Sandro Botticelli

Sandro Botticelli

Sandro Botticelli – Le Printemps L’artiste : Botticelli est né en 1444 ou 1455 à Florence, d’un père tanneur, Mariano di Vanni, et de son épouse Esméralda, mort le 17 mal 1 510 à Florence. Pour ‘état civil, le peintre Sandro Botticelli s’appelait Alessandro di Marino di Vanni Filipepi. peu à peu, le prénom Alessandro s’est mué en Sandro, alors que « Botticelli » est en fait le surnom de son grand frère aîné Giovanni, à qui son surpoids évident lui a valu d’être comparé à un « petit fût Il grandit avec ses trois frères dans le quartier urbain de Santa

Maria Novella, non Io- l’on classe dans les t pr org florentine ; la Fresqu e Sv. ige to (Premier à utiliser la par mon camarade ntes peinture que a Renaissance Masaccio en 1427 ite unique), présenté Il est toujours resté fidele sa r gion, qui lui permis d’établir des relations remarquables, tous près de lui vivait notamment la famille Vespucci, qui a donné le jour au célèbre marchand et explorateur Amerigo Vespucci.

Les Vespucci étaient de fidèles amis des Médicis, qui régnaient à Florence, et se sont assidûment employés à la protection de Bottlcelli. Il lui ont passé des commande

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
jusqu’à sa mort et même recommandé à des commanditaires de premier rang. Sandro commence ? Swipe to vlew next page à apprendre le métier d’orfèvre, qui était très en vogue à cette période, mais quelques années après comme un grand nombre d’artiste il passe de l’orfèvrerie à la sculpture ou la peinture, parce que les carnets de commande des orfèvres battaient de raile.

Vers 1461-1462, âgé de dix-huit ans environ, il entame un apprentissage de peinture auprès de Fra Filippo Lippi (moine et peintre de Florence) était l’un des plus célèbres peintres de Horence vers le milieu du siècle. II étudie pendant cinq ans environs, de 146111462 à 1467, auprès de Lippi, à Prato (ville situé à 20km de Florence) Vers 1465-67 il achève l’une de ces premières œuvres autonomes, donc 3 à 5 ans après son entrée à l’atelier de Lippi, L’adoration des Mages situé elle aussi dans le Musée des Offices.

Après avoir terminé son apprentissage chez Lippi à Prato, vers 1467, Botticelli s’établit à Florence où l’on sait qu’il aménage son propre atelier vers 1470. Vers 1480, sa réputation se repend de plus en plus, elle ne se imitait plus à la ville de Florence, Fartiste reçois de plus en plus de commande passée par des personnes importante hors de la ville de Florence.

Le pape Sixte IV, en 1481 fait venir Botticelli à Rome pour lui confier ainsi qu’à des collègues à lui d’exécuté des fresques pour la chapelle du conclave que l’on appellera plus tard la Chapelle Sixtine. C’est à son retour de Rome que Botticelli va réaliser dans la décennie tard la Chapelle Sixtine. décennie qui suit toute une série de tableaux qui ont fait de lui un des peintres le plus célèbre (dont Le printemps) Le tableau : En 1482, Botticelli va réaliser dans la décennie toute une série de tableaux mythologiques sur lesquels repose aujourd’hui sa célébrité.

L’un des plus connus mais aussi des plus discutés est Le Printemps, dont la signification n’est pas encore totalement évidente aujourd’hui. On a longtemps cru qu’il s’agissait d’une œuvre réalisée pour Laurent le Magnifique. Qui exerçait alors le pouvoir ? Florence. Des travaux plus récents ont toutefois contredit cette supposition, En effet, si l’on croit un inventaire redécouvert récemment (1975), ce tableau est destinée au mariage entre Lorenzo di PierFrancesco de Médicis avec Sémiramis Appriani.

Le tableau se serait trouvé en 1499 dans le palais citadin qu’occupait à Florence Lorenzo Di Pierfransesco, qui appartenait à une jeune branche collatérale des Médicis, Après la mort de son père, Lorenzo (cousin de Laurent le Magnifique) a vécu sous la tutelle de Laurent Le Magnifique, qui lui donna comme précepteur, Giorgino Antonio Vespucci, voisin de Botticelli et l’un de ses plus grands admirateur, il n’est pas interdit de penser que le jeune Lorenzo a fait ainsi connalssance de Botticelli, qul devait evenir son peintre préféré.

Comme le sign Lorenzo a fait ainsi connaissance de Botticelli, qui devait devenir son peintre préféré. Comme le signale l’inventaire, le tableau se trouvait dans l’antichambre de la chambre à coucher de Lorenzo, la peinture est entourée d’un cadre blanc et elle était placée juste au-dessus du dossier d’un divan, ce qui explique non seulement rétalement du sujet, mais aussi la perspective de la prairie sur laquelle apparaissaient les 9 personnages du tableau. Dans cette pièce est aussi retrouvé Minerve et le Centaure de Botticelli aussi situé dans la Gallérie des Offices. Il existerait un lien entre ces tableau, ils n’étaient pas placer dans la même pièce sans raison, ) Analyse . L’allégorie du Printemps est une scène qui annonce l’arrivée du printemps. On y trouve six figures féminines encadrées par deux hommes. Sur une prairie Vénus, la déesse de l’amour, au -dessus de laquelle son fils Amor vise avec ses flèches d’amour, les yeux bandés. Venus avec son ventre rond, prête à enfanter le monde Vénus se tient un peu à l’arrière, comme si elle voulait laisser passer sa suite devant elle.

Vénus est dans son jardin, celui que le poète des Médicis, Angelo Politien, appelait dans ses récits le lieu de la paix et du printemps éternel, il est probable que son poème a sewi de source d’inspiration à Botticelli. Au-dessus de Vénus, les orangers se referment en demi-cercle, comme une auréole qui entourerait la déess PAGF Vénus, les orangers se referment en demi-cercle, comme une auréole qui entourerait la déesse, signe de la dignité majestueuse de la déesse. Sur la droite du tableau, on peut voir Zéphyr, cette divinité du vent est représentée sous la forme d’un être bleu verdâtre.

Il gonfle puissamment ses joues pour en faire sortir des souffles chauds. Il poursuit une nymphe habillée de voiles transparents, qui regarde le dieu avec effroi. De la bouche de la nymphe, tombe des fleurs et se mêlent ? celles qui décorent amplement la robe de la femme qui marche à côté d’elle. Celle-ci met la main à une poche formée par un pli retroussé de sa robe pour y prendre une poignée de roses qu’elle va jeter dans le jardin. (La source de cette scène mystérieuse provient d’un texte de l’antiquité) Zéphyr aurait été pris d’une sauvage passion en la voyant.

Il ‘aurait poursuivie et l’aurait pris de force pour femme, mais après s’être repenti de sa fougue, il l’aurait changée en déesse des fleurs, reine du printemps. Selon cette histoire antique, celui du carême, qui se trouve dans le calendrier romain des jours fériés, que l’on doit à Ovide, raconte et décrit le début du printemps comme le moment ou la nymphe Chloris se transforme en Flore, la déesse des fleurs, j’ai trouvé une source qui affirme que Botticelli aurait pris comme modèle pour Flore, L’heure de l’automne (une copie romaine d’une statue néogrecque en marbre situé elle a