle qui donnerait comme explication l’exploit d’une divinite. L’homme a donc essaye d’expliquer son ignorance par une idee irrationnelle

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
qui lui permettait de se sortir de l’erreur et de l’obscurite. Mais pendant un moment, a religion a ete associee a l’obscurantisme. Ce dernier est un derive du latin « obscurus », c’est a dire obscur, tenebreux. L’obscurantisme designe une attitude, une opinion ou une doctrine opposee a la diffusion des connaissances et au progres de la science et de la raison. Ce sont les Lumieres de la raison qui au XVIIIeme siecle menaient un combat acharne pour permettre l’instruction de la population et eradiquer cet obscurantismenotamment grace a l’Encyclopedie de Diderot et d’Alembert regroupant les textes de grands philosophes.

Ainsi des philosophes comme Voltaire ou Diderot par exemple, ont contribue a devaloriser la religion en denoncant les exces irrationnels, comme le fanatisme, la superstition, le dogmatisme hostile a la liberte de pensee, l’hypocrisie morale… Arthur Schopenhauer, lui, generalise et meme confond obscurantisme et religion : « Les religions sont comme les vers luisants: pour briller, il leur faut de l’obscurite. » Cela voudrait dire que la verite doit etre inexistante pour qu’une religion s’affirme.

C’est-a-dire se mettre dans l’erreur pour mieux mettre en avant la religion. Mais la religion induit l’idee de Dieu et cette idee et bien contestable. Il y a contradiction rationnelle insurmontable a affirmer que Dieu est cause du monde. En effet, si Dieu est Cause du monde, il faut que lui-meme ait ete cause, donc on peut remonter la serie causale jusqu’a l’infini ou alors l’hypothese selon laquelle Dieu se serait auto-cree sont toutes deux incomprehensibles car « ex nihilo nihil » autrement dit, a partir de rien il n’y a rien.

Sans oublier le fait qu’il n’y a aucunes preuves tangibles de cette existence. La science, qui a pris naissance au XVIIe siecle avec la philosophie de Descartes, pourrait alors etre une source de verite car rigoureuse elle permet de resoudre des problemes. Mais qu’est exactement la science ? Le mot science vient du latin « scire » qui veut dire savoir. C’est une connaissance objective qui etablit entre les phenomenes des rapports universels et necessaires, autorisant la prevision de certains resultats ou de certains effets.

Mais rappelons que la science lutte contre l’obscur parce qu’elle est vraie mais avant tout elle est vraie car elle est rationnelle, et la rationalite inherente a une proposition se reconnait a deux criteres qui sont d’abord la necessite logique ou encore apodicite c’est-a-dire la capacite de reflechir avec rationalite puis l’universalite. Du fait que cette derniere est vraie ressort aussi le fait qu’elle est prouvee, autrement dit elle doit toujours apporter des preuves materielles de sa veracite.

La science est le conjointement de la raison et l’experience. Alors que la religion est un phenomene faussement universel, car il n’y a pas une religion mais des religions, la science, elle, est universelle, il n’y a « qu’une » science. Pour Descartes, la raison est « la faculte de distinguer le vrai d’avec le faux », mais aussi de distinguer la verite de l’erreur, le clair de l’obscur. Pour maitriser la Science, il faut acquerir l’esprit de geometrie, combinant rationalite, demonstration, mediat, apprentissage et universel.

Ainsi on a vu que l’obscur s’est manifestee sous bien des formes et que sa lutte peut s’organiser avec la recherche de la verite, pour eviter toute forme d’illusion, d’erreur… Mais lutter contre l’obscur est-il le meilleur chemin pour parvenir a la verite ? Ne devrions nous pas au contraire le sauver en lui laissant une place dans notre monde si clair ? C’est ici qu’il est interessant d’aborder la notion de mystere. Comment penser le rapport entre mystere et verite ? Puisque la verite est le contraire exact du mystere.

Nous parlons de verite en effet, lorsque nous comprenons clairement et surement, lorsque nous elucidons des problemes et non le contraire. D’ailleurs, tel est le sens premier du terme grec « aletheia », qui veut dire verite, mais qui signifie aussi de de-voilement, de-couvrement. Aletheia est plutot « a-letheia », qui est le jeu entre le voile et le de-voile, entre le couvert et le de-couvert, entre ce qui apparait et ce qui disparait mais aussi l’ouvert et le retrait et l’etre et le non etre. La verite est un jeu, un entre-deux, elle s’origine dans le mystere qui ne peut se dire mais se mi-dire, qui ne peut se voir mais s’entrevoir.

A l’homme il a ete donne d’etre dans l’entrouvert de la verite. Ainsi faut-il dire comme Jacques Lacan que « la verite est pas-toute ». On peut representer alors la verite par la metaphore du pli, d’un pli toujours replie dans l’inexplicable. L’aletheia n’est pas simplement verite de la verite, mais verite de la verite et de la non verite ou obscur. Et c’est pour cela que Martin Heidegger, dans son livre, Essais et conference a pu ecrire : « L’homme dans son Dasein, est assujetti au regne du mystere ». Je sui un Dasein, je suis la mais c’est un la mysterieux car je ne sais pas pourquoi je suis la ou pourquoi je ne serais plus la.

Mourir c’est etre retire si bien que le mot retire ne veut plus rien dire. L’existence est mysterieuse car elle s’enracine dans le neant. La religion est peut etre un phenomene obscur car Dieu est l’etre mysterieux par excellence. Mais tout homme a besoin de croire en une puissance superieure, c’est quand l’homme tombe devant un phenomene qui le depasse qu’il a besoin de se rattacher a Dieu pour expliquer ce qu’il en est. Alors ce phenomene obscur qu’est la croyance en Dieu est un Bien pour l’humanite.