Sagesse(verlaine)

Sagesse(verlaine)

Ce poème est le regard lucide d’un homme conscient de sa faiblesse et qui confesse sans indulgence son âme qu’il connaît trop bien. Les larmes excluent toute idée de révolte et d’action au profit d’une passivité complaisante. C’est une poésie du remords et de l’aspiration à la liberté marquée par la pudeur et le dépouillement à travers la pureté de lignes et de sonorités dont verveine ne conserve que les impressions.

Situation du poème verveine se marie en 1870, au rêve pur des fiançailles succèdent épie vie nées page S toi « est presque tout de suit guerre de 1870, verra d’anciennes habitude lui La biologique et l’An deux coup de revolver se égaux. Pendant la e mobile retrouve t parcourt avec il tire sur son ami de prison à moins. Il apprend dans sa cellule que sa jeune femme a obtenu la séparation. Ébranlé, il devient un chrétien ardent. Romances sans paroles et Sagesse témoignent de sa conversion.

Sagesse dont fait partie Le ciel est par dessus le toit a été publié en 1881 et compris comprend des textes écrits en prison ou après. Dans ce poème verveine fait un retour sur son passé. Mais à la date où parait

Désolé, mais les essais complets ne sont disponibles que pour les utilisateurs enregistrés

Choisissez un plan d'adhésion
Sagesse, verveine est retombé dans ses errements d’autrefois. verveine va alors osciller entre vertu et péché, chair et esprit, ce sera Jadis et Naguère. Retour à la page d’ouverture Sagesse est un recueil de poèmes publié par Paul verveine en 1881. Il comporte un nombre assez important de poèmes plus amples (47) et montre une autre voie dans la production du poète.

verveine y revient sur son parcours douloureux avant de montrer a transformation mystiques quand il retrouve la foi catholique (« O mon Dieu vous m’avez blessé d’amour » 1,1) sans faire disparaître son mal de vivre («Je ne sais pourquoi/Mon esprit amer ‘D’une aile inquiète et folle vole sur la mer. » Sagesse, 111,7, qui associe des vers impairs de 5, 9 et 13 syllabes et la fonction du refrain) avec une grande force suggestive (« Et l’air a l’air d’être un soupir d’automne, /Tant il fait doux par ce soir monotone ‘Où se dorlote un paysage lent. » (Le son du cor s’afflige vers les bois… 111,9).