Sans titre

Sans titre

Les termes du sujet : on precisera l’opposition entre « vertueux » (le heros qui incarne les forces du Bien) et « odieux » (celui que l’on hait pour son indignite morale, « le mechant »). La position de la problematique : « On ne fait pas de bonne litterature avec de bons sentiments », disait Andre Gide. Le fait est qu’une ? uvre tire souvent sa saveur d’une exploration du Mal, a cote de laquelle la vertu parait parfois fade et convenue.

A quoi attribuer cette fascination du lecteur et du spectateur pour les personnages auxquels leur enracinement dans le Mal donne une couleur particuliere ? Les domaines d’application : les fictions romanesques, theatrales, cinematographiques. La recherche du plan : le libelle invite ici a une sorte de catalogue des raisons qui peuvent faire preferer ce personnage, ce qui est caracteristique du plan thematique. I – LE PERSONNAGE ODIEUX EST SOUVENT LE MOTEUR DE L’HISTOIRE : C’est contre lui que nous combattons aux cotes du heros, et a ce combat se mele une secrete fascination (Tartuffe, personnage eponyme de la piece de Moliere). * Le personnage odieux incarne les forces brutales de l’existence et rend l’? uvre plus humaine et authentique (Vautrin dans Le Pere Goriot de

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Balzac). II – LE PERSONNAGE ODIEUX EST SOUVENT PLUS ORIGINAL ET ELABORE : * Il est moins monolithique que le heros vertueux; son cynisme cache souvent une vraie tendresse (Valmont dans Les Liaisons dangereuses de Laclos). Le personnage odieux peut reveler les faiblesses de ceux qui se contentent de suivre les chemins tout traces : haut en couleurs ou pittoresque, il traine apres lui le charme sulfureux de la revolte (Mme de Merteuil dans Les Liaisons dangereuses, Don Juan dans la piece de Moliere). III – LE PERSONNAGE ODIEUX EST SOUVENT REGENERE PAR SON CHATIMENT : * On peut tout a coup decouvrir en lui une victime et eprouver de la pitie a son egard (Javert dans Les Miserables). * Son itineraire devient exemplaire et c’est lui qui est porteur de la lecon morale.